Témoignage. "Je m'octroie une dose de rigolade chaque jour", une des astuces pour lutter contre la dépression saisonnière

Publié le Écrit par Rémi Surrans

Avec l'arrivée de l'automne, du mauvais temps et du raccourcissement des jours, le manque de lumière peut conduire à la dépression saisonnière. Un état psychologique contraignant durant lequel les personnes atteintes sont fatiguées, plus irritables et moins enclines à voir leurs proches. Comment surpasser cette dépression ? Témoignages.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

C'est un mal qui revient à la même période chaque année. L'entrée dans la saison automnale, les jours plus courts, ou encore le mauvais temps provoquent la diminution de la lumière naturelle. C'est ce facteur qui peut entraîner une dépression saisonnière. 

"J'étais beaucoup sujette à ça les années précédentes"

Cet état touche entre 1 et 5% de la population européenne. Les symptômes sont nombreux : fatigue, maux de tête, augmentation de l'appétit avec un risque de surpoids. Les personnes touchées peuvent être plus irritables ou fuir purement et simplement les contacts avec leurs proches. 

Au marché Saint-Aubin de Toulouse, la dépression saisonnière ne transpire pas des visages des passants grâce aux quelques rayons de soleil qui surgissent encore. Mais elle est connue. "Ça m'évoque le manque de motivation, la fatigue" en sourit Ozie, en train de ranger son stand. "Oui, ça peut m'arriver parce que les vacances sont finies, il y a moins de soleil, il fait froid."

Quelques mètres plus loin, Coline patiente devant un mini stand de "conseils gratuits". Elle connaît bien cet état de dépression saisonnière. "J'étais beaucoup sujette à ça les années précédentes. C'était assez difficile. Je pense que je me confortais là-dedans, même si ça peut être un peu agréable d'être triste dans l'année" reconnaît-elle. 

Y résister grâce "au théâtre et la cuisine"

La jeune femme rencontre Guillaume Douat, un humoriste qui anime ce petit atelier dominical. "Il faut penser au futur et à l'été qui va revenir. Si l'été était là toute l'année, on l'apprécierait beaucoup moins" philosophe-t-il. Son conseil ? "Le théâtre" pour "vivre des moments rigolos, fulgurants, qui nous font vibrer". Mais aussi "la cuisine : des bonnes bouffes, des bons plats d'hiver. Je parle de ça et ça y est j'ai faim !"

J'ai décidé d'honorer l'automne et d'en profiter. Quitte à être dans l'automne, autant profiter des couleurs chaudes, notamment pour les saveurs dans la cuisine, les musiques que j'écoute, même ma manière d'habiller (...) J'accepte et j'adore l'automne, je ne suis plus dans le rejet !

Coline, une passante

à France 3 Occitanie

Avec un autre d'état d'esprit, et grâce à ces conseils gratuits, Coline voit les choses autrement. "Cette année, j'ai décidé d'honorer l'automne et d'en profiter. Quitte à être dans l'automne, autant profiter des couleurs chaudes, notamment pour les saveurs dans la cuisine, les musiques que j'écoute, même ma manière d'habiller. Tout change de manière consciente, j'accepte et j'adore l'automne, je ne suis plus dans le rejet !"

"Faire du sport à l'extérieur" recommande une spécialiste

Théo, lui, ne veut pas non plus se laisser abattre par la saison. "Je me force à faire plein de petites activités comme des escape game, des musées" prône-t-il. Pour Arnaud, lutter contre la dépression passe par la bonne humeur. "J'ai une astuce : je m'octroie une dose de rigolade chaque jour."

Florence Sordes, professeure en psychologie de la santé à l'Université Jean Jaurès, rappelle que cette humeur est "particulière" avec des personnes "plus vulnérables". Pour parler de dépression saisonnière, cet état doit "revenir de façon récurrente pendant au moins deux ans". 

Elle insiste sur l'importance de prendre l'air pour l'éviter. "Il peut y avoir ces stratégies d'activités sportives à l'extérieur : même s'il pleut, il faut aller dehors pour gagner cette lumière-là" lance-t-elle. À la maison, "il faut arriver à se procurer des hormones de plaisir, et trouver ce qui fait du bien en dehors de la lumière. On peut penser à ses futurs voyages par exemple."

Selon elle, cette dépression "ne revient pas plus que ça cette année". Pour l'instant. Car après les tempêtes récentes et le changement d'heure qui engendre une tombée de la nuit plus précoce, la dépression saisonnière n'est plus une notion abstraite. 

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :