Nutri-score pour tous les aliments : une menace pour les fromages AOP de Franche-Comté ou la saucisse de Morteau ?

La Commission européenne souhaite étendre le système d'étiquetage nutritionnel nutri-score à tous les aliments. Est-ce une bonne nouvelle pour les produits du terroir franc-comtois ? Quel serait le classement des Comté, Morbier, Mont d'Or, Bleu du Haut-Jura ou saucisse de Morteau ?

On le voit depuis plusieurs années sur bon nombre d'emballages. Classant de A à E les denrées, le logo nutri-score permet de comparer les valeurs nutritionnelles des aliments. Va-t-il devenir obligatoire sur l'ensemble des produits alimentaires en France ? La Commission européenne a annoncé l'instauration de ce logo d'ici fin 2022 dans le cadre de sa stratégie politique "Farm-to-Fork" ("De la ferme à la fourchette"). Le projet est en discussion cette semaine au Parlement européen. 

"On le vit comme une injustice"

En Franche-Comté, région la plus dotée en AOP (Morbier, Comté, Mont D'Or, Bleu du Haut-Jura), cette mesure inquiète. A commencer par la filière AOP Mont d'Or. Son syndicat professionnel voit d'un mauvais œil l'arrivée de cet étiquetage sur la fameuse boîte chaude en épicéa. A priori le Mont d'Or serait classé dans la catégorie D parce qu'il contient des matières grasses et du sel.

"On le vit comme une vraie injustice alors qu'on travaille avec un cahier des charges extrêmement sévère régi par un décret" déplore le président du syndicat Mont d'Or, Eric Fevrier. L'incompréhension domine alors que ces produits laitiers ne contiennent aucun conservateur, aucun additif et sont fabriqués sans OGM.

Comté, Morbier et Bleu de Gex classés en D ou E ?

Comme le Mont d'Or, avec le système de classement nutri-score actuel, la plupart des fromages, beurres et crèmes sous AOP et IGP seraient classés en catégories D et E. Cela revient à les classer dans la catégorie des produits qu'il est conseillé de manger moins souvent.

Le nutri-score ne prend pas en compte l'équilibre alimentaire dans son ensemble selon le CIGC (Comité Interprofessionnel du Comté). "On attribue une note pour une consommation de 100 grammes, or la portion moyenne de Comté dégustée est d'environ 40 grammes..." explique Alain Mathieu, président du CIGC. Il rappelle que manger du comté apporte du calcium, des vitamines, des oligo-éléments et surtout du plaisir...

Un étiquetage non adapté aux produits AOP 

Les défenseurs des produits AOP estiment que cet étiquetage ne prend pas en compte les engagements consignés dans les cahiers des charges, à savoir la défense d'un modèle d’agriculture durable, extensive, à taille humaine. Ils considèrent que ce système d'étiquetage a été spécifiquement conçu et adapté pour les produits industriels ultra-transformés. L'étiquetage serait donc perfectible.

De leur côté, les fabricants de saucisse de Morteau, dont l'IGP fête cette année ses 10 ans, partagent ces craintes. Ils souhaitent que cet affichage reste une démarche volontaire et non obligatoire. 

Le nutri-score kézako ?

Mis en place en France en 2017, le nutri-score est un étiquetage apposé sur la face avant des emballages par les producteurs, uniquement sur la base du volontariat. Aujourd'hui en France près de 500 entreprises sont engagées dans cette démarche.

Ce logo a pour objectif d'informer les consommateurs sur les qualités nutritionnelles des produits. Associé à des lettres de A à E, il se décline en 5 couleurs : du vert foncé au orange foncé. Il indique les aliments à favoriser (fibres, protéines, fruits, légumes, légumineuses, fruits à coques, huile de colza, de noix et d’olive) et ceux à limiter (énergie, acides gras saturés, sucres, sel), sur la base de teneur en aliments pour 100g ou 100 ml de produit.

Quel impact sur les habitudes de consommation ? 

D'après une étude de Santé Publique France, en 2020 trois personnes sur quatre ayant entendu parler ou vu le logo Nutri-Score sur un produit, déclarent l'avoir acheté. Santé Publique France préconise d'interdire la publicité sur les aliments notés D et E au nutri-score.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
gastronomie culture alimentation société