Que faire en cas d'accident nucléaire ?

Publié le
Écrit par Calypso Vanier .

Ces 12 et 13 octobre, une simulation d'accident se tiendra autour de la centrale nucléaire de Paluel. L'objectif est notamment de sensibiliser la population aux risques et de rappeler les différentes consignes à respecter car elles sont souvent mal connues.

Et vous que feriez-vous en cas d'accident nucléaire ? Resteriez-vous confiné chez vous ? Tenteriez-vous de rejoindre vos enfants ou d'appeler vos proches au téléphone ? Soyons honnêtes, nous n'aurions pas forcément les bons réflexes. 

Afin de rappeler les consignes à adopter et de tester les dispositifs de gestion de crise, un exercice de sûreté nucléaire aura lieu autour de la centrale EDF de Paluel, située à 40 km de Dieppe sur la côte de la Manche ce 12 et 13 octobre. Une centaine de communes seront concernées. Plus de détails sur cet exercice à retrouver ici.

En cas d'accident nucléaire, nos concitoyens ne connaissent pas la conduite à tenir.

Pierre-André Durand, préfet de la Seine-Maritime

Rester confiné chez vous

Dans le cadre d'une conférence de presse présentant cet exercice, le préfet de Seine-Maritime, Pierre-André Durand a alerté ce lundi 10 octobre sur le manque de culture de risque de la population et en a profité au passage pour justifier de nouveau son intervention critiquée lors de l'incendie de l'usine Lubrizol

Quand une sirène sonne, généralement les gens sortent dehors pour voir ce qu'il se passe, vont chercher leurs enfants à l'école et téléphonent, or c'est tout l'inverse qui devrait se produire. Cet outil d'alarme ne correspond donc plus à nos modes de vie et c'est ce qui m'avait conduit à décaler le déclenchement des sirènes après l'incendie de Lubrizol.

Pierre-André Durand, préfet de la Seine-Maritime

Dans ce sens, le dispositif d'alerte par téléphone FR-Alert, qui permet de délivrer des consignes et qui est désormais opérationnel depuis juin en France, sera de nouveau testé. 

Pour rappel, en cas d'accident nucléaire, il faut donc :

  • Se mettre à l'abri dans un bâtiment fermé (maison, école, commerce, entreprise, lieu public ...) 
  • Fermer ses portes et fenêtres et interrompre les ventilations mécaniques
  • Suivre les instructions du préfet, relayées par les médias, concernant :

– la mise à l’abri

– une évacuation

– la prise éventuelle du comprimé d’iode

  • Laisser vos enfants à l’école, leurs enseignants se chargent de leur mise à l’abri. Ne tenter pas de rejoindre vos proches
  • Observer l'évolution de la situation via les médias régionaux et nationaux 
  • N’encombrer pas les lignes téléphoniques

Bilan satisfaisant pour les centrales normandes

Si vous souhaitez vous renseigner davantage, chaque installation nucléaire dispose d'une Commission Locale d’Information (CLI). Cette instance indépendante informe le public sur l'activité de la centrale et assure un suivi permanent de l’impact des installations nucléaires.

Notre région compte trois centrales nucléaires, une dans la Manche à Flamanville et deux en Seine-Maritime Paluel et Penly. Les huit réacteurs de ces centrales exploitées par EDF produisent 15% de la production totale d'électricité en France.

L'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a rendu en septembre un bilan satisfaisant sur l'état de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en Normandie pour l'année 2021. Mais, il reste utile de bien connaître les consignes à adopter. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité