La Fête du cinéma fait bondir les entrées en Bourgogne-Franche-Comté

Entre le 30 juin et ce 4 juillet, la Fête du cinéma a permis aux spectateurs de se rendre dans les salles obscures pour la somme de 4 euros. Un prix attractif qui a séduit de nombreux Bourguignons et Franc-Comtois.
La Fête du cinéma est organisée du 30 juin au 4 juillet cette année.
La Fête du cinéma est organisée du 30 juin au 4 juillet cette année. © Cedric JACQUOT / MAXPPP

La Fête du cinéma a fait recette. Avec des places à 4 euros en marge du dispositif organisé entre le mercredi 30 juin et ce dimanche 4 juin, de nombreux Bourguignons et Franc-Comtois ont choisi de se rendre dans les salles obscures pour passer leur temps libre.

La météo maussade du week-end a notamment aidé les cinémas de la région à attirer les clients. "C’est avec grand plaisir qu’on retrouve les spectateurs. Il y a une belle filmographie, il fait mauvais dehors, tout est bien calé pour que l’on fasse de belles entrées. Le temps est très propice", salue Pascal Vanin, directeur d’exploitation du Cap Vert à Quetigny (Côte-d’Or).

Des spectateurs présents dès le début de la Fête du cinéma

Ce samedi 3 juillet, le cinéma a vendu 3 800 tickets. Il se projette sur plus de 4 000 entrées ce dimanche 4 juillet. "On a fait une très belle journée hier et on devrait faire encore plus aujourd’hui. Des journées comme celles-là, on les retrouve habituellement dans des grosses périodes pour l’activité", précise Pascal Vanin.

En 2020, la Fête du cinéma avait été annulée en raison de la crise sanitaire. Cette année, afin de favoriser le retour des spectateurs dans les salles, elle a duré 5 jours, contre 4 habituellement. Lancé ce mercredi, le dispositif a très rapidement suscité l’adhésion du public. Selon des chiffres de la Fédération nationale des cinémas, plus de 555 000 Français se sont réunis dans les salles sur l'ensemble de la première journée, dont 1 500 au cinéma Marivaux de Mâcon (Saône-et-Loire).

Pour comparaison, l’établissement a attiré 25 000 personnes depuis sa réouverture le 19 mai dernier et a réalisé 5 000 entrées lors de ses meilleures semaines en juin. "Les gens reviennent au cinéma pour la première fois. On s’est fait surprendre par le monde. Ça fait très plaisir. C’est une fête nationale qui est ancrée dans les esprits. Elle a son importance, elle est très médiatisée", explique Guillaume Fourrière, directeur du Marivaux.

Ils ont besoin de retrouver de vraies sensations. On a des gens qui viennent parce que c’est la fête du cinéma.

Guillaume Fourrière, directeur du Marivaux

Chaque année, la Fête du cinéma permet de vendre entre 2 et 4,5 millions de places, dans une période pourtant creuse pour le 7ème art. Parmi les titres les plus plébiscités durant le dispositif, des films familiaux qui réunissent enfants et parents. 2021 ne déroge pas à la règle avec le succès de la comédie Le Sens de la famille et de l’aventure animée Tom et Jerry.

Un élan pour l'été ?

Mais une fois la Fête du cinéma terminée, les spectateurs continueront-ils de se ruer dans les salles obscures ? Les professionnels du secteur veulent y croire. "Ce n’est pas un feu de paille. Les gens veulent retrouver leurs habitudes. On se rend compte que le public a envie de revenir", décrit Pascal Vanin, directeur d’exploitation de l’établissement de Quetigny.

Même son de cloche pour le directeur du cinéma Marivaux de Mâcon. "Les gens ont envie de sortir, de se retrouver devant un grand écran, de voir un film à plusieurs", assure Guillaume Fourrière qui compte miser sur les sorties d’OSS 117, James Bond ou encore Kaamelott durant l’été.

Depuis ce mercredi 30 juin, les cinémas ne sont par ailleurs plus obligés de respecter une jauge de 65 % dans chaque salle. De quoi poursuivre la relance de l’activité.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture sorties et loisirs