Kaamelott vu 204 fois : le record du monde d'Arnaud Klein battu, il veut maintenant défier l'Américain et ses 292 Spiderman au cinéma

Publié le

Arnaud Klein, c'est cet habitant de Reims (Marne) qui a battu un record mondial en allant voir "Kaamelott" 204 fois au cinéma. Et il garde le sourire, même si son record validé par le "Guinness Book of Records" a officiellement été récupéré par son ancien détenteur, l'Américain Ramiro Alanis, qui a vu le nouveau "Spiderman" 292 fois.

"C'est le jeu ma pauvre Lucette." Cette petite phrase tirée d'une publicité culte de la Française des Jeux (FDJ) résume bien l'état d'esprit d'Arnaud Klein.

Ce monteur audiovisuel de 34 ans vit à Reims (Marne). Il est connu pour avoir battu un record, homologué par le Guinness Book of Records. Celui d'avoir vu le plus de fois le même film au cinéma : Kaamelott, le magnum opus d'Alexandre Astier.

Le défi a débuté à la mi-juillet 2021. Et s'est achevé deux mois plus tard, avec 204 visionnages. Il a fallu un mois supplémentaire pour que le Guinness valide officiellement le record décroché au cinéma Opéraims (visible sur la carte ci-dessous). 


Las, le record a été battu moins de six mois après, en tout cas officieusement. Ramiro Alanis est l'Américain (il vit en Floride) qui détenait le record avant Arnaud Klein (Avengers Endgame visionné officiellement 191 fois). Et il ne se surnomme pas El Tigre Vengador (le tigre vengeur, en espagnol) pour des cacahuètes.

Le vendredi 14 avril 2022, on commémorait le 110e anniversaire du jour où le Titanic a heurté un iceberg. C'est aussi, triste ironie, la date choisie par le Guinness pour couler officiellement le record d'Arnaud Klein. Ramiro Alanis l'a rattrapé dans les grandes largeurs en allant voir Spiderman No Way Home 292 fois au cinéma. Le site Internet du Guinness a été mis à jour, mais le précédent record obtenu avec Kaamelott  reste quand même archivé. Quant au livre, tout est allé trop vite pour que le nom du Rémois figure dans la nouvelle impression... 

Le fair-play d'Arnaud Klein

France 3 Champagne-Ardenne a donc contacté celui qui est désormais le précédent détenteur du record mondial. Arnaud Klein garde le sourire envers et contre tout : après tout, ce n'est qu'un jeu. Et il vient (enfin) de célébrer son mariage après avoir dû attendre deux ans à cause du covid.

Alors le record, vous pensez bien, c'est le cadet de ses soucis pour le moment...  "C'est le principe d'un record : il est fait pour être battu. Si on part dans l'idée qu'on l'aura à tout jamais, ce n'est pas la bonne façon de penser. Comment je pourrais être dégoûté quand je viens d'avoir un mariage exceptionnel, mais qu'en plus ça m'a permis de rencontrer Alexandre Astier [ sur le plateau de Quotidien puis en privé pour une séance à l'Opéraims; ndlr] ?"

Comment je pourrais être dégoûté ?

Arnaud Klein, détenteur du précédent record du monde du film vu le plus grand nombre de fois au cinéma

Sans oublier Anne Girouard, la reine Guenièvre. Il l'a interviewée pendant près d'une heure à l'occasion de son passage à la convention Carolo Game Show (CGS) de Charleville-Mézières (Ardennes), les samedi 9 et dimanche 10 avril. Il a d'ailleurs eu, lui aussi, son petit succès auprès des aficionados de Kaamelott, "toujours très chaleureux et dans l'échange".

Son record lui a aussi permis de rencontrer pléthore d'autres acteurs et actrices, qui ont signé l'affiche homologuée du Guinness. Bref, avoir vu son record battu ne lui "enlève aucun des bienfaits que ça a apporté. Moi je trouve ça trop cool." Comme on dit, ce n'est pas la destination qui compte, mais le voyage...



Le recordman n'a d'ailleurs pas cessé d'encourager son adversaire mais non moins camarade. "Ça me fait plaisir qu'il y soit arrivé. Qu'il ait tout validé. Parce que la première fois, il n'a pas eu de chance : onze de ses séances avaient été invalidées [il avait donc regardé Avengers 202 fois officieusement, d'où l'objectif de 203 d'Arnaud Klein; ndlr]. C'est super bien pour lui qu'il ait réussi."

"C'est une compétition amicale, même si on s'envoie des petites piques. Il m'a dit que si je retentais, il prendrait toute la force de Mjöllnir [le marteau de Thor; ndlr] pour m'arrêter. Je lui ai répondu que dans deux ans, il y aurait donc un combat entre Mjöllnir et Excalibur [l'épée du roi Arthur; ndlr]." (voir l'échange sur Twitter ci-dessous)


Deux ans, c'est la durée qu'il va falloir attendre pour la sortie du deuxième volet de Kaamelott (divisé en deux parties de deux heures chacune).  "À voir dans quel état de vie je serai alors... Si ma femme attend un heureux évènement, c'est sûr que je ne retenterai pas à ce moment-là." Mais si c'est possible, bien sûr qu'il compte remettre les mains dans le cambouis. Ou plutôt dans les tickets de cinéma. Heureusement qu'il ne les paye pas à l'unité vu qu'il a un abonnement. Contrairement à Ramiro Alanis qui a dépensé comptant environ 3.400 dollars, rapporte CNN (qui tenait à mettre en avant ce petit bout d'orgueil national). "C'est l'Amérique et là-bas on paye", taquine le Rémois.

Devant le nombre conséquent de séances à rattraper, Arnaud Klein avait initialement songé à adapter le record. Par exemple, voir le même film dans le plus possible de cinémas.  "On a eu cet échange de petites piques... Je pense que je ne peux pas tenter un autre record : il faut que je retourne sur celui-là. C'est un peu comme si un boxeur se mettait à faire des MMA [arts martiaux mixtes; ndlr]. Il faut que je retourne sur ce ring-là."

Nouveau record dans le viseur

Mais une toute autre logistique devrait être envisagée s'il repartait à l'aventure. "Je recommencerai évidemment à l'Opéraims, en hommage. Malheureusement, je ne pourrais pas [tout] faire sur Reims. Il faudrait que j'aille à Paris, car j'avais vu que le cinéma de Châtelet le diffusait six fois par jour, sept jours par semaine, pendant à peu près huit semaines. Normalement, si j'ai bien compté, on est aux alentours de 320 et des brouettes... Ça pourrait le faire." 

En s'organisant en conséquence, il pourrait faire ces dix heures quotidiennes de film, et parvenir à son objectif. Il a beau être élevé, il l'estime tout à fait surmontable en se le fixant bien à l'avance (raison pour laquelle il n'avait pas dépassé 204 en premier lieu car son objectif était 203). "Certes, je connais des gens sur Paris... Mais je ne peux pas leur dire que je vais squatter pendant deux mois."

Autre bémol : le travail. Lors de son premier record, il avait su bien s'organiser. "J'avais réussi à trouver une bonne logique. J'avais du temps pour travailler le matin, faire une heure de sport et de la méditation pour sortir un peu de tout ça." L'après-midi était quant à lui dévolu au cinéma. Mais s'il doit s'attendre à passer toute la journée dans les salles obscures... "Là, ce serait beaucoup plus intensif." Cette fois, il devrait poser un congé sans solde et se lancer à corps perdu dans son défi. 

C'est totalement inutile. Donc nécessaire.

Arnaud Klein, potentiel futur détenteur (à nouveau) du record du monde du film vu le plus grand nombre de fois au cinéma

"Monsieur Astier avait parlé de tourner au printemps 2023. Avec le montage, la musique, les effets spéciaux... Je pense que c'est au printemps 2024 que ça sortira. J'ai donc deux ans pour y penser." Le jeu en vaudrait-il la chandelle ? Quelle question. "C'est totalement inutile. Donc nécessaire." Qui détient le record de la bonne formule, déjà ? C'est une réplique qu'Arnaud Klein employait déjà du temps de son premier record.

Astier VS Marvel

"Si ça doit durer des années, cela durera des années. Il n'y a que nous deux qui savons à quel point c'est extrêmement difficile de s'infliger" ce "défi personnel qui fait plaisir quand on le réussit mais qui est assez extrême. Il faut que la prochaine fois, je tape plus fort et plus loin." Pour éloigner le risque de se refaire chiper le record par ce coach sportif américain "dont la compétition fait partie de sa vie" et qui (comme le Rémois) a "son petit égo" ? Bien sûr. Mais pourquoi au juste ? "Pourquoi pas ?", réplique-t-il amusé.

Chacun des deux combattants, si l'on puit dire car tout cela "reste bon enfant", a des atouts dans sa manche, mais aussi des aléas. Ramiro Alanis peut compter sur des Marvel qui sortent très régulièrement et qui sont assez populaires pour ne pas disparaître trop vite des écrans géants. Mais ces derniers prennent plus de temps à regarder (le dernier Avengers avait duré trois heures), et ils basculent assez vite sur les plates-formes de streaming. Moment à partir duquel le record ne peut plus être tenté : l'Américain aurait pu faire bien plus que 292 si Spiderman n'avait pas été mis en ligne sur Disney +. 

L'exception culturelle française (cocorico), qui passe par la chronologie des médias, fait qu'il n'y a pas ce souci pour Kaamelott. Arnaud Klein bénéficie aussi du fait que les films d'Alexandre Astier ne fassent ''que'' deux heures. "Le Guinness m'avait précisé que le minimum, c'était 1h24." Le recordman pourrait d'ailleurs très bien retenter en jouant la facilité : regarder n'importe quel film français d'1h30.  "Mais je fais ça pour Kaamelott." Pas pour le record... Bémol : le film demeurerait moins au cinéma (durée d'exploitation et nombre de séances) qu'un Marvel. L'Opéraims continuait d'ailleurs la diffusion juste pour que le record soit battu.

La quête du Graal d'Arnaud Klein

Retrouvez ci-dessous les différents articles consacrés à l'épopée d'Arnaud Klein par France 3 Champagne-Ardenne :