CARTE. Sécheresse : 40% des cours d'eau surveillés en Bourgogne-Franche-Comté ne coulent plus

Eau France surveille plus de 240 points sur les cours d'eau de Bourgogne-Franche-Comté. Fin juillet 2020, dans 40% des lieux observés l'écoulement n'était plus visible ou la rivière était à sec. Un niveau déjà observé en juillet 2019, mais bien plus haut que les années précédentes. 
Cela fait trois étés de suite que la rivière Tille, qui traverse la commune de Lux, en Côte-d'Or, est à sec.
Cela fait trois étés de suite que la rivière Tille, qui traverse la commune de Lux, en Côte-d'Or, est à sec.
Le niveau des cours d'eau est étroitement surveillé en France. C'est notamment en fonction de ce niveau que sont décidées les mesures de restriction de la consommation d'eau. Le réseau Eau France surveille régulièrement l'écoulement des rivières. En Bourgogne-Franche-Comté, environ 240 endroits sont ainsi observés régulièrement pendant l'été. 

"La surveillance de l’écoulement des cours d’eau en période estivale est nécessaire, à la fois pour comprendre leur fonctionnement, et plus particulièrement les phénomènes d’étiage, mais également pour réguler les usages de l’eau et limiter les impacts sur les milieux aquatiques", précise Eau France dans son bulletin annuel 2019

Cet écoulement est classé en trois catégories : 
L'année 2020 n'est pas terminée, il est donc trop tôt pour dresser un bilan de la sécheresse et de l'impact sur le niveau des cours d'eau. Mais selon le dernier pointage effectué par Eau France fin juillet 2020, 40% des points inspectés ont un écoulement non visible ou un assec. C'est le cas par exemple de la Tille, complètement à sec à Lux en Côte-d'Or.
 
consulter la carte en plein écran

La situation de juillet 2020 est comparable à celle du mois de juillet 2019 en Bourgogne-Franche-Comté, où 41% des cours d'eau surveillés avaient un écoulement non visible ou étaient en assec à cette période de l'année.

Au niveau national, l'année 2019 a été la plus critique, depuis le début des mesures en 2012. "La situation des écoulements sur la période de fin mai à fin septembre 2019 est la plus critique, et n’avait jamais encore été rencontrée à la même période depuis la mise en place du réseau Onde, précise Eau France dans son bulletin annuel 2019. La situation a en effet été particulièrement sensible à partir de juillet, et plus particulièrement dans le Loiret, la Nièvre, la Creuse, le Cher, la Côte-d’Or, la Vendée, les Ardennes, l’Allier, la Drôme, le Loiret-Cher, le Bas-Rhin, l’Oise, la Meurthe-et-Moselle, la Loire-Atlantique et le Pas-de-Calais. Pour l’ensemble de ces départements, la part d’assec représente près de 26% du total des observations réalisées."

En 2019, la situation n'avait pas connu d'améliorations en août et en septembre.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécheresse météo