L’incroyable téléscopage du calendrier judiciaire de la famille Merah

Le Palais de Justice de Paris / © MaxPPP
Le Palais de Justice de Paris / © MaxPPP

Alors qu’une grande partie de la famille, notamment la mère et le frère Abdelghani, doit témoigner cette semaine au procès d’Abdelkader Merah, suspect de complicité avec son frère Mohamed, se tient aussi le procès de son beau-frère, époux de la soeur Souad, parti en Syrie.

Par Fabrice Valery

Cette semaine le nom de Merah est partout dans l’immense palais de justice de Paris : deux procès se tiennent simultanément aux assises et en correctionnelle où sont concernés des membres du clan.

Un télescopage judiciaire assez incroyable. Explications de ces deux événements judiciaires, séparés de quelques dizaines de mètres.

7 membres de la famille cette semaine aux assises

D’abord, il y a le procès devant la Cour d’assises spéciale d’Abdelkader Merah qui entre dans sa troisième semaine ce lundi 16 octobre. Un procès auquel sont attendus, en tant que témoins, plusieurs membres de la famille, justement cette semaine :
  • le frère aîné Abdelghani, pourfendeur du clan et de la radicalisation d’une grande partie de la famille, est le premier attendu lundi après-midi pour un témoignage-confrontation qui s’annonce musclé avec son frère et ses avocats notamment Maître Eric Dupont-Moretti.
  • il sera suivi d’une des deux soeurs Merah, Aïcha, celle qui a tenté “d’élever” les petits, Abdelkader et Mohamed, après le départ du père et alors que la mère était dépassée.
  • Mardi matin, le fils et l’ex-compagne d’Abdelghani seront également entendus.
  • Mercredi, après avoir entendu Yasmina Mesbah, la compagne d’Abdelkader Merah, et avant d’écouter Karim Mesbah, son beau-frère, c’est à un moment sans doute clé du procès que procèdera la Cour d’appel en milieu d’après-midi : l’audition de Zoulikha Aziri, la mère de la fratrie. Elle devra notamment s’expliquer sur ses propos concernant la mort de son fils Mohamed, sur des écoutes “gênantes” enregistrées au parloir de la prison avec Abdelkader et sur sa propre radicalisation religieuse.

En tout, ce sont donc 7 membres de la famille (hors Abdelkader, le principal accusé) qui seront appelés à témoigner lors de cette troisième semaine du procès.

Ne manquent que le père et la soeur Souad

Pour que la galerie de portraits soit complète, il ne manque que le père Mohamed Merah (il porte le même prénom que son 3ème fils), qui vit en Algérie et la plus jeune des soeurs, Souad Merah, qui après avoir tenté de rejoindre la Syrie avec ses enfants pour rejoindre son mari (lire ci-dessous) serait elle aussi actuellement en Algérie, berceau de la famille.
Souad Merah (photo d'archives) / © Pascal Pavani / AFP
Souad Merah (photo d'archives) / © Pascal Pavani / AFP

Le mari de Souad Merah jugé en correctionnelle

Souad Merah, qui avait suscité la polémique lorsque “piégée” par Abdelghani et filmée à son insu par M6, elle s’était dite fière de son frère Mohamed, sera concernée, bien qu’absente, par le deuxième procès “Merah” de la semaine : celui, en correctionnel de six hommes pour association de malfaiteurs terroriste, parmi lesquels son mari.

Ces 6 hommes, en provenance de la région toulousaine et d’Albi, avaient rejoint la Syrie pour faire le jihad. Ils nient aujourd’hui avoir combattu aux côtés de Daesh.

Trois d’entre-eux sont rentrés prématurément de Syrie en 2014 parmi lesquels l’époux de Souad Merah. Ils semblent avoir découvert sur place que la réalité était différente de ce qu’ils avaient imaginé. Arrêtés à la frontière turque, ils sont expulsés vers la France dans des conditions rocambolesques.

Ils ont depuis été placés en détention provisoire et comparaîtront toute la semaine devant le tribunal correctionnel de Paris. A quelques salles d’audience du procès Merah devant la Cour d’assises.


La “galaxie” Merah

Ne manquent plus au tableau que les “amis” de la famille, les “frères de religion” comme les nomment Abdelkader Merah : Sabri Essid, organisateur notamment des obsèques de  Mohamed Merah dont il était devenu le “demi-frère” avec le mariage de son père avec la mère des Merah Zoulikha Aziri, ou encore les frères Jean-Michel et Fabien Clain, “voix” de la revendication des attentats du 13 novembre 2015. Des hommes qui sont tous partis en Syrie et dont on ignore aujourd’hui s’ils sont morts ou vivants.

Tout un monde qui tournait de très près autour de Mohamed et Abdelkader Merah. La galaxie Merah. 

Sur le même sujet

Montpellier : le Camion du coeur, plus qu'un repas, un réconfort

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne