Une quinzaine de morts en 6 ans dans des fusillades et règlements de compte à Toulouse

Les secours à la Reynerie après la fusillade de lundi soir / © Th. Bordas / France 3
Les secours à la Reynerie après la fusillade de lundi soir / © Th. Bordas / France 3

La fusillade de lundi soir à la Reynerie est loin d'être la première à Toulouse. Depuis 2011, 14 personnes ont été tuées par balles dans des fusillades ou des règlements de comptes relevant du droit commun. 

Par F. Valéry avec J. Leroy

Un homme, connu des services de police, a été tué et 6 autres ont été blessés dont deux grièvement dans une fusillade qui a éclaté lundi soir dans le quartier de La Reynerie à Toulouse. Les tireurs sont arrivés et repartis en deux roues, ouvrant le feu sur un groupe. Selon les autorités, cette fusillade relève du droit commun. La piste terroriste a été écartée.


Toulouse n'est pas Marseille mais...

Toulouse n'est pas Marseille, mais depuis 2011 la ville rose a connu une impressionnante série de règlements de compte qui a fait 14 morts en 6 ans ! Dans la plupart des cas, l'enquête n'a rien donné. Loi du silence et règlements de compte sur fond, le plus souvent, de trafic de drogue. Ces crimes n'ont parfois aucun lien entre eux. Dans certains cas cependant, il s'agit de vengeance d'un camp après la mort d'un premier complice.

La série débute le 27 mars 2011. Un jeune homme de 20 ans est abattu dans la cité Caffort. En novembre de la même année, un homme de 24 ans, connu des services de police, est abattu de 16 balles dans le quartier de la Reynerie.

En décembre 2012, Nordine Belkacemi est exécuté d'une rafale de kalachnikov devant le CHU de Purpan.


Une tragique série en 2013 et 2014

Fin 2013, débute à Toulouse, une série de règlements de compte, principalement localisée dans les quartiers nord de la ville et qui va faire plusieurs victimes. Le 4 décembre, une fusillade éclate devant un salon de coiffure des Izards mais la "cible" parvient à s'échapper. Le lendemain, c'est l'employé d'une pizzeria qui passe entre les balles. Trois jours plus tard, le 8 décembre, 2 jeunes sont touchés par une rafale de kalachnikov dans le quartier des Izards. L'un d'eux, âgé de 18 ans, décède des suites de ses blessures dans les jours qui suivent. 

Le 21 janvier 2014, nouvelle fusillade dans la même pizzeria que le 4 décembre. Cette fois, un homme de 25 ans est abattu d'un tir de fusil à pompe. Le 14 août, Walid Larbidey, qui avait déjà échappé à une exécution dans le salon de coiffure des Izards, est tué à Beauzelle au nord de Toulouse. Le lendemain, vraisemblablement par vengeance, les tueries se transportent au Mirail où un homme est abattu dans un bar.

Des règlements de compte tous azymuths

Le 15 juin 2015, un ancien caïd qui venait de sortir de prison, Stéphane Arcangelli est abattu à un feu rouge, à L'Union, au volant de son véhicule par deux hommes à moto. 

La série continue en 2016. Le 1er mars, un homme de 30 ans est abattu de plusieurs balles dont une dans la tête dans le hall d'un immeuble de la Reynerie. Le 21 juin, un homme de 32 ans meurt tué par balles dans le quartier voisin de Bellefontaine, sans que l'on sache si c'est lui qui était visé. 

Quelques jours auparavant, le 15 juin, c'est le "parrain d'Arnaud Bernard", Miloud Kherroubi, qui est exécuté dans un bar du quartier Bonnefoy.

Enfin, un jeune homme de 23 ans est lui exécuté le 23 avril 2017 dans un snack du quartier de Bagatelle. Ses tueurs se seraient, selon les enquêteurs, trompé de cible !

Sur le même sujet

Les + Lus