Noyade de Check Camara au port du canal de Dijon : l'affaire classée sans suite

Selon les conclusions de l'enquête, le jeune homme de 18 ans n'était pas poursuivi par des forces de l'ordre avant de se noyer en chutant dans le canal. Sa famille avait déposé plainte pour "non-assistance à personne en péril".

"Il apparaît qu'aucune infraction pénale n'a été commise en lien avec le décès de monsieur Check Camara." C'est la conclusion du communiqué de presse envoyé ce 20 novembre par le parquet de Dijon. Le procureur de la République, Olivier Caracotch, annonce ainsi avoir classé sans suite la procédure.

Mort de Check Camara : la procédure classée sans suite by France Télévisions on Scribd

Une mort suspecte selon sa famille, qui demandait "vérité et justice"

L'affaire commence le 10 juillet 2023, lorsque un corps sans vie est retrouvé dans le port du canal de Dijon. Deux semaines plus tard, une vidéo est postée par le site Dijon-Actualités : on y voit un homme marcher le long de la berge, près du port du canal, visiblement suivi par des policiers depuis la rive. On découvre qu'il s'agit de la même personne : Check Camara, âgé de 18 ans, originaire d'Abidjan en Côte-d'Ivoire.

Rapidement, une polémique enfle : Check Camara était-il poursuivi par la police lorsqu'il s'est noyé ? Les forces de l'ordre auraient-elles pu empêcher son décès ? Comment exactement s'est-il noyé ? Les soupçons grandissent. Assa Traoré s'en fait l'écho dans un post Instagram : "Les amis et la famille veulent s’organiser pour obtenir la vérité et la justice", écrit-elle dans un post vu plus de 40 000 fois.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Assa Traore (@assa.traore_)

Le 24 juillet, la famille de Check Camara porte plainte contre X pour "omission de porter secours". Une marche blanche pacifique est organisée le 29 juillet au port du canal. Le 29 septembre, la mort de Check Camara est également évoquée lors d'une manifestation contre les violences policières à Dijon. Le jeune homme ne savait pas nager, indique son oncle interrogé par France 3.

Check Camara était recherché pour une "agression au couteau"

Dans son communiqué envoyé ce 20 novembre, le parquet de Dijon donne des précisions sur les circonstances du décès. Il indique que Check Camara a été retrouvé sans ses papiers d'identité le 10 juillet, mais que le rapprochement a "rapidement" été réalisé avec un incident survenu trois jours plus tôt : "une agression au couteau survenue le 7 juillet vers 19 heures aux alentours de la Cité de la gastronomie". Plus précisément, une "altercation entre M. Camara en trottinette et un couple d'automobilistes, M. Camara revenant avec un couteau pour une explication", ajoute le parquet contacté par France 3. 

Appelés sur place immédiatement après cette altercation, les policiers prennent en chasse Check Camara, qui "prend la fuite en sautant sur les bords de l'Ouche". Les policiers perdent sa trace et le jeune homme est retrouvé mort noyé trois jours plus tard. 

Une enquête "particulièrement détaillée"... qui n'a pas livré toutes les réponses

Ce 20 novembre, le parquet ajoute que les résultats de l'autopsie excluent "toute lésion de violence" et concluent "à un décès compatible avec une noyade"

Quant à la procédure ouverte pour "recherche des causes de la mort" et "non-assistance à personne en péril", cette enquête "particulièrement détaillée" selon le parquet n'a toutefois "pas permis de déterminer dans quelles circonstances exactes M. Camara a pu chuter dans le canal, provoquant sa noyade".

En revanche, la vidéosurveillance du quai Nicolas-Rolin sont formelles, selon le parquet : les images "permettent d'exclure qu'il ait été poursuivi au moment de sa chute présumée". Elles montrent bien une personne, vraisemblablement Check Camara "se déplaçant à grandes enjambées", mais "aucun effectif ou véhicule de police n'est aperçu à sa suite ou dans un temps proche de son passage".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité