Cadeaux de Noël. Famille, road-trip, corbeau et renard, Jaurès, TFC : notre sélection de livres autour de l’Occitanie à offrir ou s’offrir

Leur auteur est de chez nous, en Occitanie, leur histoire s’y déroule, parfois les deux. Voici les ouvrages que vous pourrez offrir aux amoureux de notre région ou pour faire connaître celle-ci sous un autre jour, réel ou fictionné.

Débutons par le premier roman de Magyd Cherfi. On y retrouve toute la « langue » et le style de l’ancien chanteur et parolier de Zebda. Nous voici plongés dans un bar de cité où « ça fumait la chicha jusqu’à s’en aveugler ». Slimane va y retrouver son frère « élevé à la force des bras et pour un salaire à vous dégoûter d’entrer en CP ».

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Magyd Cherfi (@magydcherfi)

La force de l’auteur de « ma part de gaulois » c’est qu’il est capable, d’une phrase à l’autre, de vous faire sourire ou pleurer.

 

Quand on est sortis, le frangin m’a précédé ; dans la rue, il a couru en se tenant les hanches comme si sa colonne allait s’écrouler, j’ai hoqueté, et des larmes ont jailli, parce qu’il arrive qu’on pleure un frère qu’on a déjà perdu. Je me suis décidé à aller voir maman, seul, comme un grand.

Magyd Cherfi

"La vie de ma mère !", Actes Sud

Cinquantenaire, qui a plutôt bien réussi sa vie, Slimane ne veut plus contourner l’obstacle. Voici huit mois qu’il boude une mère kabyle, possessive et qui estime avoir tout donné à ses progénitures mais que ces derniers ne lui rendent pas : « Des enfants ? moi j’ai des enfants ? des touristes, oui ! vous venez voir si j’ai pas durci ! »

Mais il n’y pas d’âge pour changer et s’émanciper. Et, derrière l’affrontement, pointe souvent l’amour. Alors qui sait…

« La vie de ma mère » de Magyd Cherfi, Actes Sud

La renarde et le corbeau

Imaginez une terre frappée par la sécheresse, désertée par l’homme et que les animaux, eux aussi, ont de plus en plus de mal à habiter. Cette terre, le lecteur la découvrira via le regard de Rousse, une jeune renarde. Elle décide un jour de tailler la route au bord de laquelle elle croisera un vieux corbeau, très sage celui-là. « Son histoire possède la clarté d’une fable et la puissance d’une odyssée » n’hésitent pas à affirmer les éditeurs gersois de Tristram. On peut les croire.

Sylvie Martigny et Jean-Hubert Gaillot ont ce talent d’exhumer ou révéler des talents en dehors de chemins balisés. C’est par la poste que Denis Infante leur a fait parvenir son manuscrit. Issu du théâtre et du cinéma, l’auteur a également un sens certain de l’image en littérature. « Rousse » le titre de l’ouvrage est sous-titré « ou les beaux habitants de l’univers » 

L’exergue est emprunté à Giono et ouvre le livre : « Dans tous les livres actuels on donne à mon avis une trop grande place aux êtres mesquins et l’on néglige de nous faire percevoir le halètement des beaux habitants de l’univers »(extrait du « chant du monde »)

« Rousse » de Denis Infante, éditions Tristram.

Road-trip en Couserans

Autre ouvrage à mettre sous le sapin : « Et vous passerez comme des vents fous, » de Clara Arnaud (Actes Sud). Enfin si vous arrivez à le trouver. Déjà vendu à 10 000 exemplaires, il est en cours de réimpression. La romancière, plutôt habituée à courir le monde et parfois ses montagnes a, cette fois-ci, choisi les Pyrénées ariégeoises pour y loger son intrigue.

L’acteur central en est l’ours d’hier et d’aujourd’hui. Un récit où, si l’on retrouve des personnages de fictions, une éthologue, un berger, un montreur d’ours, nous livre aussi un instantané de notre société et de son rapport au vivant.

Et pourquoi ce titre au fait ? Il est extrait du poème « impromptu de Hovhannès Chiraz. Une œuvre que lui a fait découvrir un ami berger. Clara Arnaud, pour écrire cet ouvrage et comme elle en a l’habitude, s’est immergée plusieurs mois dans le Couserans pour y écrire ce livre.

« Je n’ai pas de racines là-bas confie-t-elle à Gladys Larivat du Monde des Livres. Ce livre a été une manière de m’installer dans cet endroit qui est devenu chez moi. » Et l’autrice d’expliquer aussi : « Ici, les gens vous choisissent ».

« Et vous passerez comme des vents fous, » de Clara Arnaud, Actes Sud.

Ariège for ever

Emmanuel Le Roy Ladurie est mort le 22 novembre dernier. Le livre qu’il a écrit sur le village de Montaillou en Ariège a fait de lui l’historien le plus lu de sa génération. L’ouvrage s’est vendu à plus de 250 000 exemplaires. Pourtant, le titre du livre « Montaillou, village occitan de 1294 à 1324 » n’aurait pas dû faire rêver les foules dans les années 70. Alors si vous voulez connaître le secret de ce best-seller, procurez-vous la dernière édition toujours disponible en poche.

« Montaillou, village occitan de 1294 à 1324 » d’Emmanuel le Roy Ladurie, Folio.

Jaurès, l’intégrale (ou presque)

Jaurès n’est pas qu’un nom d’avenue ou de collège. La preuve avec le 17ème et dernier tome de ses œuvres qui paraît chez Fayard. La prose s’étire de 1859 à 1914, et ce dernier acte démarre deux ans avant son assassinat. Les deux universitaires qui ont dirigé cette somme ne la veulent évidemment pas exhaustive.  Marion Fontaine et Christophe Prochasson parlent plutôt « d’œuvres choisies ». On y distingue toutefois clairement le parcours du penseur et homme politique tarnais, père du socialisme. Le lecteur y aura aussi la confirmation de la grande capacité de travail de l’homme illustre. Quant aux doctrines sociales, politiques et économiques abordées, impossible de ne pas trouver dans beaucoup d’entre elles une résonance avec l’actualité.

Guerre à la guerre ! (1912-1914). Œuvres. Tome 15, de Jean Jaurès, édition établie sous la direction de Marion Fontaine et Christophe Prochasson, Fayard.

La coupe à la maison

Alors que le TFC continuera à nous faire rêver en Ligue Europa en février prochain contre le Benfica Lisbonne, pourquoi ne pas jeter un coup d’œil dans le rétro. Jano Rességuier, montalbanais d’origine et de cœur, nous replonge dans la saga « Coupe de France ». Le journaliste de RMC Sport y amène son expertise évidemment, mais aussi sa passion.

Au-delà de ce titre remporté haut-la-main, l’ouvrage explique aussi comment les violets sont passés du mot « to loose » au mode « to win ». L’ère des datas oui (au grand regret des puristes) mais pas seulement. Quoi ! Le TFC aurait une âme à l’heure du football « business » et « circus » ?  On va revoir la V.A.R !

"Toulouse FC, l'incroyable parcours en Coupe de France" de Jano Resseguié et Vincent Delzescaux, Talent Sport.