Le Pass Culture, c'est quoi ? Expérimenté dans la Nièvre, ce chèque de 500 euros à 18 ans est généralisé

Ce vendredi 21 mai, Emmanuel Macron se rend à Nevers (Nièvre) pour annoncer l’élargissement du Pass Culture à l’ensemble de la France. Expérimenté dans la Nièvre depuis 2019, ce chèque de 500 euros offert aux jeunes de 18 ans a permis aux professionnels d'attirer un nouveau public.

La Nièvre fait partie de 14 départements où le Pass Culture est expérimenté depuis 2019.
La Nièvre fait partie de 14 départements où le Pass Culture est expérimenté depuis 2019. © Ministère de la Culture

Emmanuel Macron à Nevers pour échanger sur le thème de la culture. Ce vendredi 21 mai, le chef de l’État se déplace dans la préfecture de la Nièvre pour évoquer la reprise de l’activité culturelle dans les salles de spectacle. Il vient surtout présenter le Pass Culture qui est élargi à l’ensemble du territoire dès ce vendredi. Le département fait partie depuis juin 2019 des 14 collectivités où le dispositif a été testé auprès des jeunes de 18 ans.

Le Pass Culture c'est quoi ?

Le Pass Culture est une application web lancée le 1er janvier 2019. Durant la phase d'expérimentation, chaque nouveau majeur qui s’y inscrit l'année de ses 18 ans dispose de 500 euros à dépenser en 24 mois dans des offres culturelles. Parmi les dépenses possibles : livres, musées, concerts, achats d'instruments ou encore inscription à une activité artistique... Les abonnements numériques sont plafonnés à 100 euros et les achats de livres ne sont pas possibles en e-commerce. Les abonnements aux plate-forme de vidéo en streaming ou les achats de jeux vidéos violents ne sont pas non plus possibles. 

A Nevers, Alexandre utilise le dispositif depuis quelque jours. "Je trouve ça moderne, complet et simple à utiliser", affirme celui qui est étudiant dans le milieu de la création visuelle. Le jeune homme de 18 ans a notamment profité du Pass pour s'acheter des bandes dessinées et des mangas. "Quand on réserve un produit, ils nous donnent accès à un ticket virtuel avec un QRcode et une suite de chiffres à présenter en magasin. C'est très pratique", explique Alexandre.

© gouvernement

La librairie Le Cyprès de Nevers fait partie des plus de 4 600 acteurs culturels qui participent au dispositif. Depuis juin 2019, le bilan est positif avec 2 à 3 ventes de livres réalisés chaque jour. "Ça a très bien fonctionné. On a eu une nouvelle clientèle de jeunes. Ça les a sensibilisé à ce qu’est une librairie", salue le directeur de l’établissement, Wilfried Sejeau.

Les 22 mois d’expérimentation dans la Nièvre ont permis de faire évoluer le dispositif. "C’était compliqué au début. Il fallait créer une offre pour chaque livre, c’était fastidieux. Il y a eu un développement informatique depuis, donc notre stock remonte automatiquement sur la plateforme", précise le responsable de la librairie. Ce dernier compte prolonger sa participation une fois l’application généralisée à l’ensemble du territoire.

Le pass culture généralisé dès ce 21 mai !

A l'occasion de sa visite à Nevers, Emmanuel Macron va annoncé l'extension du dispositif à tous les jeunes agés de 18 ans. Dès ce vendredi, dans toute la France, ce sont donc 800 000 jeunes qui sont autorisés à télécharger l'application Pass-Culture pour s'inscrire. 

D'ici à janvier 2022, le dispositif sera également élargi aux classes d'âge inférieures. Les premiers chèques seront désormais versés dès la classe de 4e jusqu'à l'année des 18 ans :

Au total souligne l'Elysé, ce sont 500 euros qui seront versés aux jeunes, ce qui correspond à la promesse d'Emmanuel Macron.

Le pass sera aussi "évenementialisé" selon les mots de l'Elysée. Si tous les achats culturels restent possibles, dès les prochaines semaines, le pass-culture devrait donner accès à des évènements réservés à ses détenteurs : concerts, visites privatives ... Grace à la géolocalisation, l'application permet de trouver les évènements, les commerces et les offres culturelles à proximité.

 

500 euros pour se cultiver

Dans la Nièvre et les 13 autres départements où il a été testé, le dispositif semble avoir fait ses preuves. Selon l'Elysée, l'expérimentation est un succès. Sur un potentiel de 150 000 jeunes de 18 ans, 125 000 ont effectué au moins une réservation via le Pass-Culture. Il a aussi fédéré près de 4600 professionnels du monde de la culture, cinémas, libraires, artistes, salles de concerts, commerces ou enseignants. Au total, plus de 1,2 millions de réservations ont été réalisées à travers le dispositif depuis 2019.

En moyenne, les utilisateurs dépensent 130 euros à travers l’application.

Premier secteur concerné, et c'est en partie une surprise, le livre. Il concerne 60 % des réservations sur l'année 2020 (Et même 76% des ventes depuis début 2021). Viennent ensuite la musique (abonnement deezer, places de concerts, achats d'instruments…) et les dépenses "Cinéma et audiovisuel" qui représente 10 % des dépenses. 

Parmi les bénéficiaires, 91% d'étudiants selon l'Elysée. 

 

Une promesse de campagne 

Le Pass est l’une des promesses principales du candidat d’Emmanuel Macron concernant le secteur de la culture. Pour l’heure, l’application a été téléchargée par 125 000 jeunes de 18 ans à travers les 14 départements tests.

A l'occasion de son déplacement à Nevers, Emmanuel Macron a prévu de se rendre au cinéma Mazarin pour échanger avec des jeunes qui ont bénéficié du pass-culture pour aller voir un film. Un déplacement est également prévu à la Maison de la Culture de la commune où un concert est prévu le soir même. Son accès a été ouvert en priorité aux bénéficiaires du pass.

Le chef de l’État en profitera pour discuter avec des professionnels du secteur de la culture. L'occasion pour l'exécutif de souligner son soutien au secteur. 11 milliards d’euros de soutien à la culture ont été débloqués depuis mars 2020 souligne l'Elysée. 150 millions d'euros supplémentaires ont été annoncés par la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, mercredi 19 mai. Native de Nevers, elle accompagnera le chef de l'Etat.

Ce déplacement vise à démontrer que l'accès à la culture peut se faire partout, y compris dans des villes moyennes souligne l'Elysée. Un choix qui ne doit peut-être pas tout au hasard. Le maire de Nevers, Denis Thuriot est également tête de liste LREM aux élections régionales en Bourgogne Franche-Comté.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture jeunesse société famille emmanuel macron politique