Haute-Saône : Crash d'un avion Mirage 2000-5 non loin de la base aérienne de Luxeuil-les-Bains, le pilote a pu s'éjecter

Ce jeudi 3 novembre, l’appareil s’est écrasé dans une zone boisée en Haute-Saône communique le Ministère des Armées. Le crash n'a pas fait de victime.

L’accident s’est produit à 14h45, un pilote d’avion de chasse Mirage 2000-5 de l’escadron de chasse 1/2 « Cigognes » de la base aérienne 116 (BA 116) de Luxeuil-Saint Sauveur a été contraint à l’éjection à 5 kilomètres au nord de la BA 116 à proximité de la forêt du Banney entre Luxeuil et Fontaine-les-Luxeuil. Le pilote est indemne et a été pris en charge médicalement. L'homme est un pilote chevronné, il est chef de patrouille et cumule plus de 1400 heures de vol sur Mirage 2000.


 
L’appareil était de retour de mission de la base aérienne 105 d’Evreux (Eure et Loire) où il était déployé pour assurer la permanence opérationnelle de Police du ciel. Il s’est abîmé dans une zone boisée. Il n’était pas armé et n’a pas provoqué de dégâts au sol, indique le ministère. 

Au lendemain du crash, le colonel de la BA 116 Anne Lababie a communiqué d'autres éléments. "Le pilote avant de s’éjecter a délibérément orienté son avion vers une zone non habitée, larguant le bidon central vide de kérosène de son avion pour éviter le risque de suraccident. Par son professionnalisme, sa maîtrise et son sang-froid, il a su minimiser l’impact de cet accident en restant jusqu’au dernier moment à bord de son appareil. Le siège éjectable a ainsi été retrouvé à quelques mètres de l’avion. Les priorités étant de sauvegarder la vie du pilote et de limiter au maximum les dégâts environnementaux et occasionnés sur la population" indique la base aérienne. 

Deux enquêtes de sécurité et judiciaires sont ouvertes pour faire la lumière sur les raisons de cet accident. Une enquête de sécurité du BEAé (Bureau enquêtes accidents pour la sécurité de l’aéronautique d’Etat) et une enquête judiciaire, confiée à la brigade de la gendarmerie de l’air. Le procureur de la République a été saisi.

Le groupe de chasse Cigognes de la BA116 avait publié quelques heures après l'accident, un message de soutien et de reconnaissance à son pilote. L'homme a pu rapidement rentrer chez lui après une prise en charge médicale. 

Plusieurs Mirages et avions militaires se sont écrasés ces dernières années en Franche-Comté

En janvier 2019, à Mignovillard dans le Jura, le commandant Baptiste Chirié,  30 ans et la capitaine Audrey Michelon, 29 ans sont morts le 9 janvier 2019 dans le crash de leur appareil, un Mirage 2000-D qui s'est écrasé lors d'une mission d'exercice en basse altitude et avec des conditions météo délicates. 

Un F18, un appareil suisse s'était écrasé lui en octobre 2015 sur la commune de Glamondans dans le Doubs, à une vingtaine de kilomètres de Besançon. Le pilote avait réussi à s'éjecter.

En juin 2013, un militaire français avait du activer son siège éjectable avant que son Mirage 2000 ne s'écrase sur la commune de Montcourt, en Haute-Saône. Le pilote rentrait de mission et rejoignait la base aérienne de Luxeuil les Bains.

En octobre 2012, un autre appareil de la BA 116 s'écrasait sur la commune de Froideconche, quelques minutes seulement après son décollage. Le pilote, de nationalité taïwannaise, n'avait pas survécu à l'accident.

En 1971, un autre pilote de la base 116 avait perdu la vie dans le crash de son appareil, sur le secteur de Frasne dans le Haut-Doubs.