TÉMOIGNAGES. Coronavirus: des touristes francs-comtois bloqués au Maroc

Aéroport d'Agadir au Maroc / © Jeanne Thiery
Aéroport d'Agadir au Maroc / © Jeanne Thiery

Parmi les milliers de touristes européens bloqués au Maroc, des Francs-Comtois patientent dans les aéroports de Agadir, Marrakech, Casablanca ou Rabat. Pour enrayer l'épidémie de Coronavarius, le royaume du Maroc a fermé ses frontières. Certains touristes ont fait un sacré détour pour rentrer.

Par Isabelle Brunnarius avec AFP

Un couple qui réside près de Héricourt a passé une semaine de vacances à Agadir et c'est seulement hier à 17 h 40 qu'ils ont appris que leur vol de la compagnie Easy Jet prévu à 19 heures était annulé. Ce dimanche, ils n'ont pas de nouvelles et doivent poursuivre à leur frais leur séjour. L'hôtel leur a proposé une autre chambre. 

"Le 14 mars nos amis devaient prendre l'avion à 8 h et nous à 19h. À ce moment là nous ne savions pas que nos vols étaient annulés. Nous entendions dire que les frontières étaient fermées. Nos amis se sont rendus à l'aéroport et ont constaté que leur vol était annulé. Aucun message de la part de la compagnie. Surprise lorsqu'on les a revu à l'hôtel. Pour nous aucune nouvelle. Alors nous avons contacté l'aéroport de bâle qui nous a confirmé l'annulation de notre vol. Et c'est à 17h50 que nous avons été averti par notre compagnie. Nous avons dû réserver une chambre ainsi que les repas pour deux jours à nos frais (heureusement l'hôtel où nous avons séjourné n'était pas complet). Ensuite nous sommes allés au consulat qui nous ont dit en Gros qu'ils ne pouvaient rien pour nous. Depuis nous sommes connectés sur le site de transavia pour essayer de trouver un vol sans résultat jusqu'à maintenant. Personne n'est en mesure de nous aider. La seule chose que l'on nous dit c'est que le gouvernement fait le nécessaire pour nous affréter des avions. On est dans le flou, chacun dit tout et n'importe quoi. On a failli réserver deus vols pour ce soir un au départ d'affadir et un au départ de Marrakech et au moment de l'authentification, échec avion complet. Merci pour votre soutien. Nous restons à votre disposition pour la suite des événements. "

Ce lundi à Agadir, le consulat de France ne reçoit plus personnes, ont constaté des touristes sur place. "Ils ont mis une affichette avec leur numéro et celui de l'ambassade à Rabat" précise l'un d'entre eux. Emmanuel, un médecin de Haute-Saône est lui aussi bloqué à Agadir. Il témoigne via notre page facebook :

"Trois avions affrétés par la compagnie Transavia ont été pris d’assaut avec une réservation à plus de 22 heures hier et au moment de valider le paiement tout était complet ! Nous sommes dans l’attente fébrile de la prise ouverture de site de cette compagnie... j’hésite suis médecin généraliste je serais plus utile en France actuellement que bloqué ici"

Quelques avions spéciaux sont partis dimanche du Maroc pour ramener les milliers de touristes européens bloqués depuis la fermeture des liaisons aériennes imposées par Rabat pour limiter la propagation du nouveau coronavirus, selon les sites des aéroports.

► Agadir-Casablanca-Londres-Genève... Besançon ? 


Un couple qui réside près de Besançon a pu partir de Agadir, ce matin vers 6 heures, en prenant un vol intérieur vers Casablanca. Ensuite, ils ont trouvé un vol pour Londres.  Puis, ils ont pris une liaison Londres-Genève. Ce périple imprévu leur a coûté 2300 euros !

Ils devraient arriver dans la soirée en Suisse mais comment passer la frontière pour rentrer dans le Doubs ? Hier, nos confrères du journal 24 heures indiquaient que les frontières n'étaient pas fermées. L'Allemagne a fermé ses frontières ( sauf pour les frontaliers) mais pas la France, pour le moment. 


Notre confrère de L'Est Républicain a diffusé une video montrant les conséquences de ce blocage sanitaire à l'aéroport de Marrakech.

Les compagnies aériennes comme Easy jet annoncent que les billets qui n'ont pas pu servir seront remboursés et que les clients doivent en acheter d'autres. Mais, les prix s'envolent...
 

Dans la journée de dimanche, plusieurs internautes ont bien voulu répondre à notre appel à témoignages lancé sur facebook. Voici celui de Camille et Tiffany : 

"Nous sommes partis de Dole pour Marrakech le vendredi 13 mars à 10h40. Pendant notre vol à 12h33 le roi et Macron ont décidé de fermer les frontières. Nous devions rentrer le mardi 17 mars. Nous avons 3 enfants de 10, 7 et 3 ans qui nous attendent en France. Nous avons une boulangerie à École Valentin (CT Mathey) avec 10 salariés qui nous attendent également impatiemment et qui font tourner la boutique sans nous. Nous n'avons PAS d'informations de la part du consulat au Maroc, notre compagnie Ryanair nous a complètement laissé tomber...

Plusieurs vols avec transavia arrivent depuis aujourd'hui pour le retour en France mais une fois informé sur Twitter le temps de se connecter et de payer ils sont déjà tous complet...
En gros c'est la catastrophe !

Nous avons décidé de quitter Marrakech pour rejoindre Agadir dès demain matin en espérant que l'aéroport soit un peu plus calme et nous sommes prêts à partir de n'importe quel aéroport du Maroc pour arriver à n'importe quelle ville de France vu la situation. Nous habitons la Haute Saône et pour finir je n'ai pas assez de levotyrox pour ma thyroide si la situation dure la fatigue et les effets risque d'être présents rapidement.
Au niveau du mental entre le stress, le virus, les enfants et notre commerce c'est très difficile mais heureusement nous pouvons fortement compter sur notre famille et nos salariés et nous espérons que l'air marin d'Agadir nous permettra de patienter !"

 
Les vacances de Camille et Tiffany au Maroc / © Camille et Tiffany Mathey
Les vacances de Camille et Tiffany au Maroc / © Camille et Tiffany Mathey


Il ne s'agit pas à proprement dit d'une fermeture de frontières décidée par la France et le Maroc, même si dans les faits, les conséquences sont similaires. Le royaume du Maroc a décidé dimanche de suspendre tous les vols internationaux "jusqu'à nouvel ordre" pour lutter contre la propagation de la pandémie,, après avoir fermé progressivement les liaisons avec différents pays ces derniers jours, selon un communiqué officiel diffusé par l'agence MAP.  
 

   
Des milliers de touristes, notamment français, se sont retrouvés bloqués dans le royaume, qui a accueilli en 2019 quelque 13 millions de visiteurs.
    
L'ambassade de France au Maroc qui, comme d'autres, a ouvert une cellule de crise et se veulent rassurantes :
 

    
Face à la situation, les autorités marocaines ont accepté de discuter "au cas par cas" pour autoriser des vols spéciaux, selon les informations obtenues par l'AFP. Mais le couple de Haute-Saône ne comprend pas. Ils ne peuvent pas prendre leur vol en direction de Bâle alors que certains touristes pourraient rentrer en Autriche. Côté Maroc, plusieurs vols vers l'Europe, notamment l'Allemagne, l'Espagne ou la Belgique, partent effectivement ce dimanche, selon les informations diffusées sur les sites des aéroports et les messages des ambassades. 

► Marocains aussi en attente 

Parallèlement, les passages terrestres vers les enclaves espagnoles de Ceuta ou Melilla, également fermés depuis vendredi, ont été partiellement rouverts pour permettre aux touristes européens d'accéder aux ferries vers l'Espagne, selon les informations obtenues à Rabat. Eux aussi pris par surprise, des milliers de Marocains sont également en attente de rapatriement dans des aéroports, notamment en France, mais aussi des ports, selon les médias locaux.
    
Ceux qui attendent dans des aéroports parisiens sont d'autant plus mécontents que les avions spéciaux chargés de ramener les touristes du Maroc partent à vide, selon des messages diffusés sur les réseaux sociaux.
    
Alors que l'Europe est devenue l'épicentre de la pandémie, le Maroc reste relativement épargné même si, d'après un nouveau bilan officiel, les cas détectés ont triplé en trois jours, passant à 28 dimanche -dont un décès et une rémission.

Tous les cours ont été suspendus dans les écoles et les universités, tous les événements culturels et sportifs annulés et les rassemblements publics de plus de 50 personnes sont interdits.
    
Dans le même temps, les autorités multiplient les messages rassurants pour éviter que les magasins ne soient pris d'assaut et s'efforcent de lutter contre les "fake news" sur les réseaux sociaux. 

Sur le même sujet

Les + Lus