Pass sanitaire : serveurs, aides à domicile, enseignants, policiers, pour qui sera-t-il obligatoire ?

Ce mardi 13 juillet, au lendemain des annonces d'Emmanuel Macron, on vous explique quelles professions doivent se faire vacciner obligatoirement d'ici le 15 septembre prochain. La mesure ne concerne pas seulement les professionnels de santé.
Les professionnels de la santé et les métiers de contact avec la clientèle sont concernés.
Les professionnels de la santé et les métiers de contact avec la clientèle sont concernés. © Vanessa MEYER / MAXPPP

La vaccination rendue obligatoire pour les personnels soignants s’applique-t-elle à d’autres professions ? Ce mardi 13 juillet, au lendemain des annonces d’Emmanuel Macron, les professions qui accueillent du public sont dans le flou. Les serveurs, barmans, hôtes d’accueil en contact avec la clientèle ou encore les professeurs en rapport direct avec leurs élèves doivent-ils eux-aussi avoir réalisé l’intégralité de leur parcours vaccinal pour exercer leur métier ? On vous répond.

Pour l'heure, 40,4 % de la population a reçu deux doses de vaccin contre le Covid-19 en Bourgogne-Franche-Comté, contre 36,4 % au niveau national.

Les employés de commerces devront fournir un pass sanitaire

Les employés de bars, restaurants ou de centres commerciaux n’auront pas vraiment le choix. Dès le début du mois d’août, ils devront être munis de leur pass sanitaire pour continuer à travailler.

"Ça serait incompréhensible pour beaucoup de Français qu’on demande un pass sanitaire pour limiter la contamination dans certains lieux à ces Français qui vont les fréquenter, mais qu’on ne le demande pas aux personnes qui travaillent dans ces lieux", a justifié ce mardi matin Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement.

Par ailleurs, ce sont les responsables des commerces qui auront la responsabilité de s’assurer que leurs clients et employés disposent bien du pass sanitaire. Les forces de l’ordre effectueront également des contrôles ponctuels.

Reste une question : quelle sanction pour un salarié non vacciné et qui ne disposerait par de tests PCR négatifs ? Elisabeth Borne, la ministre du Travail a répondu ce 13 juillet : "On va prévoir dans la loi une disposition pour permettre une suspension du contrat de travail. La durée sera précisée dans le projet de loi mais cela pourra aller de 1 mois à 6 semaines", détaille-t-elle. Si l'employé refuse définitivement de se faire vacciner, il pourrait être mis à pied plusieurs jours voire même licencié.

En tant que professeur, vais-je devoir me faire vacciner pour la rentrée ?

Pour l’heure, les enseignants ne sont pas soumis à la vaccination obligatoire. Interrogé à ce sujet, le ministre de la Santé Olivier Veran, a justifié la décision par le faible risque que représente le Covid pour les mineurs. "Les enfants peuvent être contaminés par le coronavirus, mais ils ne font pas de formes graves et ne sont pas en danger lorsqu’ils sont contaminés".

Néanmoins, pour limiter tout risque de transmission du virus en milieu scolaire, le gouvernement incite les parents à faire vacciner leurs enfants âgés de 12 à 17 ans.

Comme les professeurs, les agents des forces de l’ordre ne sont pas dans l’obligation de recevoir deux doses contre le coronavirus.

Je suis un bénévole au contact de personnes âgées, suis-je soumis au même règle que les professionnels de santé ?

Tous les professionnels soignants doivent se faire vacciner s’ils veulent continuer à exercer leur métier. "À partir du 15 septembre, si vous êtes soignant et que vous n’êtes pas vacciné, vous ne pourrez plus travailler et vous ne serez plus payé", a indiqué Olivier Véran ce lundi 12 juillet.

Mais les dispositions s’appliquent aux personnels non-soignants ainsi qu'aux professions en lien avec des personnes âgées ou vulnérables. Secrétaires dans les établissements de santé, agents d’entretien, aides à domicile, tous sont concernés par la vaccination obligatoire. Au total, cela représente environ 1,5 million de personnes.

Quelle est la sanction pour l’achat d’un faux test PCR ?

S’il vous venait en tête l’idée de falsifier un test PCR ou d’acquérir un faux positif, sachez que vous risquez 45 000 euros d’amende et 3 ans d’emprisonnement pour "délit de faux et usage de faux".

La sanction pourrait même être plus sévère si vous êtes positif au Covid-19 au moment de votre interpellation.

Le projet de loi concernant la vaccination obligatoire et l’extension du pass sanitaire est soumis à l’avis du Conseil d’Etat auquel il est présenté ce mardi 13 juillet. Il sera ensuite présenté au Conseil des ministres le 19 juillet prochain.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19 économie