Violences urbaines après la mort de Nahel : tensions en Saône-et-Loire, retour au calme dans l'Yonne

La nuit a été plus calme en Bourgogne entre ce samedi 1er et ce dimanche 2 juillet, notamment dans l'Yonne. La Saône-et-Loire a tout de même connu des épisodes de violences urbaines

Cinquième nuit de violences en France après la mort de Nahel, et un bilan en baisse par rapport à la veille. Dans la nuit du samedi 1er au dimanche 2 juillet, les forces de l'ordre ont procédé à 719 interpellations à travers le territoire, contre 994 la soirée précédente.

"Nuit plus calme grâce à l'action résolue des forces de l'ordre", tweetait durant les évènements le ministre de l'Intérieur. Gérald Darmanin qui avait demandé le déploiement de 45 000 policiers et gendarmes pour "garantir l'ordre républicain".

Moins d'interpellations et moins d'incidents recensés également. 871 incendies dénombrés, contre 2 560 la veille, 577 véhicules mis en feu, contre 1 350 entre vendredi et samedi. 45 membres des forces de l'ordre ont été blessés, en baisse là-aussi par rapport à la quatrième nuit de violences (79 agents blessés).

Le Creusot, Torcy, Mâcon et Chalon touchées par des violences

La nuit a tout de même été agitée en Saône-et-Loire. 60 policiers, 42 gendarmes et 133 sapeurs-pompiers était mobilisés sur l'ensemble du département. "Les villes du Creusot, Torcy, Mâcon et Chalon-sur-Saône ont été touchées par des affrontements entre forces de l’ordre et fauteurs de troubles, qui ont mis le feu à des poubelles et à des véhicules", décrit la préfecture ce dimanche matin.

Autres violences signalés : des départs de feux dans des gymnases au Creusot et à Torcy. Au Creusot, le gymnase des Riaux a pris feu aux alentours d'une heure du matin. La toiture s'est totalement effondrée. Le bâtiment est détruit.

Déja ciblé les deux nuits précédentes, le complexe sportif des Saugeraies à Mâcon a également été attaqué, mais l'incendie a été maîtrisé par les pompiers du SDIS. "L’intervention délicate des pompiers n’a pu se faire que sous protection des forces de l’ordre".

Du côté de Chalon-sur-Saône, comme vendredi soir, un couvre-feu était de rigueur entre 22 heures et 6 heures du matin. Mais la soirée a été moins calme entre ce samedi et ce dimanche, avec à l'arrivée deux personnes interpellées.

"Retour au calme" pour la préfecture de l'Yonne

Moins d'une dizaine de feux de poubelles, c'est le bilan de la préfecture de l'Yonne la nuit dernière. "Après trois nuits marquées par des violences et dégradations dans plusieurs villes du département, la situation est revenue au calme", annoncent les services de l'Etat.

Le préfet de l'Yonne rappelle tout de même que les mesures de police administrative resteront en vigueur cette nuit. Les voici :

  • Interdiction de la vente, l'utilisation et du transport d'engins pyrotechniques excepté pour usage professionnel agréé
  • Restrictions concentrant la vente, l'utilisation et le transport d'hydrocarbure, des acides ainsi que de tous produits inflammables, chimiques ou explosifs
  • Interdiction du port et du transport d'objets pouvant constituer une arme

Au total, lors des trois nuits de violences qui ont touché l'Yonne, on compte 75 feux de poubelles, 20 véhicules incendiés, une quinzaine de commerces dégradés, la destruction du centre social de Sens, aux Champs Plaisants, des dégâts mineurs sur des commissariats et brigades de gendarmerie. Le bilan humain fait état de cinq blessés parmi les forces de l'ordre et d'une dizaine d'interpellations.

Couvre-feu à Beaune, incendie d'une école aux Grésilles

Comme Chalon-sur-Saône, Beaune (Côte-d'Or) avait fait le choix d'un couvre-feu hier soir entre 22 heures et 6 heures du matin après des actes de violences dans la nuit de vendredi à samedi.

Ce samedi vers 18 heures, un incendie d'origine volontaire a été allumé au sein de l'école Champollion, dans le quartier des Grésilles à Dijon. Une classe de CP a été ravagée par les flammes. Près de 10 pompiers ont dû intervenir. Il n'y a aucun blessé.