Grève du 5 décembre : l'article à lire pour connaître toutes les perturbations dans le Nord et le Pas-de-Calais

Photo d'illustration. / © Pascal GUYOT / AFP
Photo d'illustration. / © Pascal GUYOT / AFP

Jeudi 5 décembre est annoncé comme un jeudi noir. De nombreuses professions sont appelées à la grève contre la réforme des retraites (et pas seulement). De quoi sans doute paralyser la région. On fait le point.

Par France 3 Nord-Pas-de-Calais

La mobilisation contre la fusion des 42 régimes de retraite existants en un système "universel" par points "s'annonce forte et durable", a prévenu vendredi la CGT, qui a appelé à une grève interprofessionnelle avec FO, la FSU et Solidaires.

 

À la SNCF


La SNCF a prévu une grève reconductible, qui risque être très suivie. En début de semaine déjà, Franck Dhersin, vice-président du Conseil régional des Hauts-de-France chargé des transports, précisait qu'aucun train ne circulera dans les Hauts-de-France entre le 5 et 9 décembre.
 

La SNCF s'est montrée plus précise dans son plan transports, diffusé mardi soir. On comptera donc, jeudi :
  • 1 TER sur 100
  • 1 TGV sur 6 sur l'axe Nord
  • 1 Eurostar sur 2
  • 2 Thalys sur 3
  • 70 cars de substitution
  • un trafic quais normal au niveau eds trains transfrontaliers, vers Tournai et Courtrai
La SNCF précise que les voyageurs possédant un billet TGV Inoui, Ouigo ou Intercités pourront (jusqu'au 9 décembre) effectuer une demande d'échange ou de remboursement sans frias ni surcoût, y compris pour des billets qui n'y sont normalement pas éligibles.
 

Dans les transports en commun


Les réseaux de transports en commun de plusieurs villes du Nord et du Pas-de-Calais vont être lourdement touchés par la grève. 
 

À commencer par Ilévia, à Lille, qui a indiqué dès mardi que le "le réseau de transports en commun de la Métropole européenne de Lille sera fortement impacté" :
  • Métro : la ligne 2 ne circulera pas et la ligne 1 circulera à raison d'une rame toutes les 2 à 3 minutes.
  • Tramway : les deux lignes circuleront, mais avec une fréquence similaire à celle des dimanche : un tramway toutes les 15 minutes sur le tronc commun, le double sur les autres parties.
  • Bus : plusieurs lignes ne circuleront pas : lignes 30, 32, 33, 34, 35, 36, 50, 51, 52, Z6, MWR, Corolles 1, 2 et 3, Citadines CITT, CIT5, CITL, C9, C10, C11, la Navette du Vieux Lille et la ligne scolaire 967.
 

Ailleurs également, des lignes ne circuleront pas.

À Arras, c'est le cas des lignes 3, 5, 6, 7, 8, 9 et 10, ainsi que de la Citadine et des circuits scolaires et spéciaux C1, C2, C3, C4W, C4D, C5, C6, C7, C8, C9, C10, C12, C13, C16, C17, C18, C19, C21, C22 et C23.

À Dunkerque, ce sont les lignes 16, 21, 24 et 25 qui ne circuleront pas.

À Valenciennes, les transports en commun seront également perturbés : les lignes de tramway circuleront normalement, mais les lignes de bus 30, 100, 102 et 116 ne circuleront pas.
 

À Lens, Tadao n'évoque pas de lignes suspendues, mais prévient que les lignes 1, 2, 4, 5, 7, 10, 15, 16, 19, 41 ainsi que la Navette Béthune verront certains de leurs passages supprimés.

À Douai, les lignes 5, 6, 8, 13 et 14 ne circuleront pas, pas plus que la navette Binbin.

À Boulogne-sur-Mer, les lignes B1, B2, D, E, K et M circuleront avec des horaires modifiés.

À Calais, on sait que la grève est suivie car un préavis a été déposée, mais aucune information n'est disponible à l'heure actuelle. On ignore, à Cambrai et à Saint-Omer, si un préavis similaire a été déposé.

Plus d'informations à cette adresse sur les perturbations ville par ville.

Les transports scolaires gérés par la région Hauts-de-France sont aussi affectés. Ce sera notamment le cas dans le Cambraisis, où aucune desserte scolaire n'aura lieu, et dans la Sambre-Avesnois, où 29 % des courses ne seront pas réalisées. Dans le Pas-de-Calais, des perturbations affecteront la desserte du collège de Marquise.

 

A l'aéroport Lille-Lesquin


Air France et les contrôleurs aériens ont aussi déposé un préavis. Les compagnies ont normalement prévenu leurs passagers deux jours avant leur vol par SMS.

En l'état, l'aéroport de Lille-Lesquin a déjà annulé 19 vols par anticipation, les 5 et 6 décembre. Ces annulations, ce jeudi, concernent 10 vols d'Air France, 2 vols d'easyJet et 4 vols de Ryanair.
 

L'aéroport de Lille précise que "d'autres perturbations restent possibles le jour même, y compris pour les autres compagnies aériennes".

Quant aux contrôleurs aériens, si le mouvement est très suivi, l'impact pourait être considérable, puisque sans couverture totale du ciel sur le trajet, le vol ne peut avoir lieu.

 

Sur les routes et autoroutes


Les poids-lourds, dans notre région, par la voie de l'OTRE et de la FNTR du Pas-de-Calais, ont prévu de faire des blocages, même si leurs revendications concernent avant tout la hausse sur le gazole.
 
Le blocage prévu à Phalempin n'est plus si certain, mais une opération escargot est en revanche prévue sur l'A1, dès l'aube à hauteur de Saint-Omer.
 

Par ailleurs, la CGT Transport routier a prévenu qu'elle envisageait des barrages filtrants de plateformes logistiques, tout en restant floue sur leur localisation. "Il y aura des opérations de barrages filtrants dans le Nord et le Pas-de-Calais, notamment sur des points de gros passages de poids lourds afin d’échanger avec les salariés de la route" a indiqué la CGT à Horizon Radio.

 

 

Dans l'éducation


Les syndicats lycéens et étudiants appellent à manifester. Du côté des enseignants, le mouvement s'annonce très suivi. Le SNUIPP du Nord déclare avoir eu un retour de près de 200 écoles, avec un taux moyen autour 80% de grévistes.
 

Le secondaire aussi s'attend à une forte mobilisation, "sûr plus de 60%" estime-t-on au SNES.
 

Les directions académiques du Nord et du Pas-de-Calais ont par ailleurs publié la liste des écoles maternelles et élémentaires qui seront sans enseignant jeudi. Dans le Nord, 563 écoles (dont 30 à Lille et 15 à Dunkerque) sur 1604 sont concernés, soit 35,1 %. Dans le Pas-de-Calais, c'est 471 établissements sur 1 236 (38,1 %), dont 14 à Liévin et 11 à Arras.


Dans la police-justice


Magistrats et avocats appellent à faire grève. À Arras, ce vendredi, les avocats ont voté à l'unanimité la grève. Ce sera donc une journée justice morte au tribunal jeudi, avec une annulation de toutes les audiences. Les avocats avaient, jusqu'à maintenant, un régime autonome. Avec la réforme, leurs retraites vont "être divisées par deux", et leurs cotisations "multipliées par 2", explique Me Vincent Debliquis, ancien bâtonnier d'Arras. En outre, les économies substantielles réalisées par leur régime seront reversées au régime général. "C'est la triple peine", estime-t-il.
 


Dans la police, il n'y a pas de droit de grève, mais les policiers sont "tendus" sur plusieurs sujets, explique Fabrice Danel, secrétaire national Hauts-de-France Unité SGP-Police, qui parle d'un "malaise général" dans les rangs de la police. Jusqu'à maintenant, les policiers partaient entre 52 et 57 ans (régime dérogatoire), alors ils redoutent la réforme des retraites. Du coup, les syndicats réunis en intersyndicale réfléchissent à des actions jeudi comme ne pas effectuer les contrôles routiers, fermer les commissariats à certaines heures... mais ils continueront à "assurer la sécurité" de leurs concitoyens, répondre aux appels urgents...

Toutefois, le gouvernement a reçu les syndicats cette semaine, et devrait leur faire des propositions début de semaine prochaine, de quoi peut-être calmer le mouvement chez les policiers.
 


Dans la santé


Au CHU de Lille, les préavis de grève des urgences courrent toujours plus celui des manipulateurs radio, plus un appel général pour l'ensemble du personnel. Le secrétaire général CGT ouvriers-employés du CHR Frédéric Herrewyn s'attend " à une forte mobilisation" , d'après ses échos, il y aura "un fort taux de grévistes".

Il est prévu un rassemblement devant l'ARS à midi ce jeudi avant de rejoindre le cortège Porte de Paris à 14h30. A la réforme des retraites, s'ajoute une problèmatique sur la situation générale de l'hôpital. Mais, pour les aides-soignants (de la fonction publique), par exemple, la réforme risque de supprimer leur avantage à partir à 57 ans en retraite.
 

EDF, Renault, PSA...


EDF, les raffineries, les éboueurs et tous les fonctionnaires... Les appels se sont multipliés pour le 5 décembre.

La CGT en avait recensé jeudi en France "plus de 1000" dans le secteur privé, où les préavis ne sont pourtant pas obligatoires.

Par exemple, dans la région, des préavis courent chez PSA ou Renault. Dans l'usine de Douai, le secrétaire général CGT David Dubois, se dit même"assez étonné" des retours sur le terrain et s'attend à une forte mobilisation, avec "100% de grévistes" sur certaines équipes. 

Par ailleurs, sur le ,plan de circulation, une opération escargot est, d'ores et déjà, prévue par la CGT, ce jeudi matin entre Cambrai et Valenciennes via Sevelnord Hordain.
 

Sur le même sujet

Les + Lus