Régionales Hauts-de-France 2021. Xavier Bertrand tendu, Sébastien Chenu dans la maîtrise: ce qu’il faut retenir du débat

À quelques jours du 1er tour des élections régionales 2021 dans les ex-régions Nord Pas-de-Calais et Picardie, les 7 têtes de liste dans les Hauts-de-France ont débattu pour la 1ère fois sur France 3 le 2 juin à 21h05. Voici ce qu'il faut retenir de ces 2 heures d’échanges, parfois tendus.

Mercredi 2 juin, les sept têtes de liste des élections régionales dans les Hauts-de-France ont débattu pendant 110 minutes en direct de l’atrium du Palais des Beaux-Arts de Lille.
Mercredi 2 juin, les sept têtes de liste des élections régionales dans les Hauts-de-France ont débattu pendant 110 minutes en direct de l’atrium du Palais des Beaux-Arts de Lille. © Sophie Bazerolle / FTV

À 18 jours du premier tour des élections régionales dans les Hauts-de-France, les sept candidats en lice dans les Hauts-de-France ont débattu pour la première fois sur France 3 Nord Pas-de-Calais et Picardie dès 21h05, mais également sur France Info et sur notre site internet. Au coeur de ce débat, la santé, l'emploi, l'écologie, la sécurité, les transports et la jeunesse.

La santé

C’est le premier thème évoqué, qui déclenche rapidement les hostilités entre Xavier Bertrand, le président (DVD) sortant du conseil régional des Hauts-de-France et Karima Delli, la tête de liste (EELV) de la gauche réunie. L’un se félicitant de la création de nouvelles maisons de santé, l’autre lui répondant que ces maisons ne sont pour l’instant que des projets.

Sur les propositions des uns et des autres, on retiendra que Xavier Bertrand souhaite que la région prenne à son compte le pilotage des ARS, les Agences Régionales de Santé, pour qu’elles soient "plus réactives". Karima Delli promet l’embauche de 200 médecins salariés. Sébastien Chenu (RN) émet l’idée de "bus médicaux" dans les territoires où l’offre de soins est insuffisante. Laurent Pietraszewski (LREM) veut mobiliser la région autour d’un ambitieux programme anti-cancer.

L'emploi

Sur le deuxième thème de l’émission, Xavier Bertrand entend lancer, s’il est réélu, un second plan de relance régional. Nouvelle passe d’armes entre lui, la candidate d’EELV et le candidat du Rassemblement National. Le président sortant se félicite d’un premier plan de 1,3 milliard d’euros ; 215 millions tout au plus selon Sébastien Chenu. Xavier Bertrand propose la création dès l’été prochain d’une "agence régionale pour aider les jeunes à trouver des stages".

Karima Delli promet "100 000 emplois verts, notamment dans la filière bio et les circuits courts". Audric Alexandre, du mouvement pro-européen PACE, met comme priorité la lutte contre l’illettrisme. Sans surprise, Eric Pecqueur (LO) accuse ses adversaires d’être des "illusionnistes" et que la solution au chômage se trouve dans les poches des grands groupes capitalistes.

La sécurité

Vient le thème de la sécurité. Sébastien Chenu veut doubler les agents de sécurité dans les trains régionaux, José Evrard (Debout la France) veut les tripler. Xavier Bertrand et Laurent Pietraszewski proposent d’aider les polices municipales à mieux s’équiper. Karima Delli fera de la lutte contre les violences faites aux femmes "une priorité". Sébastien Chenu reprend la parole pour accuser la région de financer des associations en lien avec l’islamisme radical. Xavier Bertrand répond sèchement en révélant qu’il a déposé plainte contre la tête de liste RN, en lien justement avec ces accusations.

Les transports

Quatrième thème : les transports régionaux. Xavier Bertrand milite pour une ouverture à la concurrence pour obliger "la technostructure de la SNCF à se remettre en question". Karima Delli (qui est présidente de la commission transport à Bruxelles) promet qu’elle lancera des trains à hydrogène et relancera les trains de nuit, notamment entre Calais, Bâle, Vintimille et Nice. Pour Sébastien Chenu, la première priorité, c’est de développer l’axe ferroviaire vers le bassin minier "si mal desservi".

La jeunesse

Enfin est abordé le thème de la jeunesse. Laurent Pietraszewski veut créer une structure qui permettra de former des bénévoles capables d’accompagner "en faisant de la dentelle" les 80 000 jeunes qui n’ont ni emploi ni formation. Audric Alexandre émet l’idée de "prêts garantis qui seraient des tremplins pour les jeunes qui ont des projets".

Karima Delli promet aux jeunes de moins de 26 ans la gratuité des transports, pour "donner un coup de pouce à leur mobilité". Mobilité qu’évoque également Xavier Bertrand en promettant, lui, de financer à hauteur de 90% le permis de conduire. Sébastien Chenu souhaiterait que le conseil régional prenne en charge la période d’essai des jeunes embauchés.

Au final, donc, beaucoup de propositions. Le débat de mercredi soir a eu ce mérite de sortir un moment de la politique politicienne et de se pencher sur la vie quotidienne des six millions d’habitants des Hauts-de-France. Enfin.

Voir ou revoir le débat 

Player YouTube 1er débat régionales HDF

En direct de l’atrium du Palais des Beaux-Arts de Lille, les prétendants à la présidence de la région ont exposé leurs programmes et leurs projets pendant 110 minutes. 

De haut en bas, Xavier Bertrand (divers droite), Sébastien Chenu (RN), Karima Delli (EELV), Laurent Pietraszewski (LREM), Eric Pecqueur (LO), José Evrard (Debout la France) et Audric Alexandre (Pace).
De haut en bas, Xavier Bertrand (divers droite), Sébastien Chenu (RN), Karima Delli (EELV), Laurent Pietraszewski (LREM), Eric Pecqueur (LO), José Evrard (Debout la France) et Audric Alexandre (Pace). © Daniel Fouray/Ouest-France/Maxppp - Jean-Baptiste Quentin/Le Parisien/Maxppp - Thomas Padilla/Maxppp - Vincent Isore/IP3 PRESS/Maxppp - Olivier Corsan/Le Parisien/Maxppp - Tijana Feterman

Pour échanger et débattre, Virna Sacchi et Dominique Patinec de France 3 Hauts-de-France et Stéphane Barbereau de France Bleu Nord ont reçu :

Six thématiques abordées pour répondre à vos préoccupations

Des 6 thématiques abordées au cours de ce débat - la santé, thème central après un an et demi de crise sanitaire, mais également l’emploi, l’environnement, les transports, la jeunesse ou encore la sécurité - cette dernière se place en tête des préoccupations des habitants de la région selon notre sondage paru mercredi 2 juin : 41% des sondés placent la délinquance en tête de leurs préoccupations quand 32% se sentent préoccupés par l’immigration.  

La régie de France Télévisions installée au Palais des Beaux-Arts.
La régie de France Télévisions installée au Palais des Beaux-Arts. © Judith Hembert / FTV

 

Les questions économiques ont également été au coeur des échanges. Comment imaginer l’emploi de demain dans notre région après la fermetures de plusieurs sites industriels dont l’emblématique usine de pneu Bridgestone de Béthune ou encore Maxam Tan, l’usine de nitrate d’ammonium située à Mazingarbe ? 

39% des électeurs sondés placent d’ailleurs le chômage en tête de leurs préoccupations. Au quatrième trimestre de l’année 2020, 9,3% des habitants des Hauts-de-France étaient au chômage, faisant ainsi des Hauts-de-France la première des régions métropolitaines les plus touchées.

Un débat pour gagner en notoriété ?

Les sept candidats étaient installés en arc-de-cercle et avaient un temps de parole limité. Avant de développer les différentes thématiques, les candidats se sont se présenter. "On a demandé à chaque candidat de nous ramener une photo emblématique de la région pour permettre une approche un peu plus personnelle", a expliqué Virna Sacchi, aux manettes du débat avec Dominique Patinec . L’objectif ? "Faire connaissance avec ces candidats qui souffrent tous - hormis Xavier Bertrand - d’un gros déficit de notoriété".

Virna Sacchi et Dominique Patinec lors des répétitions au Palais des Beaux-Arts, quelques heures avant le débat.
Virna Sacchi et Dominique Patinec lors des répétitions au Palais des Beaux-Arts, quelques heures avant le débat. © Sophie Bazerolle / FTV

D’après notre sondage du 2 juin, 9 électeurs sur 10 connaissent l’actuel président de région tandis que tous les autres candidats sont très peu connus : plus d’un électeur sur deux répond ne pas connaitre le candidat du Rassemblement national Sébastien Chenu lorsqu’ils sont à peine plus de 20% à connaître la candidate de la gauche unie Karima Delli et le candidat LREM Laurent Pietraszewski.

Quant aux trois autres candidats crédités de moins de 2% des voix, 9 sondés sur 10 disent ne pas en avoir entendu parler.

À l'approche du premier tour des élections régionales, certains candidats manquent de notoriété.
À l'approche du premier tour des élections régionales, certains candidats manquent de notoriété. © Martin Vanlaton / FTV

Xavier Bertrand consolide son avance dans les sondages

Le président sortant, soutenu par les Républicains et l’UDI, arrive en tête de notre sondage au premier tour avec 36% des voix, soit quatre points devant le candidat d’extrême-droite Sébastien Chenu.

Loin derrière, la liste de la gauche unie menée par Karima Delli recueillerait 17% le 20 juin prochain, un score décevant lorsqu’on se souvient qu’aux dernières élections de 2015, le Parti socialiste emmené par Pierre De Saintignon avait dépassé à lui seul la barre des 18%. Quant à la liste de la majorité présidentielle menée par l’actuel secrétaire d’État aux retraites et à la santé au travail Laurent Pietraszewski, elle n’obtiendrait que 10%, score minimum pour pouvoir se maintenir au second tour. 

En cas de quadrangulaire comme de triangulaire au second tour, Xavier Bertrand arriverait en tête selon notre sondage. 

Reste la grande inconnue : l’abstention. Alors qu'elle s’élevait à près de 60% pour le second tour des municipales de juin dernier, la crise sanitaire va-t-elle de nouveau rebuter les électeurs à aller voter ? À titre de comparaison en 2015, l’abstention atteignait 45,19% lors du premier tour des élections régionales dans les Hauts-de-France.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections