Les Cévennes, un territoire qui s’invente un nouvel art de vivre

En mai 2019, nous sommes allés à la rencontre de femmes et d’hommes installés dans les Cévennes. Le territoire était riche de minerais et l’industrie florissait. Mais voilà, les mines ont fermé, les usines se sont éteintes et beaucoup se sont retrouvés sur le carreau.
 
Patrimoine du bassin minier de La Grand’Combe, l'ancien site minier, unique en Europe, est aujourd'hui classé monument historique.
Patrimoine du bassin minier de La Grand’Combe, l'ancien site minier, unique en Europe, est aujourd'hui classé monument historique. © G Machu / FTV

Avec la disparition des mines, ce sont des milliers d'hommes et de femmes qui se sont retrouvés sans emploi. Il a donc fallu réinventer une autre manière de vivre, plus proche de l’environnement, plus solidaire. Un retour aux sources, à l’aube du 21ème siècle.

Ainsi, des idées ont germé, ici et là, pour vivre plus dignement, en prenant soin de l’autre et de son environnement.

Préservation et valorisation des espaces naturels, résorption de la précarité énergétique et le maintien de la cohésion sociale ne sont pas que des mots, mais des actes au quotidien.

Le Merlet, une association nature

Saint-Jean-du-Gard, c’est au nord du département du même nom : Le Gard.

Le Merlet, c’est le nom d’un petit ruisseau qui coule non loin de Saint-Jean-du-Gard. 

Depuis plus de 35 ans, une association, le Merlet, propose une découverte de soi en osmose avec la nature. Sport de pleine nature, mais pas que. Ici, on découvre que l’on peut avoir sa place dans l’environnement, à condition de mieux le connaître et donc de le respecter.

Le" Merlet" propose des circuits découvertes de la faune et la flore des rivières en canoë
Le" Merlet" propose des circuits découvertes de la faune et la flore des rivières en canoë © G Machu / FTV

Tous les ans, le centre propose des colonies de vacances et des formations pour devenir animateur nature.

Voici le reportage avec Jérémy Mercoiret et Fabien Rochette

Le Merlet, une association très nature

Les semences paysannes, un bien commun et durable

Avec sa modernisation, l’agriculture a délaissé la biodiversité au profit du rendement. Une grande partie des variétés locales ont ainsi été oubliées. Pourtant, ces variétés ancestrales sont plus rustiques et adaptées au terroir, et surtout, ce sont des fruits et des légumes qui ont la faculté de s’accommoder des changements climatiques.

L’un des objectifs de l’association, c’est d’écrire sous forme d’un livret, l’histoire de ces légumes afin de sensibiliser le grand public. 

Début 2017, un groupe de jardinier et d’agriculteurs a monté une association : la maison des semences paysannes.

Magalie Outtier, membre de l'association des Semences Paysannes
Magalie Outtier, membre de l'association des Semences Paysannes © G Machu / FTV

Biologiste de formation, Magalie est à l’initiative de cette association afin de préserver des variétés locales en voie de disparition.

Voici le reportage avec Magalie Outtier, Maison des semences paysannes et Florian Joyez, Maraicher à Peyremal.

Association semences paysannes pour la préservation des graines d'antan.

Eco Loge Toit : la transition énergétique pour les plus précaires

Jusque dans les années 80, le cœur de la Grand’Combe vibrait aux rythmes de la mine. Avec la fermeture des puits, la ville a ralenti ses battements et une certaine précarité s’est installée. Alors pour aider les habitants à mieux vivre, l’association  Eco Loge Toit   naît en 2016.

Auprès des personnes précaires, on a notre rôle à jouer dans la transition énergétique

Gérard Saba, membre de l'association Eco Loge Toit.
Gérard Saba, membre de l'association Eco Loge Toit. © G Machu / FTV

Pour 5 euros par an, les habitants trouvent auprès de cette association conseils, aides et soutiens pour réduire leurs factures énergétiques ou passer au « faire soi-même ».

A suivre, le reportage avec Gérard Saba et Jade Lemberger, association Eco Loge Toit

Eco Loge Toit, au service des plus précaires

Les Survoltés d'Aubais, source de nouvelles énergies

Fin des années 2000, certains pensent que le gaz de schiste est l’avenir énergétique. A Aubais, non loin de Nîmes, on pense autrement. Un collectif se monte alors pour manifester leur opposition. Fin 2011, il obtient gain de cause, les permis d’explorations sont abrogés.

© G Machu / FTV

Mais alors que faire de cette dynamique solidaire ? Ne plus se battre contre, mais pour quelque chose ! Mais quoi ?

Notre production quotidienne est capable de fournir de l’électricité pour environ 150 familles.

Alors, le collectif de 274 sociétaires a bâti un parc de panneaux photovoltaïques sur une ancienne décharge. Ils sont devenus les Survoltés.

Reportage avec Christian  Mercier et Karine Prunier, association Les Survoltés d’Aubais

Les Survoltés d'Aubais, de l'énergie à revendre

A découvrir également :

- La Côte Vermeille dans les Pyrénées-Orientales

- Les Gorges de l'Aveyron dans le Tarn-et-Garonne

- Les Corbières Audoises dans le Val-de-Dagne

- Le Lot du Vigan à Saint-Céré
 


Ensemble C'est Mieux

Des sujets de la vie quotidienne, un partage de projets, une valorisation de la région Occitanie à travers ses richesses, son patrimoine et ses personnalités. Bien vivre ensemble, mieux vivre ensemble parce que vivre ensemble, c’est mieux !
Dossier du jour, invités coup de cœur, des conseils d’experts et des cadeaux à gagner sont les 4 grandes thématiques pour accompagner vos fins de matinée tous les jours à 10h45 avec Mickaël Potot et toute l'équipe d'Ensemble c'est mieux.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cévennes nature parcs et régions naturelles environnement solidarité société énergies renouvelables énergie agriculture économie