FC Sochaux-Montbéliard : Le Grand Belfort veut participer à l'offre de reprise de Romain Peugeot

Le président du Grand Belfort Damien Meslot (LR) a annoncé ce vendredi 21 juillet que Le Grand Belfort allait apporter un million d'euros pour participer au projet de reprise du FCSM par Romain Peugeot.

Une course contre la montre semble s'être engagée pour éviter le dépôt de bilan au FCSM et ainsi la relégation au statut amateur.

Selon Damien Meslot, le président du Grand Belfort, l'arrière-petit-fils de Jean-Pierre Peugeot, le fondateur du FCSM, veut déposer une offre de rachat du club auprès de Nenking. Une information également publiée par nos confrères de l'Equipe. 

Selon nos confrères, le financier âgé de 33 ans installé à Londres, Romain Peugeot cherche à rassembler la somme de 12 millions d'euros demandée par Nenking pour le rachat du club.Ce vendredi 21 juillet, l'élu belfortain a précisé que Romain Peugeot aurait "six à sept millions d'euros autour de lui et il cherche toujours des investisseurs pour rassembler la somme nécessaire au rachat du club."

Joint par l'Agence France Presse, Romain Peugeot, a précisé qu'il ne "souhaitait pas commenter cette information". 

On considère que l'on ne peut pas laisser s'écrouler le club historique. Le Grand Belfort a décidé de soutenir le projet porté par Romain Peugeot.

Damien Meslot, Président du Grand Belfort

Ce vendredi 21 juillet, Damien Meslot a annoncé avoir écrit une lettre d'engagement qui permettait d'apporter 1 million d'euros au projet de reprise piloté par Romain Peugeot. Une décision qui devrait être validée lors d'un conseil d'agglomération extraordinaire. Cette somme pourrait être une prise de participation dans une future SCIC société coopérative d'intérêt collectif. Les supporters suivent de près ces évolutions. 

L'association "Sociochaux" souhaite d'ailleurs s'inspirer du modèle de SCIC créé par Bastia, club qui a connu la tourmente en 2017 (on vous explique par ici).

Dernier recours auprès du CNOSF

Cette offre de rachat proposée au propriétaire actuel du club, le groupe Nenking, pourrait permettre de saisir dès que possible le Comité National Olympique du Sport Français, le CNOSF, pour déposer le dernier recours possible et éviter ainsi la perte du statut pro.

Si le propriétaire chinois accepte de vendre, il faudra effectivement convaincre les autorités financières du football français de la viabilité du projet de reprise.

A la fin de la dernière saison, le FCSM a terminé 9e de Ligue 2. C'est pour des raisons financières que le club risque de perdre son statut professionnel.

Le 11 juillet dernier, La DNCG, le gendarme financier du football, avait officiellement relegué en National 1 le FCSM en raison d'importantes dettes. Ce recours devant le CNOSF devrait être déposé avant le 28 juillet. 

"Crédibiliser l'offre"

En apportant ce million d'euros, Damien Meslot veut "rassurer les investisseurs et crédibiliser l'offre" de Romain Peugeot. Le président du Grand Belfort appelle les autres collectivités à participer à ce projet de reprise.

Par ailleurs, les élus du Pays de Montbéliard ont proposé à Romain Peugeot de venir présenter son projet devant l'agglomération, démarche soutenue par le Conseil Régional selon nos informations il aurait été proposé à Romain Peugeot de venir présenter son projet le lundi 24 juillet. Le président de la Chambre d'agriculture de Haute-Saône, Thierry Chalmin a confirmé sa proposition d'aide financière. "Une contribution modeste" pour sauver le FCSM.

Le FCSM , c'est aussi une vitrine de la Franche-Comté

Thierry Chalmin, président de la chambre d'agriculture de la Haute-Saône

Quant au président de la chambre d'agriculture du Doubs, Philippe Monnet, il envisage plus de soutenir un appel à une cagnotte que les agriculteurs pourraient alimenter eux-mêmes. Ces deux soutiens ont été mentionnés dans le dernier communiqué de Nicolas Pacquot. 

Dans l'après-midi, le député Renaissance Nicolas Pacquot a "salué l'initiative du Grand Belfort". Dans un communiqué, le député appelle lui aussi au soutien du département du Doubs et du conseil régional. 

Charles Demouge, le président de PMA, Pays de Montbéliard Agglomération, déclare encore en cette fin de semaine que "PMA n'abandonnera pas le FCSM" tout en soulignant que sa collectivité est déjà propriétaire du stade Bonal et du centre de formation. Un centre de formation, fleuron du club, qui a sorti de nombreux grands joueurs et des internationaux français au cours des dernières décennies.

Une "union indispensable"

Dans son communiqué, le député Nicolas Pacquot estime que "L'union coordonnée de toutes les parties prenantes est indispensable". Une union qui n'a rien d'évident dans l'aire urbaine.

N'oublions pas qu'une bataille a récemment opposé les présidents Meslot et Demouge. En janvier 2023, un protocole avait été signé entre le groupe chinois Nenking, propriétaire du FC Sochaux-Montbéliard et Damien Meslot, le président du Grand Belfort. L'objectif de ce protocole était l'implantation d'un futur centre de performance (centre de formation) du club sochalien d'ici à trois à quatre ans dans le Territoire de Belfort à une quinzaine de kilomètres du Stade Bonal et du pays de Montbéliard. Le président de PMA, Charles Demouge, n’avait pas du tout apprécié cette volonté de partir du pays de Montbéliard pour Belfort. Quant à l'industriel Valère Nedey et Nicolas Pacquot, ils se sont opposés, en 2022 pour conquérir, la 3e circonscription du Doubs. Dans l'adversité, l'union semblerait provisoirement de mise. 

>> Suivez l'actualité du FCSM sur notre site internet.