Rue inondée de sang à Venarey-les-Laumes : la mairie se veut rassurante, les habitants sur leurs gardes

Lors des crues de début avril, une rue de Venarey-les-Laumes (Côte-d'Or) avait été envahie par de l'eau mélangée à du sang en provenance de l'abattoir. Une semaine après, la mairie se veut rassurante concernant l'éventuelle pollution des nappes phréatiques.

L'image a fait le tour des médias. Mardi 2 avril à Venarey-les-Laumes (Côte-d'Or), les crues de la Brenne et de l'Oze ont saturé le réseau d'assainissement de la ville. Conséquence, du sang en provenance de l'abattoir Bigard est remonté... teintant les eaux de rouge et charriant, en prime, une odeur pestilentielle.

Maryse, une riveraine, a vu l'eau souillée pénétrer dans sa maison. "Ça pue, c'est en train de polluer nos habitations", s'alarmait-elle alors au micro de France 3 Bourgogne. "Les personnes les plus proches des bouches d'égout vont avoir du sang dans leurs habitations. Ça va infiltrer les murs... On ne se débarrasse pas de l'odeur du sang comme ça !"

Une semaine plus tard, l'odeur a fort heureusement disparu. En se retirant, le sang n'a pas non plus laissé de traces en surface. "Maintenant, le fait que le sang a pu pénétrer dans la nappe phréatique, nuance l'habitante, ça inquiète forcément. On a besoin de savoir s'il y a eu un impact sur l'environnement de manière générale et également sur les habitants."

"Il n'y a aucun risque"

Pour le maire de Venarey-les-Laumes, Patrick Molinoz, il n'y a toutefois pas lieu de s'inquiéter. "On peut concevoir que les gens s'inquiètent. Mais quand bien même ce sang dilué rentrerait dans la nappe, la station de pompage se trouve beaucoup plus en amont que l'endroit où le sang s'est mélangé aux eaux. Il n'y aucun risque."

Le sang qui s’est mélangé à l’eau l’a fait parce que le réseau d'assainissement était surchargé. Il n’y a pas de risque sur l’eau potable.

Patrick Molinoz,

maire de Venarey-les-Laumes

"Ce qu'il aurait fallu, c'est que Bigard n'abatte pas le matin où la crue s'est produite", ajoute l'élu. "À l'avenir, s'il y a réitération d'incidents de ce type, je leur demanderai qu'il n'y ait pas d'abattages quand il y a une crue sur cette partie de la rivière et du réseau."

 ► À LIRE AUSSI - EN IMAGES. Inondations du siècle : retour sur quatre jours de crues exceptionnelles qui ont secoué la Bourgogne

Reste que les crues ont causé d'autres dégâts importants dans la commune. Une soixantaine de sinistres a déjà été déclarée. En parallèle, la ville a demandé la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle.