Haute-Saône : à Lure, 200 personnes manifestent devant l'hôpital pour contester le départ contraint d'un neurologue

À Lure (Haute-Saône), Docteur Ziegler, 67 ans, est sommé de partir en raison de son âge, alors qu'il souhaiterait encore travailler. Ce vendredi 3 décembre, ses patients et ses collègues ont manifesté pour apporter leur soutien. ©Reportage de Lilia Aoudia et Antoine Laroche. Montage de Stéphanie Chevallier.

À Lure (Haute-Saône), Docteur Ziegler, 67 ans, est sommé de partir en raison de son âge, alors qu'il souhaiterait encore travailler. Ce vendredi 3 décembre, ses patients et ses collègues ont manifesté pour apporter leur soutien.

Ce vendredi 3 décembre, ils étaient 200 à manifester devant l'hôpital de Lure en Haute-Saône. Certains affichent des panneaux affichant "Touche pas à mon doc". Des patients, des collègues, des amis, tous contestent le départ du Docteur François Ziegler.

Ce neurologue est contraint, par l'ARS et la direction de l'hôpital, de partir en mars 2022. Car ce dernier est âgé de 67 ans, soit la limite maximale fixée pour le départ en retraite. Une décision incompréhensible pour ce médecin, qui aimerait encore pratiquer pendant un an. Le temps d'assurer la transition avec son remplaçant et d'assurer la qualité de soin dans cet établissement en zone rurale.

400 rendez-vous déjà pris en 2022

Certains patients, inquiets, ne savent déjà pas comment ils pourront être pris en charge. C'est le cas de Bernadette, 75 ans : « On n’a déjà pas de médecin dans la région. On nous en supprime alors qu’il souhaiterait faire une année de plus pour former son remplaçant. C’est tout à l’envers. C’est complétement ridicule. » D'autant que le neurologue a déjà prévu 400 rendez-vous pour 2022.

La patiente haut-saônoise confie qu'elle devra se rendre à Vesoul pour continuer à se faire soigner. À part François Ziegler, il n'y a qu'un neurologue présent dans cette zone et il ne travaille qu'en temps partiel.  

Une pétition et 3 200 signatures

Les manifestants espèrent que cette mobilisation permettra d'infléchir la décision de l'ARS et de la direction de l'hôpital. Ce n'est pas la seule action entreprise : il y a deux semaines, une pétition pour permettre au Docteur François Ziegler de travailler avait même été lancée. Elle a recueilli depuis plus de 3 200 signatures. 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité