Environ 200 personnes se sont rassemblées devant le CHU de Toulouse pour réclamer plus de moyens

Plus de personnel, et plus d'argent. C'est ce que revendique toujours le personnel soignant du CHU de Purpan. Environ 200 personnes ont répondu à l'appel des syndicats. 

Des gilets jaunes se sont mêlés au rassemblement du personnel soignant de l'hôpital de Toulouse.
Des gilets jaunes se sont mêlés au rassemblement du personnel soignant de l'hôpital de Toulouse. © Karen Cassuto / FTV
L'appel a été lancé par la CGT et Sud solidaires. A 14h le personnel soignant du CHU de Purpan s'est retrouvé devant l'hôpital pour crier leur colère. "Ni la direction, ni le gouvernement n'ont l'intention de satisfaire les revendications des hospitaliers" indique leur communiqué. Des revendications qui se sont fait entendre bien avant le début de la crise sanitaire liée au coronavirus. "C'est le moment où jamais d'obtenir ce qu'on veut depuis des mois, des années" explique Julien Terrié, secrétaire à la CGT du CHU de Purpan. Et d'ajouter :"à savoir : plus de moyens pour l'hôpital c'est à dire plus de lits, plus d'embauches et plus de salaire".
 
© Karen Cassuto / FTV

Ce lundi 11 mai, jour de déconfinement, ils étaient environ 200 à espérer ne pas se faire oublier.
 

On va commencer à ne plus nous applaudir, à nous oublier, à lâcher un peu l'aura qu'on a pu avoir. Et c'est justifié, on sait qu'on va vite oublier ce qu'il s'est passé. Et ce n'est pas possible d'oublier, explique Julien Terrié, secrétaire CGT au CHU de Toulouse et manipulateur en radiologie.

Ce qu'il s'est passé, c'est d'abord un manque de matériel en pleine crise du coronavirus, détaille Diami Bourgade, aide soignante. Ecoutez son témoignage : 
 
Témoignage d'une aide soignante.

Investissement massif

Le personnel soignant gréviste ce lundi 11 mai réclame un investissement massif dans les hôpitaux. Pour Julien Terrié, cela passe par deux points : 
© Karen Cassuto / FTV

Cet investissement permettrait notamment une revalorisation des salaires. "N'importe quelle personne dans le privée avec des tâches comprenant moins de responsabilités que nous a un salaire beaucoup plus élevé. Ce n'est plus possible. Sinon tout le monde va partir. Et quand il n'y aura plus de soignants qu'est-ce qu'on va faire ? Il faut embaucher du monde et augmenter les salaires pour se rendre attractif" développe Julien Terrié. Il espère que la logique capitaliste cesse de s'appliquer au secteur de la santé. 

Gilets jaunes


"On est là, on est là, même si Macron ne veut pas de nous, on est là, pour l'honneur des travailleurs et pour un monde meilleur même si Macron ne veut pas de nous, on est là" chantent à plusieurs reprises les grévistes. Parmi eux, près de la moitié sont des gilets jaunes. C'est le cas de Dopamine, clown : "ça fait deux ans que, quand on rentre chez soi le soir, on est soulagé de s'en être tiré", évoquant à la fois les violences policières, et le coronavirus.
 
Ce clown qui se fait appeler Dopamine fait partie des gilets jaunes qui ont rejoint la manifestation du personnel soignant du CHU de Purpan.
Ce clown qui se fait appeler Dopamine fait partie des gilets jaunes qui ont rejoint la manifestation du personnel soignant du CHU de Purpan. © Karen Cassuto / FTV

"Les revendications ne s'arrêtent pas au mur de l'hôpital" affirme une soignante au micro. La foule l'applaudit. "Les gilets jaunes sont en majorité des personnes qui exercent des professions qui sont en première ligne, comme nous, pendant cette crise" explique Julien Terrié.

A 14h41 les premiers fumigènes jaunes d'abord, puis noirs, se font sentir et voir. "Arrêtez, il y a des patients hospitalisés !" crie une soignante gréviste depuis la foule.

Chorégraphies et reprises musicales


Ce rassemblement se fait appeler "gestes barrières" sur les communiqués des syndicats. Si les manifestants portent tous un masque, il est plus difficile de respecter la distanciation sociale. Au micro, ils sont plusieurs à répéter "écartez-vous les uns des autres". 

Alors quand les chorégraphies commencent à se former, les soignants tentent de danser à un mètre les uns des autres. Les pas de danse s'enchaînent sur la reprise de "Basique" d'Orelsan par un employé du CHU, puis sur une reprise de "Trois Cafés gourmands". Vient ensuite le tour d'"à cause des garçons", qui devient "à cause de Macron". 
 

via GIPHY


A 15h17, les danseurs soignants commencent à s'essouffler, autant que le mouvement de grève. Certains commencent à partir. En s'éloignant un homme dit à son ami : "tu seras là samedi ?". L'autre ne comprend pas. L'homme reprend : "pour les gilets jaunes!". Le déconfinement annonce donc aussi un retour des manifestations.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société coronavirus emploi économie manifestation social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter