Pyrénées-Orientales : le maire de Prades Jean Castex nommé Premier ministre

Suite à la démission d'Edouard Philippe en vue du remaniement du gouvernement, Jean Castex est nommé Premier ministre ce vendredi 3 juillet. Le maire de Prades, dans les Pyrénées-Orientales, a été l'homme qui a préparé le déconfinement, et un probable reconfinement, en France. 

Jean Castex, le 19 mai dernier
Jean Castex, le 19 mai dernier © GONZALO FUENTES / MaxPPP
C'est lui qui a été l'homme du déconfinement en France. Jean Castex, le maire de Prades, petite commune des Pyrénées-Orientales, a été nommé Premier ministre ce vendredi 3 juillet pour remplacer Edouard Philippe. La passation de pouvoir devrait avoir lieu dans les prochaines heures.

Maire Les Republicains de sa ville depuis 2008, le haut fonctionnaire de 55 ans est un homme de droite très apprécié à Prades (6.000 habitants), où il a été réélu pour la troisième fois, et dès le premier tour des élections municipales de mars dernier avec 75% des suffrages exprimés. En 2018, il avait déjà été pressenti pour remplacer Gérard Collomb au ministère de l'Intérieur

Premier élu catalan à Matignon

Ancien conseiller de Nicolas Sarkozy et directeur de cabinet de Xavier Bertrand, il est néanmoins peu connu du grand public. Originaire du Gers, il est le troisième homme d'Occitanie, après Lionel Jospin et Manuel Valls, a être nommé à Matignon sous la 5ème République. Il est en revanche le premier élu catalan à accéder à cette fonction. 

Dans un communiqué aux habitants de Prades, Jean Castex confirme avoir accepté cette opportunité qui s'est présentée à lui.
 

Le Président de la République m’a proposé de me nommer Premier ministre. Compte tenu des circonstances exceptionnelles dans lesquelles se trouve notre pays, j’ai accepté. Je mesure l’immensité de la tâche qui m’attend. Pour la remplir, je serai puissamment aidé par l’expérience acquise à votre côté en tant que maire et par le fort soutien démocratique que vous m’avez depuis longtemps manifesté.


Le premier adjoint à la mairie de Prades, Yves Delcor, assurera l’intérim tant qu'il ne pourra plus assurer sa fonction de maire, explique-t-il. Il indique qu'il restera membre du conseil municipal.

Le "ministre" du déconfinement


Jean Castex était jusqu'alors le délégué interministériel à l'organisation des Jeux Olympiques et paralympiques de Paris 2024 et le président de l'Agence nationale du sport. Mais en avril dernier, il a été nommé pour "réfléchir à la stratégie de déconfinement" par Edouard Philippe.

Une tâche difficile, mais qui lui a été confiée pour ses expériences dans le secteur de la santé. "C'est un haut fonctionnaire qui connaît parfaitement le monde de la santé et qui est redoutable d'efficacité", avait précisé l'ancien chef du gouvernement.
 

En effet, de 2005 à 2006, Jean Castex occupait la fonction de directeur de l'hospitalisation et de l'organisation des soins (Dhos) au ministère de la Santé où il doit gérer deux menaces sanitaires : le chikungunya et la grippe aviaire.

Depuis sa nomination, Jean Castex avait établi ses quartiers rue de Ségur, à Paris, non loin de Matignon. A travers sa fonction, il s'est rapproché d'Edouard Philippe, dont il dépendait directement, et qu'il voyait "presque tous les jours", selon les informations du Journal du dimanche. Au point, selon l'hebdomadaire, de se faire surnommer "le vice-Premier ministre".

Un "bosseur" capable de "rassembler au delà des clivages politiques"


En avril dernier, son entourage le décrivait déjà comme un "bosseur", capable de "prendre en charge cette mission", selon Jean-José Montessino, le maire d’Eus, une petite commune voisine.
 

C’est pas Dieu mais c’est un bosseur ! Quand il accepte une mission il se lance à fond, connaît ses dossiers et fait le job jusqu’au bout. C’est quelqu’un qui est prêt à travailler 15 heures par jour.

Jean-José Montessino, maire d'Eus, en avril dernier

   
Son ami décrivait l'élu comme "quelqu'un d'humain", "capable de rassembler au-delà des clivages politiques"
 
A Prades le 27 novembre 2017, Jean Castex guide une visite ministérielle avec Elisabeth Borne, ministre de la transition écologique et des transports et Julien Denormandie, secrétaire d'Etat à la cohésion des territoires.
A Prades le 27 novembre 2017, Jean Castex guide une visite ministérielle avec Elisabeth Borne, ministre de la transition écologique et des transports et Julien Denormandie, secrétaire d'Etat à la cohésion des territoires. © Michel Clementz / Max PPP
 

Pas le virage écologique attendu, mais une "bonne nouvelle" pour les PO

Par le choix d'un nouveau Premier ministre, le chef de l'Etat dit prendre acte de "la nécessité d'un nouveau gouvernement pour incarner une nouvelle étape du quinquennat, un nouveau chemin". Ce nouveau virage sera donc assuré par un élu au profil plus "techno", "un homme de dossiers", passé notamment par l'ENA et la Cour des Comptes.

Malgré le résultat des récentes élections municipales qui avait révélé une "vague verte" en France avec l'élection de maires de gauche et écologistes dans plusieurs grandes villes de France (Strasbourg, Bordeaux, Lyon, Poitiers, Marseille...), ce n'est pas cette direction qui a été choisie par le chef de l'Etat.

En revanche, l'élu possède un fort ancrage catalan, ce qui rassure sa collègue du Conseil régional d'Occitanie, l'élue écologiste Agnès Langevine, qui qualifie sa nomination de "bonne nouvelle pour la région". 
 

On a été traumatisé par l'élection de Louis Aliot à Perpignan, donc à présent j'ai bon espoir en voyant Jean Castex, avec qui j'ai déjà bien travaillé par le passé, à la tête du gouvernement, de voir certains dossiers locaux enfin avancer, comme celui de la LGV par exemple, ou de la ligne de fret Perpignan-Rungis. Après, je n'ai pas d'illusion sur la politique qu'il mènera au niveau national, qui est celle d'Emmanuel Macron, à laquelle je suis opposée.

Agnès Langevine, vice présidente de la Région Occitanie


En tant qu'écologiste, elle qualifie sa nomination de "non évènement" en termes de ligne politique. "C'est évidemment le signe qu'Emmanuel Macron reprend la main". On attend encore quels seront les ministres qui seront nommés dans son prochain gouvernement.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique déconfinement société pays catalan
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter