• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Attentats de Paris et Nice : la médaille de reconnaissance décernée à des victimes de Bourgogne

La Médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme a été créée par décret du président de la République le 12 juillet 2016 / © Chancellerie de la Légion d'honneur
La Médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme a été créée par décret du président de la République le 12 juillet 2016 / © Chancellerie de la Légion d'honneur

Un décret paru au Journal officiel dimanche 4 novembre 2018  attribue pour la 1re fois la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme. Des Bourguignons font partie de cette tragique promotion.
 

Par B.L.

A quoi sert la Médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme ?

Tout le monde a encore en mémoire les terribles attentats de janvier et novembre 2015 à Paris (au Bataclan notamment) et à Saint-Denis. Ces événements avaient fait une centaine de morts et de nombreux blessés.
C’est à ce moment qu’est née l’idée de créer une médaille. "Ces événements ont fait naître une grande émotion nationale et apparaître la nécessité de décorer les victimes du terrorisme, mettant en évidence un manque dans le système français de récompense", explique la Chancellerie de la Légion d'honneur.

La Médaille nationale de reconnaissance a pour but d’"honorer les victimes du terrorisme" et de "participer à leur résilience". C'est "une décoration particulière qui n’a pas pour objet de récompenser des services rendus".
 

Qui peut recevoir cette médaille ?

-les personnes de nationalité française qui ont été tuées, blessées ou séquestrées lors d’actes terroristes commis en France ou à l’étranger

-les personnes de nationalité étrangères qui ont été tuées, blessées ou séquestrées lors d’actes terroristes commis en France ou à l’étranger contre les intérêts de la République française.

La personne concernée doit être reconnue comme victime du terrorisme soit par le parquet de Paris, soit par le fonds de garantie aux victimes, ou doit figurer sur la liste partagée des victimes du terrorisme tenue par le ministère de la Justice.
La Médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme est attribuée par décret du président de la République. Elle est demandée par la personne concernée ou par sa famille.

Certaines victimes, comme celles du mois de janvier 2015, avaient déjà été faites chevaliers de la Légion d'honneur avant la création de cette médaille, et ne figurent donc pas dans cette promotion.



La médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme est rétroactive au 1er janvier 2006.

 

 

Qui fait partie de la 1re promotion de la médaille nationale de reconnaissance ?

La promotion compte 124 personnes impliquées dans 21 événements terroristes survenus en France ou à l’étranger depuis 2011. Les victimes des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, et du 14 juillet 2016 à Nice sont les plus représentées.

Sur cette promotion :
-22 personnes sont décédées
-102 ont été blessées physiquement et/ou psychologiquement
-14 personnes sont étrangères
-7 sont mineures
-6 appartiennent à des forces publiques ou privées de sécurité et de défense.

Deux Bourguignons figurent sur la liste publiée le 4 novembre 2018 :

-Gaëtan Honoré, un enseignant de Nevers, qui fait partie des rescapés de l’attaque du Bataclan le 13 novembre 2015.
Il a eu la vie sauve quand un spectateur s’est effondré sur lui et l'a protégé des balles des terroristes.

-Robert Marchand, président-entraîneur du club d’athlétisme de Marcigny, en Saône-et-Loire est mort à Nice le 14 juillet 2016.
Il accompagnait des jeunes qui devaient participer à un meeting d'athlétisme à Monaco quand un camion fou a semé la mort sur la Promenade des Anglais.


 




Au total, huit personnes habitant en Bourgogne-Franche-Comté sont mortes lors des attentats de Paris en 2015.

Bataclan
-Yannick Minvielle, 39 ans
-Baptiste Chevreau, 24 ans
-Mayeul Gaubert, 30 ans
-Fabian Stech, 51 ans
-Cédric Gomet, 30 ans 


Restaurant La Belle équipe, rue de Charonne
-Halima Saadi, 34 ans
-Hodda Saadi, 33 ans


Café "Bonne Bière"
-Lucie Dietrich, 37 ans 

Il y a aussi des blessés tels Gaëtan Honoré, Carole Ackermann ou Khaled Saadi.
:

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus