PHOTOS. Fleurs, oiseaux, végétation... après les incendies du Jura, la biodiversité reprend progressivement sa place

Le département du Jura a été touché par une série d’incendies l’été 2022. 1 000 hectares ont brûlé en six jours et des habitants ont été évacués. Les professionnels de l'environnement veulent croire à la reconstruction de la forêt.

Si les stigmates des incendies d'août 2022 sont encore présents dans le Jura, la végétation reprend progressivement sa place. C'est ce qu'a constaté Jean-Philippe Paul, naturaliste à la Ligue de protection des oiseaux en Franche-Comté (LPO), le 20 mai 2023 dans le sud du Jura, à Cornod.

"Le feu a toujours modifié les habitats"

Le naturaliste, qui s'intéresse aux lieux préservés, était "curieux de voir comment le premier printemps allait réagir aux incendies". Autre intérêt pour Jean-Philippe Paul, "la vitesse du retour de la flore". "Un incendie ponctuel, qui n'arrive pas souvent, rajeunit l'environnement de manière brutale. Ce n'est pas dramatique en soi pour certaines espèces qui préfèrent les milieux ouverts que les forêts", explique le naturaliste qui a été heureux d'entendre des engoulevents d'Europe en ajoutant que "le feu a toujours modifié les habitats".

Florent Dubosclard, directeur de l'Office nationale des forêts du Jura, a également observé que "la végétation se remet en place progressivement". Après ces feux, l'ONF a mis en place un dispositif de suivi de plusieurs centaines d'arbres. "Pendant plusieurs années, on va les suivre pour voir leur évolution et comment ils réagissent après un incendie", déclare le forestier de l'ONF du Jura.

300 arbres suivis sur plusieurs années

Les 300 arbres concernés ont été choisis au hasard, certains ont été entièrement brûlés par le feu tandis que d'autres seulement à la souche. "On ne savait pas s'ils allaient continuer à vivre ou non", explique ce dernier. Il précise : "Deux mois après le feu, on a observé que là où le feu a consommé la végétation, les arbres sont morts, mais d'autres repartent sous forme de repousse depuis la souche. Le phénomène peut se traduire comme un dernier souffle ou une seconde vie". L'objectif : acquérir de la connaissance pour les années futures.

L'ONF du Jura a également engagé une opération de reboisement sur un espace limité, car le sol n'est pas profond.

C'était la première fois qu'on connaissait un feu d'une telle ampleur

Florent Duboscard

directeur de l'Organisation national des forêts du Jura

En plus des 1 000 hectares brulés en six jours, plusieurs centaines de personnes ont été évacuées. "On a franchi un pas entre l'année dernière et aujourd'hui. C'était la première fois que l'on connaissait un feu d'une telle ampleur", insiste Florent Dubosclard. 

Pour tenter d'éviter qu'une pareille situation recommence, une piste forestière va voir le jour pour desservir un sentier qui ne l'était pas encore. "Ça facilitera le travail des pompiers s'ils ont besoin", explique le directeur de l'ONF du Jura. "On a également mis en place une patrouille de surveillance pour sensibiliser les usagers", ajoute ce dernier, persuadé que l'on sera "surpris de la résilience de la forêt par la vitesse à laquelle elle va se reconstruire".

"Quand autour, on a de la nature préservée, les espèces mettent peu de temps à revenir dans le milieu incendié", conclu Jean-Philippe Paul, plein d'espoir pour l'avenir des forêts du Jura.