Disparition de Lina : l'enquête sur le viol de la jeune fille est relancée annonce le parquet

Le parquet de Strasbourg a ouvert une information judiciaire pour viol "sans lien et distincte de celle actuellement ouverte pour enlèvement et séquestration criminelle". Lina, 15 ans, est portée disparue depuis le 23 septembre 2023. Elle avait porté plainte pour viol en 2022.

Ce lundi 5 février 2024, le parquet de Strasbourg annonce avoir ouvert une information judiciaire du chef de "viol commis sur mineure de 15 ans par un majeur avec différence d'âge d'au moins 5 ans". L'acte a été ouvert le vendredi 2 février, date à laquelle la mère de Lina a été reçue par l'institution.

Dans un communiqué, le procureur de la République Yolande Renzi précise : "la plainte déposée par Lina, portée disparue depuis le 23 septembre 2023, du chef de viol en réunion commis en mai 2022, ayant donné lieu à une procédure clôturée au printemps 2023, a été réexaminée par le procureur de la République de Saverne, qui s'en est dessaisie au profit du parquet de Strasbourg ce 30 janvier 2024."

L'adolescente de 15 a disparu en fin de matinée le 23 septembre 2023 entre son domicile, à Plaine, et la gare de Saint-Blaise-la-Roche. Une semaine après sa disparition, une information judiciaire a été ouverte pour enlèvement et séquestration.

Pendant des semaines, des recherches ont été menées par les gendarmes dans la zone. Des plongeurs ont fouillé le fond des étangs. Des habitants ont participé à des battues. Une maison de Diespach a été fouillée. En vain.

Une plainte pour viol en 2022

Fin janvier, un fait nouveau ressurgit, antérieur à la disparition de la jeune fille. Le 27 juin 2022, Lina s'est rendue avec sa mère à la gendarmerie de Schirmeck et a porté plainte pour viol. Les faits qu'elle dénonce remontent au 4 mai 2022. Lors d'une soirée avec des amis dans la commune de La Broque, l'adolescente, alors âgée de 13 ans et 8 mois, aurait eu des relations sexuelles avec deux jeunes hommes, majeurs. 

Lors de leur interrogatoire, les suspects ne réfutent pas les rapports sexuels mais affirment que ceux-ci étaient consentis. Au printemps 2023, faute de preuves, le parquet de Saverne classe l'affaire sans suite pour "infraction insuffisamment caractérisée". Or depuis la loi de 2021 sur les violences sexuelles, le consentement n'est plus à rechercher pour les victimes de moins de 15 ans, ce qui est le cas de Lina.

Deux semaines après l'apparition de ces nouveaux faits, le jeudi 1er février, la mère de Lina est reçue par deux juges d'instruction. À cette occasion, elle a pu exprimer sa frustration de ne pas être mise davantage au courant des avancées de l'enquête pour enlèvement, mais surtout demander la réouverture de l'enquête pour viol de 2022 comme elle le confiait dans une conférence de presse donnée le lendemain. "J'ai l'impression – je parle au nom de Lina – d'avoir été trahie, a déclaré Madame Groll concernant le classement de l'affaire. Ils ne l'ont pas protégée, alors qu'à 13 ans et demi elle avait vraiment besoin que la justice la protège."

La réouverture de l'information judiciaire dans l'affaire du viol ouvre la possibilité d'une mise en examen à l'encontre des deux hommes visés par la plainte de Lina en juin 2022.