Attaques au marteau : 10 ans requis contre l'adolescent auteur des faits

La cour d’Assises pour mineurs de Saône-et-Loire devrait annoncer ce jeudi 20 mai son verdict dans l’affaire des attaques au marteau. Mercredi, la procureure a requis 10 ans de prison pour celui qui a commis plusieurs agressions à Dijon et Chalon-sur-Saône alors qu'il avait 17 ans.

Le procès a commencé le 3 mai dernier.
Le procès a commencé le 3 mai dernier. © Gaël Simon / France Télévisions

Après trois semaines de débats, le procès de l’adolescent au marteau comme l’a surnommé la presse devrait prendre fin ce jeudi 20 mai. Mercredi, l’avocate générale Aline Saenz Cobo a requis une peine de 10 ans d’emprisonnement contre celui qui a commis plusieurs agressions à Dijon (Côte-d’Or) et Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) entre septembre 2017 et janvier 2018.

Pour rappel, le mis en cause ayant 17 ans au moment des faits, le procès est mené par la cour d’Assises des mineurs de Saône-et-Loire. Depuis le lundi 3 mai, les débats se tiennent alors en publicité restreinte. Seules les parties civiles, victimes et proches du suspect principal peuvent assister aux discussions.

Soupçonné de tentatives de meutre

Ce mercredi 19 mai, la procureure de la République Aline Saenz Cobo a demandé 10 ans de prison à l’encontre du jeune homme âgé aujourd’hui de 20 ans. Il est notamment soupçonné de tentatives de meurtre pour les attaques qu'il a commises sur deux femmes de Chalon-sur-Saône le 15 septembre 2017.

Après ces réquisitions, Me Connault et Me Lepine, avocats du mis en cause, ont pris la parole pour leurs plaidoiries. Avant le procès, Pierre-Vincent Connault nous avait expliqué que son client se présentait devant la cour d’Assises des mineurs avec "la volonté de communiquer et avec une bonne confiance en la justice". Dans les premières heures des débats, le suspect principal s'est excusé pour ses actes. Il a avoué les faits qu’ils lui sont reprochés.

Les trois semaines de procès ayant avancé plus vite que prévu, le verdict devrait être donné ce jeudi 20 mai, et non le 21 mai comme annoncé à l’origine.    

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers