Législatives 2022. Qui sont les nouveaux élus bretons à l'Assemblée nationale ?

Ils sont 8 sur les 27 députés bretons qui découvriront l'hémicycle ce mercredi. Huit nouvelles têtes élues à ces élections législatives en Bretagne : 5 pour la Nupes, sous l'étiquette LFI ou PS, 3 pour la majorité présidentielle (Modem, Territoires de progrès et Horizons). Biographies express.

Mathilde Hignet (LFI), une ouvrière agricole à l'Assemblée

C'est un profil rare dans les rangs de l'Assemblée nationale. Mathilde Hignet, 29 ans, est ouvrière agricole dans une exploitation de la Gommerais, près de la Chapelle-Bouëxic, en Ille-et-Vilaine.

Ses parents, "pionniers de l'agro-culture bio", exploitent une ferme qui produit cidre, jus de pomme, céréales et pommes de terres.

La nouvelle élue de la 4è circonscription d'Ille-et-Vilaine (Redon) est investie par la Nupes sous l'étiquette LFI.

Elle a rejoint le Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC) à l'âge de 15 ans, puis a pris des responsabilités régionales et nationales dans cette association d'éducation populaire.

Titulaire d'un bac Science et technologies de l'agronomie et du vivant, elle a également un certificat de qualification professionnelle de commis de cuisine qui lui a permis de travailler dans l'Ehpad de sa commune.

Après avoir passé neuf mois à Mayotte à apprendre le français à des demandeurs d'emploi, elle rentre en Bretagne en mars 2022, où on lui propose d'être candidate LFI aux législatives.

Inspirée par le député (LFI) François Ruffin dont elle apprécie la "politique de terrain", elle aimerait travailler sur la politique agricole commune à l'Assemblée.

Pacsée, elle attend un enfant pour le mois d'octobre.

Frédéric Mathieu, un Insoumis de la première heure

A 41 ans, Frédéric Mathieu est un Insoumis de la première heure. Il a été élu dans la 1ère circonscription d'Ille-et-Vilaine, celle de Rennes-sud.

Après quelques années de militantisme au PS, il devient membre fondateur du Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon.

Né d’un père gendarme et d’une mère infirmière d'origine napolitaine, Frédéric Mathieu a fait des études d'économie et à Rennes, puis à Science-Po Lyon. 

Cadre dans la branche civile de l’armée, il devient le n°2 de la fédération CGT de la Défense entre 2014 et 2016. Il est élu au comité technique ministériel, présidé par le ministre des Armées.

Après une candidature malheureuse aux départementales de 2021, il succède à Mustapha Laabid, député LREM qui avait été contraint de démissionner après une condamnation pour « abus de confiance ». Le siège de député était vacant depuis. 

Murielle Lepvraud, le retour de la gauche à Guingamp


 Murielle Lepvraud ne cachait pas sa joie au soir du 2e tour des élections législatives.

La candidate insoumise, investie par la NUPES, a non seulement sorti le député en place, Yannick Kerlogot (LREM), dans la 4e circonscription des Côtes-d'Armor, mais elle incarne également la seule victoire de la NUPES dans ce département.

Elle redonne du même coup à la gauche cette circonscription de Guingamp tombée dans l'escarcelle de LREM en 2017.

Agé de 47 ans, Murielle Lepvraud s'était déjà présentée aux législatives il y a cinq ans, sous l'étiquette de la France insoumise, réalisant un score de 9,2 %. Sa deuxième participation fut donc la bonne. 

Cette secrétaire dans un cabinet d'avocats de Guingamp, fille d'une mère médecin et d'un père enseignant, a travaillé en librairie, en médiathèque et à la direction académique de Saint-Brieuc, en tant que coordinatrice d'accompagnants d'élèves en situation de handicap. 

Mère de deux enfants, Murielle Lepvraud entend faire de "l'urgence sociale, l'urgence écologique et la défense des services publics" ses priorités pendant les cinq années de son mandat à l'Assemblée nationale.

Mickaël Bouloux, un pilier du socialisme de Rennes Métropole

Mickaël Bouloux signe une victoire symbolique pour la Nupes à Rennes, en l'emportant dans la 8è circonscription (Rennes-ouest) face à Florian Bachelier. 

A 49 ans, le maire socialiste du Rheu depuis 7 ans est le fils d’un ouvrier des arsenaux de Cherbourg et d’une fonctionnaire à la Poste. Il est diplômé de l’École supérieure d’électricité et ingénieur chez Orange. Il adhère au parti socialiste en 2006, à 34 ans.

En 2010, il devient conseiller municipal du Rheu (le maire est Jean-Luc Chenut) à la suite d’un désistement.

Réélu en 2014, il succède à Jean-Luc Chenut, devenu président du Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine.

En 2020, le mandat de maire manque de lui échapper. Le socialiste est finalement réélu à la tête du Rheu avec 66 voix d’avance sur le candidat d’En Marche.

Conformément à la loi contre le cumul des mandat, Mickaël Bouloux va devoir céder le fauteuil de maire du Rheu mais aussi celui de conseiller métropolitain et de vice-président de la métropole de Rennes.

Mélanie Thomin, des livres aux textes de loi

Mélanie Thomin réussit un double exploit au soir du 2e tour des législatives dans le Finistère : elle déboulonne Richard Ferrand dans son fief de Carhaix-Châteaulin, où il était élu depuis 2012.

Elle devient aussi la seule députée de la NUPES dans ce département. Elle remporte la victoire avec 804 voix d’avance sur le président de l’Assemblée nationale.

Originaire de Landerneau, cette militante socialiste enseigne le français dans un lycée de Quimper.  Elle a obtenu deux masters : l'un en Lettres modernes et un autre en Métiers du livre, à Brest, après avoir fait hypokhâgne et khâgne.

Elle est conseillère municipale à Hanvec depuis 2020.

Agée de 38 ans, fille d’un père retraité de la fonction publique territoriale et d’une mère employée de mairie, Mélanie Thomin entend défendre « la voix des classes moyennes et populaires » à l’Assemblée nationale.  "Nous allons créer l'alternative à gauche après cinq ans de politique libérale incarnée ici par Richard Ferrand" assure-t-elle.

La toute nouvelle députée de la 6e circonscription du Finistère vit en couple et attend un enfant.

Mickaël Cosson, un enfant de la baie de Saint-Brieuc

Avec une courte majorité (52,69 %), le candidat investi par la majorité présidentielle, Mickael Cosson, est le nouveau député de la première circonscription des Côtes d'Armor, celle de Saint-Brieuc. 

Sous l'étiquette du Modem, Mickaël Cosson, âgé de 46 ans et maire d'Hillion, était le successeur désigné par Bruno Joncour (Modem) qui ne se représentait pas.

Ce fonctionnaire à la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) est un enfant de la baie de Saint-Brieuc.

Sa commune, Hillion, est nichée au cœur de la réserve naturelle nationale de la baie de Saint-Brieuc. Certaines de ses plages sont envahies d'algues vertes, un joggeur y avait trouvé la mort en septembre 2016, et la plage de l'Hôtellerie a été interdite d'accès durant plus de six mois.

Pompier volontaire entre 2007 et 2014, Mickaël Cosson, jusque là élu municipal sans étiquette, est marié et père de quatre enfants.

Lysiane Métayer, dans les pas de Jean-Yves Le Drian

Ses premiers mots de nouvelle élue de la circonscription de Lorient ont été pour Jean-Yves Le Drian, qui l'a précédé à la tête de cette circonscription pendant plus de 20 ans, mais également pour Françoise-Olivier Coupeau et Gwendal Rouilard. Des figures de la gauche morbihannaise avant la vague macroniste.

C'est d'ailleurs en "femme de gauche" que cette directrice de la recherche à l'Université de Bretagne Sud de 59 ans a été investie par la majorité présidentielle (LREM).

Fille de marins-pêcheurs de l'île de Groix, elle est né et a vécu à Abidjan en Côte-d'Ivoire jusqu'à ses 9 ans, avant de faire ses études à Lorient.

Directrice de recherche de l'UBS, elle a contribué à sa création en 1996 et y a effectué toute sa carrière.

Elle affirme avoir "toujours fait de la politique sans être élue, avec de nombreux engagements associatifs sur le territoire", comme au sein du Conseil de développement de Lorient dont elle fut présidente.

C'est en 2016 qu'elle s'engage en politique, séduite par la création de La République En Marche (LREM). Candidate sur la liste LREM aux municipales à Lorient en 2020, elle n'a pas été élue. 

Anne Le Hénanff : une spécialiste du numérique élue à Vannes

A 52 ans, la première-adjointe au conseil municipal de Vannes est l'une des quelques députés nouvellement élus d'Horizons, le mouvement d'Edouard Philippe (majorité présidentielle). Elle l'a emporté dans la 1ère circonscription du Morbihan, à Vannes.

Diplômée d'une école de commerce, Anne le Hénanff a commencé sa carrière en tant que commerciale dans la grande distribution. Elle a créé une société de conseil dans le numérique et la cybersécurité en 2015.

C'est sur ces sujets liés au numérique qu'elle s'est engagée durant son parcours politique, débuté avec l'élection de Nicolas Sarkozy en 2007 dans les rangs de l'UMP dont elle a été secrétaire départementale.

Elle quitte le parti en 2016 lorsque François Fillon est désigné candidat à la présidentielle. Elle ne reprendra une carte dans un parti que lors de la création d'Horizons par Edouard Philippe, en 2021.

Anne Le Hénanff a été élue adjointe à la mairie de Vannes en 2008. Elle fait son entrée au Conseil régional en 2021, après avoir été tête de liste dans le Morbihan pour la majorité présidentielle, recueillant 16,37% des voix.