Hérault : à Vic-la-Gardiole, une chercheuse mise sur la biodiversité pour créer la vigne de demain

Vic-la-Gardiole (Hérault) - une chercheuse mise sur la biodiversité pour créer la vigne de demain et concourt à "Mon projet pour la planète" - mai 2018. / © F3 LR
Vic-la-Gardiole (Hérault) - une chercheuse mise sur la biodiversité pour créer la vigne de demain et concourt à "Mon projet pour la planète" - mai 2018. / © F3 LR

"Mon projet pour la planète", c'est une grande consultation lancée par le ministère de l'Ecologie. Chacun peut voter sur internet jusqu'à ce vendredi soir pour élire son projet préféré parmi 420 en France. Découvrez l'un des favoris, à Vic-la-Gardiole, près de Montpellier.

Par Fabrice Dubault

68 dossiers "Mon projet pour la planète" ont été enregistrés en Occitanie, dont une trentaine en Languedoc et en Roussillon.
Nous avons suivi le projet de Pierre-Yves Petit, intitulé Vignes en transition, il a déjà plus de 1.100 votes. Il s'agit d'une démarche interdisciplinaire de diversification fruitière et agro-environnementale des vignes méditerranéennes.

Vic-la-Gardiole (34) : une chercheuse mise sur la biodiversité pour créer la vigne de demain
"Mon projet pour la planète", c'est une grande consultation lancée par le ministère de l'Ecologie. Chacun peut voter sur internet jusqu'à ce vendredi soir pour élire son projet préféré parmi 420 en France. Découvrez l'un des favoris, à Vic-la-Gardiole, près de Montpellier. - F3 LR - Reportage : A.S.Mandrou et F.Jobard

La course est lancée dans les vignes de Vic-la-Gardiole... Objectif, rafler le titre du meilleur projet pour la planète avec "Vignes en transition" : ou comment rendre les vignes plus productives et plus saines...

Dans une région de quasi monoculture, où l'eau et la biodiversité se font rares, Henri, Béatrice et son compagnon ont lancé une expérience. Plutôt que de désherber les vignes, y cultiver des pois, des cérales ou des fèves.

Le truc, c'est de trouver les bons mariages pour donner à la vigne, fertilité et robustesse. Et pour ça, il suffit de copier la nature... en suivant la coopération naturelle des végétaux.

Avantage, ces végétaux peuvent à la fois nourrir le sol et les humains et donc rapporter plus au viticulteur. L'inconvénient, c'est qu'il faut changer sa manière de travailler et adapter les outils.
Le domaine héraultais novateur en la matière veut devenir site pilote pour former d'autres vignerons.

A la clé du concours, 3 millions d'euros à se partager entre les projets lauréats... Vignes en transition fait partie des favoris.

Sur le même sujet

Sète (34) : les Assises de la mer et la visite du ministre de l'Agriculture

Les + Lus