Régionales 2021 Hauts-de-France : après Éric Dupond-Moretti, deux nouveaux ministres candidats sur la liste LREM

Après l’entrée en campagne tonitruante d’Éric Dupond-Moretti pour combattre le Rassemblement national, deux nouveaux ministres entrent dans la danse pour les régionales dans les Hauts-de-France : Agnès Pannier-Runacher dans le Pas-de-Calais et Alain Griset dans le Nord.

Trois ministres se lancent dans la campagne des régionales de juin prochain dans les Hauts-de-France, en plus de la tête de liste LREM Laurent Pietraszewski.
Trois ministres se lancent dans la campagne des régionales de juin prochain dans les Hauts-de-France, en plus de la tête de liste LREM Laurent Pietraszewski. © Ludovic Marin / AFP

Vendredi dernier, Éric Dupond-Moretti officialisait sa candidature comme tête de liste de la majorité présidentielle dans le Pas-de-Calais pour les élections régionales de juin prochain. Une première campagne pour l’actuel garde des Sceaux avec un objectif affiché : combattre Marine Le Pen et "chasser le Rassemblement national".

D’après nos informations, deux nouveaux ministres s’apprêtent à entrer dans la danse pour les élections régionales dans les Hauts-de-France : la ministre de l’industrie Agnès Pannier-Runacher dans le Pas-de-Calais et le ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises Alain Griset dans le Nord. Avec une nouvelle cible en ligne de mire : le président sortant Xavier Bertrand, également candidat à la présidentielle de 2022.

À deux jours du dépôt de la liste LREM en préfecture prévu vendredi 14 mai dans la matinée, la stratégie du parti présidentiel se met en ordre de marche.

Deux ministres en campagne dans le Pas-de-Calais

Premier exemple dans le Pas-de-Calais, où deux ministres (au moins) vont figurer sur la liste de la République en Marche. Le ministre de la Justice en tête… et la ministre de l’Industrie en dernière position, comme l’a confirmé l’entourage d’Agnès Pannier-Runacher à nos confrères de la Voix du Nord. Un duo qui illustre la stratégie d’Emmanuel Macron : s’opposer au Rassemblement national et, en même temps, contrer Xavier Bertrand.

Agnès Pannier-Runacher et Xavier Bertrand face à la presse le 12 novembre 2020 à Béthune, après une réunion sur l'avenir de l'usine Bridgestone.
Agnès Pannier-Runacher et Xavier Bertrand face à la presse le 12 novembre 2020 à Béthune, après une réunion sur l'avenir de l'usine Bridgestone. © FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Car même si elle occupe la dernière place sur la liste et ne sera donc pas élue, Agnès Pannier-Runacher va pour autant s’investir dans la campagne. Sa mission ? Défendre l’action du gouvernement dans les différents dossiers industriels régionaux face au président sortant : accompagnement des salariés après la fermeture de Bridgestone, projet pour Ascoval, déploiement du plan de relance sur le territoire ou encore investissements dans l’industrie régionale.

Dans le camp de La République en Marche (LREM), cette nomination est saluée, comme l’explique une élue. "Agnès Pannier-Runacher s’est souvent rendue dans le Pas-De-Calais, elle a fait du bien au territoire qui a besoin de voix fortes pour faire parler de lui", explique-t-elle. Reste néanmoins à voir comment la ministre va justifier son ancrage régional. Née à Paris et passée par l’ENA, elle avait été battue lors des élections municipales de juin dernier... dans le 16ème arrondissement de la capitale.

Dans le Nord, duel avec le candidat de Xavier Bertrand

Alors que son cabinet ne souhaite pas confirmer l’information, plusieurs cadres régionaux de LREM confirment la présence du ministre délégué aux Petites et Moyennes entreprises sur la liste dans le Nord. Une décision qui a également pour objectif de contrer la stratégie du président sortant.

Alain Griset a été pendant 30 ans artisan-taxi dans le Nord et présidait par ailleurs la Chambre de Métiers et de l'Artisanat des Hauts-de-France. Sa nomination comme ministre en juillet 2020 l’a conduit à démissionner de cette fonction, remplacé quelques semaines plus tard par Laurent Rigaud, boucher charcutier installé à Wambrechies. Ce même Laurent Rigaud qui, pour la première fois, a décidé de s’engager en politique aux côtés de Xavier Bertrand : il mènera la liste dans le département du Nord.

"Alain Griset connait très bien le tissu économique du Nord", précise un membre de la campagne dans les Hauts-de-France, rappelant que le développement économique fait partie des prérogatives majeures de la région. Une force selon lui pour s’opposer au président sortant et un rival de taille face à celui qui l’a remplacé à la tête de la Chambre de Métiers et de l'Artisanat.

"Les Hauts-de-France n’ont jamais été aussi attractifs, on se demande pourquoi"

Dans l’opposition, l’arrivée de deux nouveaux ministres sur les listes est vivement critiquée. "À ce rythme là ce n’est plus du parachutage mais une opération commando", commente le député les Républicains du Pas-de-Calais Pierre-Henri Dumont.

Son collègue Maxime Minot s’en prend à Agnès Pannier-Runacher et dénonce sa pratique du "tourisme électoral du16e arrondissement de Paris au Pas-de-Calais", rajoutant que "les agences de voyages politicardes sont réouvertes". Antoine Sillani, conseiller régional du même parti, ironise : "les Hauts-de-France n’ont jamais été aussi attractifs, on se demande pourquoi".

"C’est n’est plus une élection mais un concours Lépine de ministres en perdition, dénonce Thomas Portes, porte-parole de Générations. Les Hauts-de-France méritent mieux". De son côté, Sébastien Chenu déplore un "triste spectacle". Selon la tête de liste du Rassemblement National pour les régionales dans les Hauts-de-France, "tous ces ministres feraient mieux de servir l’État. C’est beaucoup d’honneur pour moi que de voir l’ensemble de l’appareil d’État se mobiliser contre nous mais c’est aussi tout à fait ridicule".

Au total, quatre ministres en activité sont candidats sur la liste de la majorité présidentielle pour les régionales dans les Hauts-de-France. Sans oublier les départementales : Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, est candidat dans le canton de Tourcoing. Quant à la ministre déléguée à l'Autonomie Brigitte Bourguignon, elle se présente dans le canton de Desvres.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections la république en marche