Montbéliard : "Une immense tristesse", une marche blanche rendra hommage à Sarah Limane retrouvée morte

Elle n’avait que 27 ans. Sarah Limane a été retrouvée morte vendredi 18 juin au soir dans un appartement de la Petite-Hollande à Montbéliard (Doubs). Un homme âgé de 41 ans est toujours en fuite. Il avait contacté un ami pour lui dire « qu’il avait tué sa femme. »

Sarah Limane avait 27 ans, elle a trouvé la mort dans un appartement de Montbéliard. Le suspect déjà connu pour violences envers des femmes est recherché.
Sarah Limane avait 27 ans, elle a trouvé la mort dans un appartement de Montbéliard. Le suspect déjà connu pour violences envers des femmes est recherché. © Facebook - Sarah Limane

Organisée par la famille, la marche blanche en hommage à Sarah Limane aura lieu ce samedi 26 juin à 15h. Le cortège partira de l’école primaire du Petit Chênois, 27 rue du Petit Chênois, dans le quartier de la Petite-Hollande à Montbéliard. Tous les participants sont invités à se vêtir de blanc.

Hommage à Sarah sur les réseaux sociaux

Depuis que l'identité de la jeune femme a été dévoilée, les messages pour saluer la mémoire de Sarah Limane sont nombreux. Amis, anonymes mais surtout les proches ont tenu à souligner la gentillesse de la jeune femme. Sa tante Hassiba Rima Limane la décrit comme une personne « joviale ». "Sarah avait bon coeur, c'était une femme magnifique, grande, blonde. Je l'appelais mon marsupilami parce qu'avec ses grands bras, elle m'enlaçait à chaque fois qu'on se voyait".

Sarah avait passé haut la main les premières épreuves pour entrer chez Hermès. Ce jeudi 24 juin, elle devait passer d'autres épreuves. "Sarah était très douée, intelligente et possédait une grande qualité d'écriture" témoigne sa tante Hassiba Rima Limane.

« C’est avec le cœur lourd et une tristesse immense que j’écris ce message aujourd’hui. La vie de ma nièce lui a été volée. Ma nièce, tu étais une personne gentille, joviale, câline… Mon marsupio tu as laissé un grand vide derrière toi. Mais ne t'inquiètes pas, justice sera faite Tu resteras à jamais gravée dans nos cœurs et dans nos mémoires ».

La jeune femme vivait aux Champs-Montants à Audincourt dans son propre appartement. Depuis l'âge de 14 ans elle entretenait une relation amoureuse. En début d'année, le couple se sépare et Sarah fait la connaissance d'un autre homme, celui qui est aujourd'hui suspecté de sa mort. "Elle avait flirté avec lui mais elle n'en voulait pas. Avec la mort de Sarah, il nous torture à vie".

"Sarah était une personne formidable qui aimait les gens"

Un ami de la maman de Sarah, Youcef Kebailli, que la jeune femme appelait « tonton » lui rend également un vibrant hommage. Contacté par téléphone, l'homme évoque le souvenir de Sarah : "Sarah, je l'ai vue grandir. C'était une personne très agréable. Sa maman l'avait mise en garde par rapport à ses fréquentations. Sarah était une personne formidable qui aimait les gens. Elle était souriante, aimante"

"J’ai posté ces quelques photos pour ne pas oublier son magnifique visage angélique qui ne demandait qu’à vivre, mais le sort en a décidé autrement" a-t-il publié sur sa page Facebook.

Que s'est il passé dans cet appartement de Montbéliard ? 

Le vendredi 18 juin vers 20h30, la police a été contactée par un homme expliquant qu'un de ses amis l'avait appelé pour lui dire qu'il avait tué sa femme. Arrivés dans l’appartement du couple à la Petite-Hollande, les forces de l’ordre découvrent en effet le corps d’une femme d’une vingtaine d’année. Selon les premières constations, aucune "trace n’était visible sur le corps", avait précisé la procureure de Montbéliard Ariane Combarel considérant cette mort suspecte.

Ce n’est que le dimanche 20 juin après un premier examen du corps, que l’intervention d’un tiers est finalement avérée. L’autopsie réalisée le lundi 21 juin confirmera "une mort d'origine criminelle. La jeune femme a été victime d'une agression physique qui a provoqué plusieurs lésions internes".

Quel lien unissait le suspect et sa victime ? A t-elle été tuée en raison du fait qu'elle était une femme ? Si c'est le cas, la mort de Sarah serait donc classée parmi les féminicides. Un de plus, un de trop en France. Sur la page Facebook de l’association « Féminicides par compagnons ou ex » le décès de Sarah est relayé et considéré comme tel. 

Selon une information du ministère de la Justice, Collectif de recensement des féminicides, au 26 mai 2021, 43 femmes ont été tuées par leur compagnon ou ex-compagnon en France.

Le suspect est toujours recherché

Dans le cas de la mort de Sarah Limane, le suspect âgé de 41 ans, de nationalité algérienne, est activement recherché par la police. Une enquête pour meurtre a été ouverte et confiée au commissariat de Montbéliard en co-saisine avec la police judiciaire de Besançon.

L'homme a un passé judiciaire extrêmement chargé, notamment pour des faits de violences entre 2005 et 2008, puis pour des délits routiers et des atteintes aux biens, a relevé la magistrate. Il a notamment fait l'objet d'une procédure judiciaire pour des violences conjugales en 2005 à Paris, d'après une source policière.

Les obsèques de Sarah Limane auront lieu ce vendredi 25 juin à 15h au cimetière de Montbéliard.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
féminicide faits divers hommage société femmes violence conjugale