Régionales 2021 : Olivier Véran en Saône-et-Loire pour soutenir la campagne de Denis Thuriot

Le candidat la République en marche (LREM) Denis Thuriot était en campagne à Chalon-sur-Saône et au Creusot samedi 5 juin. A ses côtés, un poids-lourd du gouvernement : Olivier Véran.

Olivier Véran est venu soutenir Denis Thuriot, candidat LREM aux régionales, en campagne en Saône-et-Loire.
Olivier Véran est venu soutenir Denis Thuriot, candidat LREM aux régionales, en campagne en Saône-et-Loire. © Dalila Iberrakene / France Télévisions

Après le déplacement de Florence Parly et Jean-Michel Blanquer en Côte-d'Or la semaine dernière, un autre membre du gouvernement est venu en Bourgogne ce samedi 5 juin.

Le ministre de la Santé Olivier Véran était aux côtés de Denis Thuriot, candidat du parti présidentiel en Bourgogne-Franche-Comté, dans les rues de Chalon-sur-Saône puis au Creusot, en Saône-et-Loire. Un soutien de poids pour l'actuel maire de Nevers, alors que le Rassemblement national est donné en tête des intentions de vote au premier tour.

"L'alternative à droite n'existe pas"

Lors d'une conférence de presse dans l'après-midi, Olivier Véran n'a d'ailleurs pas hésité à fustiger le candidat de l'extrême droite Julien Odoul, cible de nombreuses polémiques ces derniers jours, dernièrement épinglé pour une mauvaise blague sur le suicide d'un agriculteur.

La région "est déjà, avant même que l’élection ait eu lieu, en passe d'être meurtrie par des petites phrases, des positions extrêmement dures de certains candidats, qui sont prêts à s’essuyer les pieds sur votre territoire, pour faire une carrière nationale", a déclaré Olivier Véran. "Ils vivent de la misère des gens et ils en rient. C’est proprement répugnant. Ce n’est pas ce qu’il faut pour s’occuper des régions, des lycées, universités, des entreprises, des industries, des associations, de l’environnement. C’est ça dont on parle, quand on parle de la région. On ne confie pas l’éducation de ces gamins et de ces jeunes étudiants et à des personnes qui n’en ont strictement rien à faire."

C'est plus généralement l'opposition de droite qui est pointée du doigt, particulièrement l'alliance du candidat Les Républicains, avec Debout la France. "L'alternative à droite n'existe pas", a martelé Denis Thuriot. "Il n’y a pas cet autre choix d’une droite modérée, puisque le candidat de la droite est en fait de droite extrême. Gilles Platret a fait la préférence de se rallier à celui qui aurait pu être le Premier ministre de Marine Le Pen."

Prochaine visite, Gérald Darmanin

Jeudi 10 juin, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin devrait lui aussi se déplacer dans la région.

Quinze jours avant le premier tour des élections régionales, la campagne s'accèlere aussi du côté de la liste écologiste. Après Yannick Jadot la semaine passée, le maire de Grenoble Eric Piolle s'est également rendu à Dijon en Côte-d'Or pour soutenir la tête de liste Stéphanie Modde. Ils ont ensuite rejoint Beaune et Chalon-sur-Saône dans l'après-midi.

Le scrutin régional promet d'être suivi de très près par les personnalités politiques à l'échelle nationale.  

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections