Besançon : le collectif Solmiré continue de rassembler

Publié le Mis à jour le
Écrit par Amandine Plougoulm

A Besançon, certains élus ont écrit au propriétaire du local dont Solmiré vient d’être expulsé. Leur proposition : que le collectif d'aide aux migrants et réfugiés soit exempté des indemnités d'occupation. 

Le 3 avril dernier, l’annonce était tombée comme un couperet. Une décision d’expulsion du « Bol d’R », assortie d’une obligation de paiement d’indemnités d’occupation à hauteur de 565,60 euros par mois. Le Tribunal de Grande Instance avait évoqué  le « droit de propriété » et « le préjudice subi par une occupation sans droit ni titre ».

« Une action humaniste » menée tambour battant

Au total, le montant réclamé au collectif pourrait avoisiner les 3300 euros. Solmiré occupe effectivement le local depuis le mois d’octobre dernier. S’il a réquisitionné cet espace vacant, c’est pour y instaurer un accueil de jour pour les demandeurs d’asile. Une cuisine et une salle de bain leur permettaient de se faire à manger et de se doucher. 

C’est cette « action humaniste » menée par le réseau de bénévoles que les élus des Groupes Socialiste et Société civile Républicaine, d’EELV et du Parti Communiste Front de Gauche ont tenu à souligner. Ils ont adressé une lettre à la directrice générale de la Saiemb, Danielle Poissenot, pour lui proposer l’abandon de l’obligation de paiement des indemnités logement. 

Rassemblement ce samedi rue d’Arène

Au local du Bol d'Air, une soixantaine de bénévoles s’est activée pour venir en aide à des migrants venus essentiellement des Balkans et d'Afrique.  Leur combat continue, puisqu’un rassemblement se tiendra ce samedi, au local rue d’Arènes

Manifestation pour Solmiré

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.