• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Municipales à Paris : une candidature dissidente de Cédric Villani face à Benjamin Griveaux chez LREM ?

Cédric Villani et Benjamin Griveaux, en juin 2017. / © IP3 PRESS/MAXPPP
Cédric Villani et Benjamin Griveaux, en juin 2017. / © IP3 PRESS/MAXPPP

Mounir Mahjoubi, Pierre-Yves Bournazel, Gaspard Gantzer et même les Verts... Cédric Villani discuterait avec plusieurs alliés potentiels, pour préparer une possible candidature alternative face à LREM et son candidat officiel, Benjamin Griveaux.

Par France 3 Paris IDF

Entre une série d’insultes proférées à l’encontre de ses anciens rivaux au sein du parti présidentiel, et la publication d’une photo de collaborateurs alors qu'il voulait rendre hommage aux victimes du Vel' d'Hiv', Benjamin Griveaux semble bien avoir du mal à gérer sa communication. Alors que les municipales parisiennes approchent, le prétendant LREM pourrait bien ne pas être au bout de ses peines, puisque Cédric Villani discuterait d’une candidature dissidente.
Mis de côté en juillet sans même la tenue d’une primaire au sein des militants marcheurs, le député de l'Essonne réfléchirait en effet à prendre sa revanche, comme le raconte Le Parisien. Le lauréat de la médaille Fields se serait senti humilié par le processus de décision, à l’issue duquel il a notamment été menacé d'exclusion du parti présidentiel.

Des discussions avec Mahjoubi, Bournazel, Gantzer et même les Verts

Parmi ses alliés potentiels, le mathématicien serait en contact avec Mounir Mahjoubi (qui l’a soutenu à LREM), Pierre-Yves Bournazel (Agir) et Gaspard Gantzer (Parisiennes, Parisiens). Plus étonnant : l’ex-concurrent de Benjamin Griveaux discuterait même, toujours dans le cadre d’une candidature alternative, avec les Verts. De quoi faire monter la pression du côté de l’Elysée, où un poste de ministre pourrait être proposé à Cédric Villani pour tenter de le faire reculer.
Qu’importe le sens de son choix – qui pourrait rebattre les cartes et évidemment profiter ou non à Anne Hidalgo selon le degré de division du vote LREM, le député tranchera publiquement à la rentrée. Reste maintenant à savoir si la décision officielle tombera avant, ou après l'université d'été de LREM, les 7 et 8 septembre prochains à Bordeaux.
 

Sur le même sujet

incendie Montfermeil

Les + Lus