Le maire de Louhans en Saône-et-Loire veut offrir son parrainage au candidat qui en a le plus besoin

Publié le Mis à jour le
Écrit par Gaël Simon avec Vincent Thollet

Voilà une initiative qui va faire parler. À trois mois de la présidentielle, le maire de Louhans (Saône-et-Loire), Frédéric Bouchet propose d'accorder sa signature au candidat qui a le plus besoin de soutien.

C'est l'une des étapes cruciales dans la course à la présidentielle : la course aux 500 parrainages. Un dispositif institué en 1962 parfois contesté et jugé perfectible. En Saône-et-Loire, le maire de Louhans, Frédéric Bouchet (DVD) refuse de parrainer un candidat.  Il vient d'envoyer un "parrainage en blanc" à l'association des maires de France. Son idée : créer un stock pour les candidats qui en auraient besoin.   

L'élu divers droite ne donnera donc pas sa signature à sa favorite Valérie Pécresse. En cause, un système qu’il juge défaillant. L’actuelle difficulté de Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen à recueillir les fameux 500 parrainages alors qu’ils pointent respectivement à 12 et 16 % dans les sondages en serait la preuve selon lui.

"C'est la démocratie"

"Si ces deux candidats-là n’étaient pas dans le débat alors que ça fait quelques années qu’ils sont présents, ce serait vraiment dommage. Quand on ne s’exprime pas dans les urnes, on va s’exprimer dans la rue", estime le maire de Louhans.

Dans un courrier envoyé au président de l'association des maires de France, Frédéric Bouchet propose alors un autre système, celui du parrainage en blanc. "Je mets mon parrainage en blanc à votre disposition, en qualité de Président des maires de France, afin qu’à l’approche de la clôture des candidatures vous puissiez attribuer celui-ci au candidat(e), quel qu’il soit, qui manquerait de soutiens, quelle que soit sa couleur politique. C’est la démocratie", écrit-il.

Sa proposition, irréalisable en l’état, faire un stock de parrainages pour des candidats dans le besoin à condition qu’ils atteignent un seuil minimal dans les sondages. "Au-delà de 5 points, je pense que serait légitime que ces candidats puissent être représentés".

Une idée clivante

Dans les rues de Louhans, l’idée fait réagir. Des voix se font critiques. "Un citoyen a le droit de se prononcer ou pas, mais un élu est là pour choisir et prendre des décisions. Il faut qu’il en prenne une". D’autres sont au contraire plus enthousiastes. "La participation de tous les candidats à cette élection me parait essentielle".

Jean-Vincent Holeindre, politologue, est lui sceptique. Selon lui, les maires, certes gênés par l’absence d’anonymat dans les parrainages ne doivent pas abandonner leur mission aux sondeurs. "Symboliquement ça me paraitrait dangereux, c’est-à-dire qu'on aurait un glissement supplémentaire vers la démocratie de l’opinion", juge le professeur en science politique à l'université Panthéon-Assas.

Reste que la proposition n’est pas isolée. François Bayrou vient par exemple d’appeler de ses vœux la création d’une réserve de parrainages. Dans un communiqué publié ce vendredi 21 janvier, l'Union des Maires des Communes Rurales de Saône-et-Loire répond au Haut-Commissaire du Plan : "À 10 semaines du scrutin, il n’est plus l’heure de réformer cette question !"

La collecte des signatures débutera officiellement le 30 janvier 2022. Les candidats à la présidentielle 2022 ont jusqu'au 4 mars pour obtenir les 500 parrainages.