Bannière résultats municipales

Municipales 2020 : les 15 villes à suivre en Bourgogne

A quelques jours du second tour des municipales le dimanche 28 juin, gros plan sur les 15 communes à suivre en Bourgogne.

Dimanche 28 juin, second tour des Municipales : "Il va falloir être imaginatif pour attirer les électeurs !"
Dimanche 28 juin, second tour des Municipales : "Il va falloir être imaginatif pour attirer les électeurs !" © Maxppp/ A. Marchi

En Bourgogne, les électeurs de 302 communes sont invités à retourner aux urnes ce dimanche 28 juin. Le 15 mai dernier, le 1er tour n’avait pas permis d’y désigner la nouvelle équipe municipale.

 

CÔTE D'OR

Dans la commune, le maire sortant, Raoul Langlois ne se représentait pas. A Auxonne, c'est donc un duel serré qui s'annonce. Ancien socialiste qui a quitté LREM il y a un an, Jean-François Coiquil (divers centre) est arrivé en tête au 1er tour avec 43,7 % des voix.

Face à lui, ses deux adversaires Fabrice Vauchey et Nathalie Roussel se sont alliés sur une liste (divers-droite) conduite par le premier. Mathématiquement, le cumul des résultats du premier tour, marqué par une forte abstention, les placerait en tête. En sera-t-il de même le soir du 28 juin ?  

 

A Beaune, Alain Suguenot (LR) est cette fois contraint à un deuxième tour. Une première depuis 2001 ! Candidat à un cinquième mandat, le maire sortant a cette fois manqué l'élection dès le 1er tour de quelques voix. 

Face à lui, le candidat LREM, Eric Monnot (28,1%) et Carole Bernhard pour l’union de la gauche (12,4%) maintiennent leurs listes inchangées. L'abstention avait été très forte au 1er tour. Plus de 3 mois plus tard, cela suffira-t-il à inverser la tendance ?

 

A Dijon, François Rebsamen brigue un 4ème mandat. Au premier tour, le maire sortant est arrivé assez nettement en tête avec 38,2% des voix. Deux autres listes étaient en droit de se maintenir et elles l'ont fait.

A droite Emmanuel Bichot (LR) a recueilli 19,9 % des voix et Stéphanie Modde (EELV) a convaincu 15,1% des électeurs. Il y a 3 mois, François Rebsamen faisait figure de favori. Mais après un long confinement et une série de violences urbaines, la donne reste-elle la même ?

Dernière question : vers qui se porteront les 27 % d'électeurs qui avaient choisi un autre candidat au 1er tour ?

 

NIEVRE

A Cosne-sur-Loire, la deuxième ville la plus peuplée de la Nièvre, le maire sortant divers droite Michel Veneau est arrivé en tête avec 34,9% des suffrages. Le 15 mars dernier, il était talonné par Daniel Gillonnier, un novice en politique qui avait recueilli 31,8% des voix. 3e homme qualifié pour le second tour, l'ancien maire socialiste Alain Dherbier (23,7%).

 

C'est l'exception de ce second tour en Bourgogne Franche-Comté. A la Charité-sur-Loire, une seule liste a maintenu sa candidature pour le second tour. Avec 47,4 % des voix, le maire-sortant, Henri Valès (divers gauche) a manqué sa réélection d'une trentaire de voix.

Le résultat a semble-t-il découragé ses opposants du 1er tour. Ni le candidat divers-droite, Jacky Tournefier (38,1% des voix), ni Philippe Pavie, tête d'une liste citoyenne (14,5%) n'ont souhaité se maintenir. 

 

La ville est habituée aux rebondissements au sein de son conseil municipal. Ce scrutin s'inscrit dans la continuité avec une triangulaire au second tour entre anciens alliés et opposants de longue date. L'enjeu, la ville restera-t-elle à droite ou redevenir un bastion communiste ? 

Au 1er tour, la gauche est arrivée en tête avec Olivier Sicot (PCF) qui a totalisé 41 % des voix. La maire sortante Isabelle Bonnicel qui conduisait cette fois une liste sans étiquette a obtenu 28,2% des suffrages. Catherine Robin-Chauvot, ex-adjointe qui conduisait sa propre liste, a totalisé 19,1% au premier tour et a choisi de se maintenir. Reste à savoir si les rapports de force resteront identiques et vers qui se reporteront les électeurs de Philippe (11,8% au 1er tour). Arrivé 4e le 15 mars dernier, il s'est retiré en appelant à voter pour la liste de gauche mais sa liste comptait également plusieurs anciens membres de la majorité sortante

 

SAÔNE-ET-LOIRE

58 voix séparaient les 2 finalistes au 1er tour. A Autun, le second tour s'annonce tout aussi serré. C'est Frédéric Brochot (divers droite) qui est arrivé en tête avec 45,2% des voix. Il a devancé le maire sortant, Vincent Chauvet (Modem et alliés) qui a, lui, recuilli 43,8% des suffrages.

Arrivé 3e avec un peu moins de 7% des voix, Bertrand Joly (divers droite) a appelé à voter pour Frédéric Brochot. Mais 5 de ses colistiers ont choisi de soutenir le maire sortant. Simonne Pallant (Lutte ouvrière) avait recueilli un peu plus de 4% des votes. 

 

A Charnay-les-Mâcon, en Saône-et-Loire, les 5 listes pouvaient prétendre au second tour. Le maire sortant Jean-Louis Andrès ne se représentait pas.

Le 15 mars, Christine Robin, UDI, est arrivée en tête avec 35,7%. Les deux listes divers droite de Laurent Voisin (17,8%) et Serge Gaulias (15,9%) ont annoncé leur fusion. Jean-Pierre Petit, divers gauche et Roland Plantier, adjoint au maire sortant, sans étiquette, ont également déposé leur liste.

 

A Cluny, en Saône-et-Loire, le maire sortant Henri Bonia, divers droite, est en difficulté avec seulement 26 % des voix. Il est devancé par Marie Fauvet, divers gauche, 36,8%.
Paul Galland, divers gauche (23,7%) et Jacques Loron, divers droite (13,4%) se maintiennent également.

 

A Montceau-les-Mines, la maire sortante (divers droite) Marie-Claude Jarrot se retrouve en ballotage dans une triangulaire incertaine. Avec 40% des suffrages recueillis au premier tour, elle fait face à une gauche unie.

Laurent Selvez (PS) sera le chef de file de la liste issue de la fusion avec celle d’Eric Commeau. Ils avaient obtenu 24,4% et 18,8% mi-mars. La liste de Lilian Noirot (Debout la France) avait atteint 14,8% et se maintient au second tour.

 

YONNE

Dans la préfecture de l'Yonne, c'est la droite qui est arrivée en tête le 15 mars dernier. Avec un peu plus de 37 % des voix, Créscent Marault devance le maire sortant de 4 points. Soutenu à la fois par le PS et LREM, Guy Férez a recueilli 33% des suffrages.

Au second tour, Guy Férez peut espérer bénéficier du report des voix d'une partie des électeurs écologistes après avoir fusionné avec la tête de liste EELV, Maud Navarre (10,9%). Mais Denys Roycourt, tête de liste divers-écologistes (13,3%) arrivé en 3e position a choisi de se maintenir au second tour. 

 

A Avallon, il a manqué 27 voix au maire sortant centriste Jean-Yves Caullet (48,6%) pour passer dès le premier tour. Maire depuis 2001, il fut tour à tour soutenu par le PS et LREM. Le 28 juin il sera opposé à Sonia Patouret, divers droite (35,6%) et Fanny Bouvier, la candidate du Rassemblement National (12,0%).

 

A Sens, la maire sortante Marie-Louise Fort (LR) est en ballotage favorable (39,2%) avec plus du double du score de ses concurrents. Face à des opposants divisés, elle fait figure de favorite. C'est peut-être l'une des raisons qui l'ont poussées à refuser l'organisation d'un débat par France 3 Bourgogne. Dans la foulée, elle a été suivie par 2 de ses adversaires. 

Face à Marie-Louise Fort, 3 adversaires : le candidat divers gauche Laurent Moinet (16,8%), le chef de file du Rassemblement national en Bourgogne Franche-Comté, Julien Odoul (14,7%) et le candidat EELV, Mathieu Bittoun. La participation au premier tour avait été extrêmement faible et ne s'élevait qu’à 35,2%.

Le maire sortant, Cyril Boulleaux (divers gauche) est candidat à un quatrième mandat à la tête de la commune de Villeneuve-sur-Yonne. Au 1er tour, il est arrivé en tête avec 36,2% des voix. Mais au second tour, l'opposition municipale sera représentée par une tête de liste, la candidate (sans étiquette) Nadège Naze. Elle est arrivée en seconde position avec 28,7% des voix. Le long entre-deux tour n'a pas permis de trouver d'accord électoral avec le 3e homme, le candidat divers droite Michel Der Agobian (20,2%). Ce dernier a cependant décidé de ne pas maintenir sa liste au second tour ce qui pourrait rebattre les cartes. 

Quant au rassemblement national, il fondait de gros espoirs sur la commune. Mais avec seulement 14,9% des voix au 1er tour, la liste conduite conduite par Cyril André pourrait être condamnée à une présence symbolique dans ce scrutin. 

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter