Témoignage. Les foyers modestes lourdement impactés par l'augmentation du prix de l'eau pour l'été : " ces 5 mois représentent 60% de ma consommation"

Publié le Écrit par Sardain Claire

Attention aux mauvaises surprises. À partir de ce samedi 1er juin, l'eau va coûter plus cher dans l'agglomération toulousaine. Une augmentation saisonnière de 42% jusqu'à la fin octobre pour inciter les citoyens à réduire leur consommation. Cette hausse va durement impacter les foyers les plus modestes. Témoignage.

La tarification saisonnière de l'eau, qui entre en vigueur ce samedi 1er juin dans l'agglomération toulousaine provoque colère et incompréhension parmi les foyers les plus modestes. Témoignage.

Plus de 150 euros d'augmentation

Frédéric Durant n'en revient toujours pas. Ce fonctionnaire, qui touche à peine plus du SMIG a fait et refait ses comptes. Et l'addition est salée. L'augmentation du prix de l'eau à partir du 1er juin va gréver son budget de plus de 150 euros par an.

"Aujourd'hui, je paye 362 euros par an", nous confie Frédéric. "Avec la nouvelle tarification, ma facture va grimper cette année à 550 euros. C'est totalement injuste. D'autant plus, que je fais déjà attention à ma consommation. Je ne vois pas comment je vais pouvoir la réduire plus. "Ces 5 mois de l'année, où l'augmentation sera de 42%, représentent 60% de ma consommation annuelle".

"Ce potager c'est notre seul petit plaisir"

Frédéric Durant vit en couple dans le quartier des Minimes à Toulouse. Le foyer compte 3 personnes, deux adultes et une fillette de 6 ans. Le couple gagne 3000 euros net par mois. Sensibilisé à l'écologie, il cultive un potager d'été dans son jardin pour consommer local et faire face à l'inflation de ces dernières années.

"Ce potager, c'est notre seul petit plaisir, on part très peu en vacances parce qu'on n’a pas les moyens", raconte Frédéric. "De plus, je n'ai pas de pelouse, pas de piscine, ni de spa et je n'entretiens mon potager qu'en été. Alors si je veux réduire ma facture, il va falloir l'abandonner ? Si je n'ai plus ça à partager avec ma fille, c'est une punition de plus".

"On est mis devant le fait accompli"

Frédéric l'avoue. Il continuera à arroser a minima ses arbres fruitiers, ses poivrons, ses courgettes et ses tomates. Il est d'accord pour payer l'eau un peu plus cher mais il trouve la mesure brutale et unilatérale : "On est mis devant le fait accompli", regrette-t-il.

"Si la décision avait concerné l'année civile, j'aurais bénéficié du tarif bas à moins 30% depuis le début de l'année", poursuit-il. "Mais là, ça ne concernera que les mois de novembre et décembre. On n'est pas du tout à l'équilibre".

Pas de tarification progressive

Autre grief : le même prix pour tous : "On devrait différencier les petits et les gros consommateurs avec une tarification progressive, un peu comme les tranches d'impôts", affirme Frédéric. "On pourrait imaginer un tarif pour un panier minimum, un autre pour des gens comme moi qui ont un potager et un troisième pour les gros consommateurs avec des piscines. Il faut que la tarification reflète la consommation réelle".

Et il poursuit : "Sans compter que cet argent ne va même pas servir à améliorer notre réseau d'eau. Si au moins ça servait à réduire les fuites, ça aurait du sens". La convention, signée le 16 mai, entre la métropole et les deux délégataires, Suez et Véolia, prévoit en effet une compensation financière destinée à pallier la baisse de consommation, mais aucun nouvel investissement n'est programmé.

Actuellement, le prix de l'eau est de 3,34€ toutes taxes comprises pour un mètre cube d'eau consommé (1000 litres). Il sera désormais de 4,40€ TTC entre le 1er juin et le 31 octobre et baissera ensuite à 2,58€ TTC entre le 1er novembre et le 31 mai.

À lire : Hausse du prix de l'eau durant l'été : tarifs, relevés de compteur, habitat collectif, on vous explique comment ça marche

En France, la consommation de l'eau a connu en 2023 une baisse inédite de près de 4%, selon les derniers chiffres communiqués par la fédération française des entreprises privées de l'eau.

Qu’avez-vous pensé de ce témoignage ?
Cela pourrait vous intéresser :
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité