TÉMOIGNAGE. "Ils ont détruit ma vie" victime d'un prêtre pédophile, Éric attendait le rapport sur les abus sexuels

Fruit de 32 mois mois de travail, le rapport du CIASE publié ce mardi 5 octobre, estime à 330 000 le nombre de victimes d'agressions sexuelles dans le milieu de l'église catholique. Eric est l'un de ceux qui a témoigné. Ce Côte-d'Orien avait 14 ans quand un prêtre a abusé de lui.

Il attendait cela depuis longtemps pour mettre un point final à une histoire entamée il y a quarante ans. Ce mardi 5 octobre 2021, Eric Cathy était devant sa télévision pour suivre le compte-rendu du rapport de la CIASE (commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Eglise).

Fruit de 32 mois de travail, ce rapport était très attendu en France, où l'opinion publique s'était fortement émue des accusations, puis des révélations de viols et agressions sur mineurs commis depuis 1950.

"Je ne crois plus en l’Eglise. J’attends d’être reconnu victime une bonne fois pour toute" 

Eric Cathy

Ce mardi, le Président de la commission, Jean-Marc Sauvé s'est exprimé pendant plus d'une heure. Il a rendu public le rapport de 485 pages et ses 2500 pages d'annexe "adopté au consensus sans opinion séparée" par tous les membres de la commission. "On ne détient pas encore toute la vérité" a-t-il confessé avant de détailler les chiffres du rapport.

Ils sont éloquents. 6471 contacts ont été établis avec des victimes, 2819 courriers ont été reçus, 243 victimes ont été auditionnées. Éric Cathy est l'une d'elles.

330 000 personnes agressées sexuellement

Selon le rapport, 216 000 personnes ont été agressées sexuellement pendant leur minorité par des clercs. Le chiffre monte jusqu'à 330 000 si l'on compte les agressions commises par des laïcs travaillant dans des institutions comme les écoles catholiques, ou les aumôneries.

Des chiffres qu'Éric estime "en-dessous de la vérité". Il développe : "Il y a encore certainement des centaines, voire des milliers de personnes qui ont été victimes de prêtres pédophiles. Par contre c’est grâce à nous, victimes malheureusement, qu’on va pouvoir aider les nouvelles victimes en 2021."

Victime d'un prêtre en 1982 alors qu'il était âgé de 14 ans, Eric fait partie des témoins. Un témoignage indispensable selon lui : "Ça m’a aidé. Il fallait que je passe par là pour faire une croix définitive sur ce qu’il m’était arrivé. Quand on m’a demandé si je voulais être interviewé, j’ai dit oui, pas de souci. Il faut que les gens sachent ce qui s’est passé et ce qui se passe encore aujourd’hui dans l’Eglise."

"À 54 ans, j'aimerais bien me reconstruire"

S'il tient autant à raconter son histoire, c'est parce qu'elle a laissé des traces tout au long de sa vie. Éric est aujourd'hui reconnu comme personne handicapée. "Ils ont anéanti ma vie. Ils ont bouffé ma vie. Ça été d’hôpitaux en hôpitaux. De médecins en médecins. De psychiatres en psychiatres. De psychologues en psychologues. Ils ont détruit ma vie. À 54 ans, j’aimerais bien me reconstruire. Refaire ma vie avec quelqu’un et vivre en paix avec moi-même."

Dans son rapport, Jean-Marc Sauvé a listé une série de quarante-cinq recommandations. Parmi elles, la reconnaissance de sa responsabilité par l'Eglise. "L'Eglise n'a pas su voir, entendre et capter les signaux des victimes. Elle n'a pas su prendre les mesures rigoureuses qui s'imposaient. Il y a eu des fautes civiles et pénales, en plus de celles des prédateurs."

"Il faut que l’Eglise change, tranche Eric Cathy. Il faut que le Pape fasse quelque chose. Je ne comprends pas que l’Eglise ait pu fermer les yeux sur tout ce qui s’est passé. Je ne comprends pas".

En conclusion de son rapport, la commission a listé quatre orientations pour le futur, afin d'éviter que de tels faits se reproduisent. Elle demande notamment à ce que le droit de l'Eglise soit réformé. Plus particulièrement la confession, qui "ne peut pas être opposée à l’obligation légale de signalement de violences sexuelles" selon la CIASE.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
religion société pédophilie faits divers