IMAGES. L'association One Voice publie une nouvelle vidéo dénonçant l'élevage de chiens de Mézilles

Installé dans l'Yonne depuis près de 47 ans, le centre d'élevage du domaine des souches (CEDS) de Mézilles continue de faire parler de lui. Ce jeudi 2 septembre, l'association One Voice publie une vidéo de l'élevage et demande, une nouvelle fois, sa fermeture.
Selon l'association One Voice, ces vidéos proviennent d'un "lanceur d'alerte".
Selon l'association One Voice, ces vidéos proviennent d'un "lanceur d'alerte". © One Voice

Leur combat contre la maltraitance animale continue. Ce jeudi 2 septembre, les militants de l'association One Voice publient une vidéo sur les conditions de vie des chiens dans le centre d'élevage du domaine des souches de Mézilles.

Sur les images, les animaux apparaissent dans des enclos, ils sont parfois plus d'une dizaine. Selon l'association, plus de 1500 chiens, principalement des beagles et des golden retrievers, vivraient dans l'élevage.

Dans les faits, ces animaux sont élevés pour servir à des expérimentations scientifiques, en laboratoire.

Ce n'est pas la première fois que des associations s'émeuvent et communiquent sur la vie de ces animaux. En septembre 2019 déjà, One Voice, avait manifesté pour dire "non à l'expérimentation animale" et demander la fermeture de l'élevage, vidéo à l'appuie. 

Les nouveaux propriétaires voudraient "développer l'exploitation"

Aujourd'hui, les revendications n'ont pas changé. Dans son communiqué de presse et sur son site internet, One Voice revendique avoir pu participer à une visioconférence entre les anciens propriétaires, le couple Carré, et différents clients afin de présenter les nouveaux propriétaires, le groupe Marshall, intronisé en avril dernier.

La date de cette réunion n'a pas été communiquée. Et toujours selon One Voice, le nouveau propriétaire aurait expliqué vouloir : "Non seulement pérenniser les activités, mais [aussi] les développer. [...] L’idée, en effet, c’est continuer, bien évidemment, à offrir la prestation de services, qui aujourd’hui est à disposition à Bio 2M, avec l’idée de pouvoir la développer et la diversifier."

En 2019, dans nos colonnes, la direction des services vétérinaires de l'Yonne, contestait les insinuations des militants, sensiblement les mêmes qu'aujourd'hui : "Tous les bâtiments sont inspectés. On dresse un tableau, un constat d'anomalies s'il y en a. Et tous les ans, on arrive à des choses qui sont tout à fait normales. Pas d'anomalies majeures, précisait Philippe Théodore, directeur adjoint. Il est vrai que depuis que cet établissement fonctionne, il a eu le temps d'intégrer toutes les évolutions réglementaires. On peut garantir que les animaux sont réellement correctement traités."

Les vidéos chocs se succèdent

Ces derniers mois, plusieurs publications dénonçant des faits de maltraitance animale ont été publiées, provenant de multiples associations. Ainsi, au mois de novembre 2020, le collectif L214 publiait une vidéo choc dénonçant les conditions d’élevage et de ramassage des poulets dans un élevage de la marque Duc qui se trouve dans l’Yonne. Puis, en août dernier, la même association révélait les sévices subis par des porcs dans un abattoir icaunais.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature