Cet article date de plus de 5 ans

Nièvre : 8 ans de prison pour le "dentiste de l'horreur"

Mark Van Nierop, un dentiste néerlandais qui a exercé dans la Nièvre entre 2008 et 2012, a été condamné à 8 années de prison ferme par le tribunal correctionnel de Nevers mardi 26 avril 2016. La peine est assortie de plusieurs amendes et d'une interdiction définitive d'exercer.
Jacobus Marinus Van Nierop est jugé pour avoir mutilé une centaine de patients dans la Nièvre entre 2008 et 2012.
Jacobus Marinus Van Nierop est jugé pour avoir mutilé une centaine de patients dans la Nièvre entre 2008 et 2012. © BENOIT PEYRUCQ / AFP

Le procès de Mark Van Nierop s'est tenu du 8 au 14 mars devant le tribunal correctionnel de Nevers.

Quelles sont les peines prononcées par le tribunal ?

L’homme, surnommé le "dentiste de l'horreur", a mutilé des dizaines de patients. Il avait été recruté par un chasseur de tête pour faire face à la pénurie de personnel médical dans la Nièvre. A partir de 2011, les plaintes avaient commencé à faire leur apparition. Les victimes s'étaient alors regroupé dans un collectif.
Alors que l'étau se resserrait autour de lui, en 2013, Mark Van Nierop s'était enfui au Canada. La police avait retrouvé sa trace en 2014 et il avait été ramené d'abord aux Pays-Bas, puis remis à la justice française. 

Dans ses réquisitions, la procureure, Lucile Jaillon-Bru avait demandé huit ans de prison, ainsi qu’une interdiction définitive d'exercer. Elle avait aussi requis le maintien en détention du Néerlandais.
Ses demandes ont été suivies : le tribunal a ordonné son maintien en détention et a assorti la peine de huit ans de prison d'une interdiction d'exercer définitive et d'amendes dont le montant s'élève à 10 500 euros.

© France 3 Bourgogne


Une nouvelle audience est prévue pour le jeudi 16 juin

Sur une centaine de victimes déclarées, la procureure avait retenu des mutilations pour 53 d'entre elles, demandant une requalification des faits pour 20 autres, notamment en "violences avec préméditation", et trois relaxes.

Au final, le prévenu a été relaxé des faits de violences sur six victimes et de certains faits d'escroquerie, le tribunal ayant aussi requalifié les faits pour deux victimes.

Le tribunal s’est prononcé sur une partie des préjudices seulement. Le reste a été renvoyé à une autre audience programmée pour le jeudi 16 juin. Il s’agira alors de " statuer sur les préjudices patrimoniaux".
Le jugement fait 130 pages. Il atteste que 85 patients ont subi des violences, dont 45 des mutilations. Par ailleurs, il reconnaît que 61 personnes ont été victimes d'escroquerie, tout comme les organismes sociaux.

durée de la vidéo: 02 min 27
Nièvre : le "dentiste de l'horreur" a été condamné à 8 ans de prison

"Beaucoup d’émotion et de satisfaction" pour les victimes

Nicole Martin, présidente du collectif dentaire de Château-Chinon, était l'invitée de nos édition du midi et du soir.  
"On ne peut pas l’oublier puisqu’on a constamment mal. Et de toute façon, si on n’a pas mal aux dents, ça veut dire qu’on a des prothèses. Et ces prothèses, on n’aurait pas dû les avoir puisqu’il a arraché des dents saines", avait-elle témoigné en mars dernier. 

"Ce matin, ce fut un grand soulagement quand le président du tribunal a confirmé les 8 ans demandés par la procureure", a-t-elle réagi. "C’est surtout une victoire pour la société française. Plus jamais, il ne faut que de tels drames existent. Il faut qu’en amont, très haut, quand on fait venir des dentistes ou des docteurs de l’étranger tout soit fait pour que d’autres personnes ne souffrent pas. Ca remet surtout en cause l’équivalence des diplômes. Je pense qu’il est urgent que tous les étrangers qui viennent sur notre territoire passent six mois ou un an en université pour vérifier leurs capacités", a-t-elle ajouté.

durée de la vidéo: 05 min 40
Nièvre : 8 ans de prison pour le "dentiste de l'horreur" (JT 19h mardi 26 avril 2016)

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société justice faits divers