Coronavirus à Dijon : quelle est la dangerosité du Covid-19 ?

Lors de la conférence de presse organisée à Dijon par l'ARS ce vendredi 28 février après la découverte de 4 cas avérés, le Pr Piroth, directeur du service d’infectiologie au CHU, a fait le point sur les connaissances scientifiques sur le Covid-19.

Le coronavirus
Le coronavirus © HO / BRITISH HEALTH PROTECTION AGENCY / AFP

« C’est légitime que le Covid-19 suscite de l’émoi. Mais il faut apprécier les choses à leur juste mesure », a expliqué le directeur du service d’infectiologie au CHU, le Pr Piroth, lors de la conférence de presse organisée à Dijon par l'ARS ce vendredi 28 février.

Les autorités sanitaires ont tenu à se montrer rassurantes après la découverte de 4 cas avérés en Côte-d’Or. Elles reconnaissent que la situation est évolutive, qu’on a encore beaucoup apprendre de ce nouveau virus mais elles invitent à ne pas céder à la psychose.


La dangerosité du Covid-19

« D’après les données qui nous parviennent d’un peu partout dans le monde, 85% des personnes qui font une infection au coronavirus Covid-19 vont parfaitement bien. 15% vont développer des symptômes de maladies un peu graves. 2% vont malheureusement en décéder. Nous sommes sur un niveau de mortalité moindre que ce qu’on a pu voir par le passé avec H5N1 ou le SRAS par exemple. », a détaillé le spécialiste.


Et de poursuivre : « j’aimerais faire le parallèle avec virus de la grippe. Les données de la semaine dernière faisaient état de 44 morts dont 8 enfants en France. Cela ne veut pas dire qu’il faut traiter le Covid-19 par-dessus la jambe. Mais il faut apprécier les choses à leur juste mesure. »
 

Qui tombe malade le plus souvent ?


Les personnes infectées, qui présentent des problèmes de santé suite à leur infection au Covid-19, sont sans surprise les personnes les plus fragiles. En la matière, l’âge peut jouer un rôle. Les quatre patients hospitalisés à Dijon ont ainsi plus de 80 ans. 


Les personnes immuno-déficientes ou ayant des pathologies pulmonaires, cardiaques, rénales ou hépatiques sévères doivent également faire l'objet d'une vigilance accrue. 
 

Quels sont les symptômes ?

La maladie peut de se déclarer après 2 à 14 jours d’incubation par des signes cliniques assez banals en cette saison : toux, fièvre au-dessus de 38° ou sensation de fièvre, sensation de gêne respiratoire, fatigue, maux de tête, écoulement nasal, douleurs musculaires, pharyngite ou perte d'appétit.

D’autres signes apparaissent ensuite dans certains cas : vomissements, diarrhée, céphalées, vertiges, conjonctivite.

Cela ressemble beaucoup aux symptômes de la grippe. Comment distinguer les patients victimes de ces deux virus différents ? Le seul moyen de faire le bon diagnostic est de pratiquer un test.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter