Cet article date de plus de 4 ans

Présidentielle : le poids du FN en Occitanie

L'Occitanie a largement choisi Emmanuel Macron (63 %) dimanche, au second tour de la présidentielle, y compris à Béziers qui était pourtant largement acquise à Marine Le Pen, mais à l'exception de quelques poches FN réparties sur le pourtour méditerranéen.
Affiche Marine Le Pen élection présidentielle 2017
Affiche Marine Le Pen élection présidentielle 2017 © L-VADAM/MAXPPP

Deux régions au vote différent


Emmanuel Macron a réalisé le grand chelem en Occitanie. Elu président de la République, grâce notamment au Front républicain qui s'est élévé contre son adversaire Marine Le Pen, le candidat a remporté tous les départements de la région Occitanie. Avec notamment des scores supérieurs à 72 % dans l'Aveyron, le Lot ou la Haute-Garonne, avec près de 83 % dans la ville de Toulouse

Dans le Tarn-et-Garonne, où Marine Le Pen avait dominé le premier tour, elle est devancée par Emmanuel Macron mais réalise tout de même 42,48 %. C'est le département de l'ex-Midi-Pyrénées à avoir voter le plus Front National. A noter, dans ce département, que Marine Le Pen a obtenu 95 % des voix dans la petite commune de Balignac

Pourtour méditerranéen pro FN

La marée Macron s'arrête aux frontières de l'ancienne région Languedoc-Roussillon, où Marine Le Pen rafle plusieurs communes du pourtour méditerranéen, des Pyrénées-Orientales - où est élu son conjoint Louis Aliot - à l'Aude, l'Hérault et le Gard. Marine Le Pen inscrit ainsi des scores supérieurs à 40% à Perpignan, Narbonne, Carcassonne, ou encore à Beaucaire, municipalité FN du Gard (55,47%).

Résultat Pyrénées-Orientales second tour élection présidentielle 2017
Résultat Pyrénées-Orientales second tour élection présidentielle 2017

Le plus de voix dans les Pyrénées-Orientales

A l'échelle des départements, en Pyrénées-Orientales, la candidate du FN remporte plus de 47% des voix. Dans l'Aude voisine, elle frôle les 45% - et des petites communes du pays cathare flirtent avec les 75% comme Vilautou ou les 90% comme Fontanès-de-Sault. Lézinien-Corbières a voté à majorité Le Pen. A noter: quatre communes n'ont apporté aucune voix à Marine Le Pen

L'Hérault, qui avait placé Marine Le Pen en tête au premier tour avec 25,70% des voix, lui attribue 40,78% des voix dimanche. Mais Montpellier, ville traditionnellement de gauche qui avait placé le candidat de la France Insoumise en tête au premier tour, donne une large victoire à Emmanuel Macron, avec 77,67% des suffrages.
Résultat plus surprenant, le candidat d'En Marche! arrive en tête à Béziers, la seconde ville du département dirigée par le proche du FN Robert Ménard, avec 52,69% des suffrages. Le 23 avril, la candidate FN y était arrivée très largement en tête (31,23%). Alors que tout le Bitterois a voté massivement Le Pen au second tour comme à Villeneuve-lès-Béziers (60,51 %), Vias (58,19 %) ou Vendres (56,41 %)

 

Le FN se renforce dans ses bastions

Dans le Gard, Mme Le Pen remporte un score de 45,24% contre 54,76% au centriste. A Nîmes, la plus grande ville du département, Emmanuel Macron obtient 65,16% des voix.

Globalement, le front national se renforce dans ses bastions ( Gard rhodanien, petite camarague ) et peut espérer consolider ses positions aux législatives au moins dans la 2ème circonscription du Gard, la 2ème des Pyrénées-orientales ou la 6ème de l'Hérault.
 

Symbole de cette défaite au niveau national, la candidate frontiste est arrivée en tête dans seulement 9 000 communes, alors qu'elle avait emporté la mise dans environ 19 000 localités au premier tour (Source francetvinfo )
 

© FrancetvInfo

Revivre notre live sur le second de la présidentielle en Occitanie


Marie-Franc Jamet, présidente du Groupe FN au conseil régional
"Je pense que c'est une victoire pour le Front National qui reste le premier parti de France avec un véritable programme. Les choses commencent avec les législatives car Emmanuel Macron a assis sa victoire sur une addition de faiblesses et des partis décomposés."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région occitanie politique réforme territoriale élections rassemblement national