Prix de l'énergie : la demande en bois de chauffage et poêles grimpe en flèche dans la Nièvre

Publié le
Écrit par Derome Emma .

Avec la hausse des prix de l'énergie, de plus en plus de particuliers se tournent vers le chauffage au bois, plus économique. Dans la Nièvre, le stock ne manque pas malgré le boom de la demande, mais les délais s'allongent.

Les températures se rafraîchissent et les commandes commencent à affluer chez les vendeurs de bois de chauffage, dans la Nièvre. Ce jour-là, Xavier Colin livre cinq stères de bois de chauffage à Garchy pour une cliente qui arrivait en fin de stock et voulait anticiper avant l'hiver. "Ce bois, c'est pour utiliser un peu l'insert et moins le chauffage électrique. C'est intéressant, c'est moins cher, et il y a le charme de la cheminée, il faut reconnaître", explique-t-elle. 

Depuis mi-août, Xavier Colin enchaîne six livraisons par jour. Avec la hausse des prix de l'énergie, la demande de bois a été multipliée par deux par rapport à l'an dernier. "On voit qu'il y a beaucoup de gens qui se sont remis à prendre du bois, alors qu'ils avaient arrêté d'utiliser leur cheminée ou leur chauffage à bois", assure l'entrepreneur. 

Heureusement, il n'y a pas de pénurie qui s'annonce dans le département, plutôt bien doté en bois, mais les délais s'allongent. Il faudra à cette propriétaire attendre trois semaines à un mois avant d'être livrée de nouveau.  

Les ventes de poêle à bois explosent

Mais il n'y a pas que la matière première qui est concernée : les installateurs de chauffage au bois sont aussi pris d'assaut. Dans sa boutique, Dominique Coulon croule sous les demandes. "Depuis la guerre en Ukraine, le bois bûche est le moins coûteux, et de loin. Donc là on a une recrudescence de demandes, c'est même difficile à gérer", estime-t-il. 

► A LIRE AUSSI : Saône-et-Loire : ils réduisent leur facture de chauffage en participant à la gestion de la forêt

En effet, certains n'hésitent pas, par les temps qui courent, à changer de système. À Nevers, un retraité vient d'installer un poêle à bois dans sa maison : il a investi 5 200 euros pour un chauffage d'appoint, qu'il espère bien rentabiliser dans les années à venir. "Ça sera toujours gagnant par rapport au chauffage central : la chaleur se diffuse et même si on ne gagne que deux ou trois degrés par rapport aux 20°C qu'on voudrait, c'est toujours ça de moins à chauffer." 

Attention : avec la multiplication des commandes, le matériel disponible se fait rare et les délais s'allongent. Il faut compter aujourd'hui 4 à 6 mois d'attente avant la pose.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité