Plan de relance : A qui profitent les milliards d'euros prévus en Bourgogne-Franche-Comté

1,3 milliard d’euros déjà déployé sur les 4 milliards prévus par le plan de relance en Bourgogne Franche-Comté. C'est le détail donné ce vendredi 16 avril par le préfet de région. Industrie, environnement, logement, culture ou encore agriculture, à qui profite cet argent ?

© Pixabay

« Le plan de relance en Bourgogne-Franche-Comté se déploie plus vite qu’imaginé » s’est félicité Fabien Sudry, préfet de région, en préambule de la présentation du bilan ce vendredi 16 avril , 6 mois après le lancement du plan au niveau national. Près d'un tiers de l'argent prévu dans la région a été engagé. 

Ce plan de relance de 100 milliards d’euros a été lancé le 3 septembre 2020 par le gouvernement pour faciliter la reprise économique, rendre les entreprises plus compétitives et rendre le pays plus vertueux en matière environnemental. « C’est un plan qui vient en complément des mesures d’aide d’urgence déjà mises en place » a précisé le préfet. Des mesures comme les prêts garantis par l’Etat, le chômage partiel, le fonds de solidarité ou les mesures fiscales.

Le plan de relance est axé sur 3 points :

Petit tour d'horizon des euros engagés et exemples de projets ou d'entreprises lauréats. 

 

© France 3 Bourgogne

 

Aide à la compétitivité : 95 millions d'euros pour 140 projets 

La Bourgogne-Franche-Comté est « la  première région industrielle de France en terme d’emplois » a rappelé le préfet, « elle est aussi la première région de France en nombre de dossiers soutenus » par le plan de relance.  140 projets sont en cours pour un montant de 95 millions d'euros d’aides.

« C’est une très belle surprise pour nous, cela signifie qu’il y a des projets d’investissements dans la région ».

Fabien Sudry, préfet de région

Les aides concernent de nombreux secteurs, notamment l’automobile, le nucléaire, l’aéronautique ou encore le secteur pharmaceutique. Parmi les projets lauréats, 

 

AgroSup Dijon figure dans le prestigieux classement de Shanghaï dans la thématique "food sciences and technology".
AgroSup Dijon figure dans le prestigieux classement de Shanghaï dans la thématique "food sciences and technology". © AgroSup Dijon

 

500 millions d'euros pour la transition énergétique 

"Un des piliers du plan de relance, c’est la transition écologique" a martelé le préfet, Fabien Sudry. Elle est destinée à rendre notre pays plus vertueux en matière énergétique et de développement durable. "500 millions d’euros ont été identifiés", a expliqué Natacha Vieille, sous-préfète à la relance. 

De nombreux acteurs et de nombreux secteurs sont concernés, à commencer par la rénovation thermique de bâtiments publics, appartenant à des collectivités locales, des bailleurs sociaux ou des particuliers :

Autre secteur soutenu par ce plan de relance, a mobilité dite « bas carbone », avec notamment :

Par ailleurs, 1 million d’euros a été accordé aux Conservatoire régionaux des espaces naturels de Bourgogne et de Franche-Comté pour des travaux sur des milieux naturels remarquables ou menacés comme les côtes et plateaux calcaires de Côte-d’Or et de Saône-et-Loire. Une mesure qui fait partie du volet "préservation de la biodiversité" du plan de relance.

Le secteur aricole et forestier n'est pas oublié, avec plusieurs dossiers en cours dont :

La Banque alimentaire a besoin de dons partout dans la région
La Banque alimentaire a besoin de dons partout dans la région © Antoine Laroche

 

2,2 millions d’euros d’aide pour les associations de lutte contre la pauvreté

"Avec la pandémie, la pauvreté a augmenté en France", a expliqué Maurice Tubul, Commissaire à la lutte contre la pauvreté. "Il y a aujourd’hui 360.000 personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté en Bourgogne-Franche-Comté. Les associations qui les aident sont en tension. Il faut les aider". 2,2 millions d’euros ont donc été débloqués pour lutter contre la précarité alimentaire, favoriser l’accès aux soins et l’insertion sociale et professionnelle.

La  Banque alimentaire va ainsi recevoir près  de 100.000 euros pour investir dans des camions frigos. Autre exemple, dans le Doubs, une association va sensibiliser au bien-manger au moindre coût et à la lutte contre le gaspillage alimentaire (68 000 euros).

 

Édifiée à partir de 1281, la vaste église gothique de l’abbaye Saint-Bénigne est devenue cathédrale en 1792.
Édifiée à partir de 1281, la vaste église gothique de l’abbaye Saint-Bénigne est devenue cathédrale en 1792. © FTV

 

28 millions d’euros d’aide pour la culture

Le plan de relance  a prévu également des aides pour le monde de la culture, en particulier la restauration de sites patrimoniaux ou d’équipements culturels (16,5 millions d’euros pour 11 projets), le soutien au spectacle vivant, à la création ainsi qu’au livre et à la lecture.

Exemples :

 

Pour en savoir plus sur le plan de relance en Bourgogne-Franche-Comté, un site a été créé : relance-bfc.fr

 

Mesures d’urgence en BFC

Prêt garantis par l’Etat : 3,6 milliards d’euros pour 24.600 entreprises

Activité partielle (chômage partiel) : 790 millions d’euros pour 340.000 salariés

Fonds de solidarité (aide financière pour les entreprises du tourisme, de l’hôtellerie-restauration, du spectacle…) : 535 millions d’euros pour 65.600 entreprises

Mesures de bienveillance fiscale (comme des délais de paiment) : 96 millions d’euros qui ont bénéficié à 10.000 entreprises

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie covid-19 société entreprises culture écologie environnement solidarité