• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Tarbes : la FDSEA appelle les agriculteurs des Hautes-Pyrénées à manifester ce vendredi

La dernière fois qu'ils avaient manifesté dans la région, les agriculteurs avaient rejoint les "gilets jaunes". / © MP. VOLLE / MAXPPP
La dernière fois qu'ils avaient manifesté dans la région, les agriculteurs avaient rejoint les "gilets jaunes". / © MP. VOLLE / MAXPPP

La fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles des Hautes-Pyrénées va organiser un rassemblement en préfecture ce vendredi. Une délégation d'agriculteurs a rencontré le préfet pour lui faire part de leurs attentes.

Par Margot Desmas

Ils n'en démordront pas avant d'obtenir gain de cause. Les agriculteurs des Hautes-Pyrénées manifesteront devant la préfecture de Tarbes dès 9h30 ce vendredi 14 décembre à l'appel de la FDSEA pour "écouter les réponses" du préfet, préviennent-ils sur Facebook.

Trois d'entre eux ont été reçus ce mardi par le nouveau préfet : Michel Dubosc, secrétaire général de la FDSEA, Pauline Robert, présidente des Jeunes agriculteurs et Christian Fourcade, président de la FDSEA.
 

Ils ont abordé les principales préoccupations des agriculteurs du département : "le retard du versement des aides PAC, la réalisation de la carte des zones défavorisées, le coût du plan de réintroduction de l'ours, le montant des retraites agricoles, l'agribashing, les taxes phytosanitaires", énumèrent les membres de la fédération.

 

L'ours au coeur de la polémique


De nombreux agriculteurs sont effectivement toujours en attente de versement d'une partie des aides de la Politique agricole commune (PAC). Ces avances représentent environ 70% de la somme totale de l'aide.
 

Un apport financier conséquent qui a des répercussions directes sur le paiement des crédits et des charges. C'est notamment le cas dans le Gers où des agriculteurs ont manifesté il y a quelques jours.

Mais le sujet brûlant, c'est la réintroduction de l'ours dans la région. Les membres de la fédération s'y opposent toujours farouchement et regrettent le détachement du gouvernement vis-à-vis des préoccupations des zones rurales.

 

Sur le même sujet

Assas : le portrait d'Emmanuel Macron remplacé par une affichette

Les + Lus