Cinéma : Ridley Scott avec "Dernier Duel" et Onteniente ont choisi la Dordogne, plus que jamais terre de cinéma

L'événement du moment, c'est bien sûr la sortie ce mercredi du dernier Ridley Scott tourné en Dordogne, mais les autres tournages s'enchaînent à rythme soutenu et confirment la vocation cinématographique du département.

Ils sont venus frissonner devant un grand film d'aventure et, pour certains Périgourdins, tenter de reconnaître un paysage ou un visage familier.
Ce mercredi 13 octobre, Le Dernier Duel sort enfin en salles. Première retardée pour cause de crise sanitaire, le film devait initialement être diffusé en version limitée le 25 décembre 2020 et en version large le 8 janvier 2021, et il n'est toujours pas disponible sur les plateformes de streaming.

Le plus gros tournage du département

Même si des scènes ont également été tournées en Irlande, à Paris ou en Bourgogne, c'est le plus important film jamais tourné en Dordogne. L'impressionnante fresque médiévale narre l'histoire du dernier "duel judiciaire" à mort sur le sol français, en 1386, entre Jacques le Gris  et Jean de Carrouges pour la vertu outragée de son épouse Marguerite de Carrouges.

En février 2020, le tournage a marqué les esprits, attiré des foules de curieux et mis en émoi les riverains du château de Beynac, du château de Fénelon et de Monpazier qui ont servi de décor.
Sans compter le frisson des figurants qui ont eu la chance d'être retenus et qui espèrent forcément que leur apparition passera à la postérité dans le sillage de Ben Affleck, Matt Damon, Adam Driver et Jodie Comer.

Département à grand spectacle

Une chose est sûre, la mise en scène grandiose et la mise en valeur des décors naturels offre un rôle de tout premier rang à la Dordogne. Le plus prestigieux de son histoire à ce jour.  Prestigieux, mais pas vraiment nouveau. Le département est déjà réputé être une terre de tournage aux cadres naturels exceptionnels et ne compte plus le nombre de  films, téléfilms, feuilletons télévisés ou films documentaires qu'il a accueilli.

De cape et d'épées

L'histoire commence il y a presque un siècle. En 1929, Alberto Cavalcanti tourne Le Capitaine Fracasse à Sarlat. Le début d'une longue série de films de cape et d'épée. On ne compte plus les reconstitutions historiques en décor naturel, depuis Guillaume Tell, d'Artagnan (et sa fille), Fanfan la Tulipe, le Capitaine Fracasse, le Chevalier de Pardaillan et même Les Quatre Charlots Mousquetaires d'André Hunebelle tourné à Sarlat en 1974.

Impressionnante carrière cinématographique

Avant Les Misérables, en 1978 (et en 1982 avec Robert Hossein), en 1944 Pierre Billon tourne Vautrin, déjà inspiré d'un personnage de Balzac et 33 ans plus tard, Ridley Scott découvre déjà le Périgord en tournant une scène de Les Duellistes, dans la  cuisine du château de Lacypierre. 

Têtes d'affiche

Entre-temps, en 1968  Denys de La Patellière tourne Le Tatoué avec De Funès et Jean Gabin qui mettent en valeur le château de Paluel. L'année suivante Claude Chabrol immortalise Le Boucher à Trémolat, inoubliable, avec Jean Yanne. En 1999, Luc Besson vient à Sarlat pour Jeanne D'Arc, et depuis les années 2000, naissent ou renaissent des Jacquou le Croquant, des Richelieu, des Victor Hugo ou des Vilaine, dans les villes ou les campagnes du Périgord.

Tourne toujours...

En 2010, Fabien Onteniente tourne la suite du succès populaire Camping à La Roque-Gageac. Amoureux de la Dordogne depuis ses premières vacances enfantines à la campagne, le réalisateur est de retour en ce moment même pour le tournage des Enfants des Justes. Un téléfilm tiré du roman de l'auteur régionaliste à succès Christian Signol sur les héros de l'ombre de la seconde guerre mondiale, avec Emmanuelle Seigner et Gérard Lanvin. 21 jours de tournage supplémentaires dans le département. Et parmi les prochaines sorties encore à venir Stella est amoureuse dont le tournage s'est achevé récemment. En Dordogne, le spectacle continue...

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture