Saône-et-Loire : le procès du meurtrier présumé de Jacques Vaude a débuté malgré la grève des avocats

Il y a six ans, Jacques Vaude, un notable d’Autun, était assassiné. Le procès de son meurtrier présumé a débuté lundi 27 janvier 2020. Les avocats qui sont en grève depuis trois semaines avaient demandé son report, mais en vain.
 
La cour d'assises de Saône-et-Loire à Chalon-sur-Saône
La cour d'assises de Saône-et-Loire à Chalon-sur-Saône

Comment Jacques Vaude a-t-il été assassiné ? 

Le 5 octobre 2013, c'était un samedi soir, Jacques Vaude et sa compagne, Elsje O’Sullivan étaient chez eux rue Paul Cazin, à Autun, après avoir assisté à un spectacle au Creusot.
Le couple est sauvagement agressé. Jacques Vaude, âgé de 74 ans, succombera à un coup violent porté à la tête. Sa compagne, Elsje O’Sullivan, qui est sérieusement blessée, sera transférée au centre hospitalier d'Autun.

La région est sous le choc après la mort du septuagénaire, qui avait notamment tenu l’hôtel du Morvan sur la place de Saint-Léger-sous-Beuvray et présidé l'Office de Tourisme d'Autun. Qui s'en est pris à ce couple sans histoire et pourquoi ? 

 
 

Comment le suspect a-t-il été retrouvé ?


Trois ans plus tard, l’enquête rebondit. En février 2016, un suspect de nationalité bulgare, qui était emprisonné dans son pays, est extradé en France pour être entendu par un magistrat de Chalon-sur-Saône.
Oleg Chikov est alors mis en examen pour "homicide, tentative d’homicide et viol".

Ce sont des traces ADN qui ont permis aux enquêteurs de remonter jusqu’à la piste de ce Bulgare, condamné à 10 ans de prison pour un vol avec violence dans son pays. L'homme, âgé d’une trentaine d’années, travaillait comme saisonnier agricole dans la région d’Autun à l’époque où Jacques Vaude et sa compagne ont été attaqués à leur domicile. 

Le procès d’Oleg Chikov a débuté à Chalon-sur-Saône lundi 27 janvier 2020, devant la cour d’assises de Saône-et-Loire. Les jurés ont été tirés au sort le matin.
Les avocats ont demandé le renvoi de l’affaire en raison de la grève nationale de la profession qui se poursuit depuis plusieurs semaines, pour protester contre le projet gouvernemental de réforme des retraites. Mais, leur demande a été rejetée.

La famille et les proches de Jacques Vaude espèrent enfin comprendre comme ce drame est arrivé. 

"C'est une famille dévastée par ces faits terribles, car il a été tué d’une manière sauvage dans son lit la nuit", déclare Me Samuel Estève, avocat des enfants et petits-enfants de Jacques Vaude.

Le procès devrait durer deux semaines. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers