Législatives : la vague En Marche ! submerge l'Occitanie, le PS et la droite balayés

Image de dépouillement à Montauban / © Jean-Pierre Duntze / France 3
Image de dépouillement à Montauban / © Jean-Pierre Duntze / France 3

SYNTHESE REGIONALE - Les électeurs de la région Occitanie se sont fortement reportés sur les candidats soutenus par le Président Macron. Le PS est laminé. La droite également. 

Par Fabrice Valery

S'il fallait ne retenir que deux choses du premier tour des législatives dans la région Occitanie, il s'agirait sans aucun doute de la vague qui a porté les candidats de la République En Marche au second tour, quasiment partout, et de l'effondrement du Parti Socialiste dans une région traditionnellement de gauche. 

Parallèlement, le Front National maintient ses positions sans pour autant percer davantage, les Républicains sont en recul par rapport à leurs scores précédents et la France Insoumise parvient parfois à se maintenir et est partout, devant le PS. 

Dans la Haute-Garonne, le PS, qui comptait 8 députés sur 10, est laminé. Tous les sortants sont balayés, comme le N°3 du PS Christophe Borgel, l'ancien ministre Kader Arif ou encore la députée présidente de la commission des affaires sociales de l'Assemblée Cathy Lemorton. Tous sont éliminés dès le premier tour. Seul Joël Aviragnet, candidat PS dans la 8ème circonscription, celle où Carole Delga (présidente PS du conseil régional) ne se représentait pas, parvient à se hisser au second tour. Partout, ce sont les candidats d'En Marche ! qui sont en tête. 

Le PS est aussi balayé en Ariège, terre traditionnellement socialiste. Les deux députés sortants étaient PS. Les candidats socialistes ne sont même pas au second tour où les candidats d'En Marche! affronteront ceux de la France Insoumise. 

Dans le Gers, les deux candidats socialistes se maintiennent et seront au second tour mais ils sont devancés par En Marche!. Dans l'Aude, ex-terre de gauche, seul le PS André Viola sauve sa place au second tour dans un ballotage défavorable. Les deux autres duels opposeront les candidats FN à ceux d'En Marche!

Les candidats de la République en Marche se hissent partout au second tour. Même sur les terres les plus difficiles. Dans le Gard, par exemple, Marie Sara n'est qu'à 48 voix du député sortant apparenté FN Gilbert Collard. Les deux candidats s'affronteront en duel au second tour. 

La droite, face à En Marche!, maintient quelques positions notamment en Lozère ou encore en Aveyron ou les trois circonscriptions verront des duels entre les candidats Les Républicains et ceux d'En Marche!

Dans les Pyrénées-Orientales, les 4 circonscriptions verront s'affronter les candidats d'En Marche! à ceux du Front National, notamment Louis Aliot. 

Le FN qui espérait beaucoup dans le Tarn et Garonne. Il sera présent dans la 2ème circonscription mais la candidate PRG soutenue par En Marche! Sylvia Pinel est en ballotage favorable. Dans la 1ère circonscription, la députée PS sortante Valérie Rabault se hisse au second tour derrière le candidat d'En Marche! Pierre Mardegan. La droite est éliminée dès le 1er tour. 

Le FN se hisse au second tour dans deux des trois circonscriptions du Tarn où le PS, éliminé dès le premier tour, perd ses deux sièges. Les "Marcheurs" sont en tête partout, notamment Philippe Folliot qui n'avait pas l'investiture mais qui est soutenu par le parti du Président Macron. 

Dans l'Hérault, Emmanuelle Ménard, l'épouse du maire de Béziers est au second tour face à En Marche! sur la 6ème circonscription. La République en Marche partout au second tour avec tout 7 duels avec le FN sur 9 circonscriptions. A Lunel, l'ex-député PS Patrick Vignal est largement en tête face à Guillaume Vouzellaud (FN).

Les candidats En Marche! sont devant dans les Hautes-Pyrénées, où le fait marquant c'est l'élimination dès le premier tour du député PS Jean Glavany

Dans le Lot, où la députée PRG Dominique Orliac fait partie des éliminées du premier tour, les 2 candidats de La République en Marche sortent en tête. 

Conclusion : la République en Marche est présente au second tour dans toutes les circonscriptions d'Occitanie soit sous l'étiquette LREM soit avec des candidats non-investis mais soutenus par le mouvement d'Emmanuel Macron. 

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

A Toulouse, votre sapin de noël livré à vélo

Près de chez vous

Les + Lus