La foire internationale de Dijon aura-t-elle lieu ? Les organisateurs demandent la fin du "supplice chinois"

Les organisateurs de la foire internationale de Dijon attendent la décision de la préfecture. L'événement pourra-t-il se tenir malgré le contexte sanitaire ?

La foire internationale et gastronomique de Dijon.
La foire internationale et gastronomique de Dijon. © MAXPPP
En 2019, la foire de Dijon avait accueilli près de 160 000 visiteurs autour de 600 exposants. En 2020, il paraît difficile que l'événement prévu dans tout juste un mois atteigne de tels niveaux. Les organisateurs ne sont même pas sûrs que la foire puisse ouvrir ses portes le 6 novembre prochain.

Tout dépend d'une décision des autorités. Le préfet de Côte-d'Or, Fabien Sudry, a indiqué à l'occasion d'une conférence de presse samedi 3 octobre qu'elle serait donnée cette semaine en fonction de l'évolution des indicateurs de l'épidémie de coronavirus.

Pour les organisateurs de la foire, Dijon Congrexpo, il faut que son sort soit fixé au plus vite. "On est déjà dans le money time. On s'adaptera, mais il faut vraiment que la décision intervienne le plus rapidement possible, pour nous et pour les exposants, indique François Contet, directeur du développement et de la communication de Dijon Congrexpo, ce mardi 6 octobre.

"La foire c'est quand même une grosse machine, ça ne se monte pas du jour au lendemain […] C'est déjà très tardif parce qu'on a un certain nombre d'engagements à prendre en terme d'organisation, de promotion de la manifestation, qui ne peuvent plus attendre."
 

Tout est en pause pour l'instant. Et c'est vrai que le compte à rebours a commencé depuis un certain nombre de jours maintenant. C'est cette semaine qu'il faut vraiment qu'on ait une décision.

François Contet, Dijon Congrexpo


"Bien évidemment, on se pliera à toute décision, quelle qu'elle soit", ajoute-t-il.
 

Combien de visiteurs autorisés ?

Si l'événement est autorisé à se tenir, il restera la question de la jauge retenue. En France il est aujourd'hui interdit, sauf dérogation, d'organiser des événements qui rassemblent au même moment plus de 5 000 personnes. Si c'est cette limite qui est retenue, Dijon Congrexpo se dit être prêt. "Même avec une jauge à 5 000, on sait faire […] Ça implique forcément un autre mode d'organisation et un lissage du nombre de visiteurs sur l'ensemble de la durée de la manifestation, sans que ce soit facile à organiser"

La Côte-d'Or est actuellement en zone d'alerte concernant l'activité épidémique. Si elle bascule en zone d'alerte renforcée, la capacité maximale du site sera abaissée automatiquement à 1 000 visiteurs simultanés. "Cela rendrait l'exercice particulièrement compliqué", selon le représentant de Dijon Congrexpo. "L'équilibre économique de la manifestation repose aussi sur un nombre de visiteurs. Il faut que les exposants puissent quand même avoir du passage", avance-t-il.
 
 

Combien d'exposants ?

Certains exposants ont déjà annoncé qu'ils ne viendraient pas. "Mais il y a une proportion importante d'exposants qui sont prêts à venir, assure François Contet. Ils ont très peu travaillé cette année. Ils savent que la foire de Dijon est traditionnellement une bonne foire. Donc forcément, ils ont des ambitions. Il en va aussi pour eux souvent de la survie de leur entreprise."

Une chose est sûre, si la foire se tient, les exposants seront de toute façon moins nombreux. "Si on prend des mesures sanitaires comme elles sont prévues, il y a forcément un élargissement des allées donc moins d'espace consacré à la location et plus d'espace consacré à la circulation des visiteurs", explique le directeur de la communication. 

Si Dijon Congrexpo est contraint d'annuler la foire, il ne pourra pas compter sur une assurance pour compenser les pertes. "On organise la manifestation à nos risques et périls. Raison pour laquelle on est prudents sur les engagements, dont certains sont en stand-by dans l'attente de la décision."

Dans un communiqué transmis samedi 3 octobre, Dijon Congrexpo disait "stop au supplice chinois", expression utilisée pour qualifier le report de la décision préfectorale. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
événements sorties et loisirs coronavirus/covid-19 santé société