"La viticulture se meurt" : Entre 4000 et 6000 personnes mobilisées à Narbonne pour la manifestation des vignerons

Une mobilisation avait lieu ce samedi 25 novembre à Narbonne, dans l'Aude, à l'initiative des vignerons du département. Ces derniers souhaitaient rendre visibles les difficultés de leur filière.

Les viticulteurs étaient réunis ce samedi 25 novembre à Narbonne, dans l'Aude, pour exprimer les difficultés que connaît leur profession. Le rassemblement a commencé place de la mairie pour aller jusqu'au Théâtre + Cinéma. 6000 personnes ont pris part au cortège selon le syndicat des vignerons de l'Aude, 4.000 selon la préfecture

durée de la vidéo : 00h00mn08s
Le rassemblement se déroule place de la mairie à Narbonne ©Faustine Magnetto / France Télévisions

La mobilisation se tenait à l'appel notamment de la FDSEA, du Syndicat des vignerons de l'Aude, de la Coopération agricole Occitanie, des jeunes agriculteurs du département et des Vignerons indépendants. "La viticulture se meurt. Paris doit réagir", a énoncé Frédéric Rouanet, président du syndicat audois des vignerons, devant la foule.

►À lire aussi : Prix du vin, sécheresse : cinq questions sur la manifestation des vignerons à Narbonne ce samedi 

Le syndicat des vignerons de l'Aude était reçu avant la mobilisation au sein de la sous-préfecture de Narbonne. 

Dans le cortège, Marie-Paule Roux et sa fille Marthe-Marie, viticultrice de mère et fille à Ribaute, expliquent peiner à vendre leur récolte. "On a des pertes liées aux sécheresses de l'année, aux problèmes d'importation, à des prix sur lesquels on ne peut pas s'aligner", explique Marthe-Marie. 

Les viticulteurs mobilisés demandent notamment des aides d'urgence face aux difficultés financières, notamment une "année blanche" au niveau bancaire avec la prise en charge des intérêts d'emprunt. Les producteurs demandent également des aides sur le plus long terme, notamment une "aide à l'arrachage".

L'évêque de Narbonne et de Carcassonne, Bruno Valentin, a lui aussi pris part à la manifestation. "Nous ne vivons pas dans nos bulles, au fond de nos sacristies. Nous vivons dans la vie comme elle est. Et comme elle est, en Occitanie, c'est beaucoup d'inquiétude, et un sentiment d'horizon bouché"; a-t-il énoncé

Pour l'heure, aucune mesure n'a été annoncée.